Pourquoi le confinement ne peut tout simplement pas marcher ?


  • FrançaisFrançais

  • Faute de moyens, on utilise le confinement total et aveugle et cela ne peut juste pas marcher.


    Faute de moyens, on utilise le confinement total et aveugle et cela ne peut juste pas marcher.
    Publicités

    L’ connait une petite hausse des cas du . Cette hausse n’est pas significative pour de nouvelles “vagues”. Mais cela a incité Boris Johnson à suspendre certains déconfinements en cours, notamment les rassemblements publics. L’un des experts, Robert Dingwall, professeur de sociologie à l’université de Nottingham Trent explique pourquoi cette idée de était mauvaise dès le départ.

    C’est vraiment une mauvaise nouvelle pour la relance de la vie sociale et économique. Cela suggère que le PM a maintenant été entièrement capturé par le désir de certains éléments du lobby de la santé publique de micro-gérer la vie quotidienne de ce pays. L’obligation de se couvrir le visage dans les supermarchés a toujours montré un manque de compréhension de la littérature sur la ventilation et la transmission des infections, les supermarchés modernes disposent de systèmes de ventilation efficaces conçus pour éliminer toute la saleté que nous expirons normalement et les éloigner des aliments.

    Les plus grands musées et galeries ont des systèmes similaires pour protéger les expositions. Les cinémas modernes ont des normes tout aussi élevées pour promouvoir le confort des clients, aspirant l’odeur du pop-corn. À l’exception de certains bâtiments modernes, les églises et autres lieux de culte ont généralement de hauts plafonds et des sièges qui minimisent la transmission.

    Le problème est le même qu’avec les plages et les parcs. Les modélisateurs supposent que nous agissons comme des individus isolés et qu’il y a beaucoup de mélanges sociaux aléatoires dans ces espaces qui doivent être évités ou obstrués. Les spécialistes en sciences sociales de diverses disciplines qui vont réellement chercher trouvent que ces lieux sont généralement occupés par des collections de groupes sociaux, des bulles, si vous voulez, qui n’interagissent les uns avec les autres que de manière assez limitée.

    Ces groupes se maintiennent naturellement à distance les uns des autres à moins que les circonstances ne les obligent à se rapprocher davantage. Ces données de recherche existent depuis des décennies, mais n’ont pas trouvé leur place dans les délibérations du système de conseil que le gouvernement a construit.

    Sur les conseils de ses spécialistes du comportement, qui représentent un petit groupe même au sein de la discipline de la psychologie, le gouvernement s’est engagé à promouvoir un climat de peur dès le départ. Les données d’enquête actuelles montrent que les Britanniques sont toujours les personnes les plus anxieuses d’Europe. Il est temps de s’enquérir des justifications. Nous sommes devenus obsédés par le nombre de cas identifiés plutôt que de demander ce que cela signifie.

    Il est de plus en plus clair qu’environ 70 % des cas trouvés dans les études de prévalence communautaires ne poseront jamais de problème aux personnes identifiées, surtout si elles ont moins de 45 ans. Poursuivons-nous le mauvais objectif en essayant de suivre, de retracer et contrôler une population entière, plutôt que de réfléchir à la meilleure façon de protéger et, si nécessaire, de traiter ceux qui sont définitivement à risque en raison de leur âge et de la comorbidité existante.

    Le simple fait de combattre le nombre de cas peut détourner l’attention de beaucoup d’efforts, en neutralisant la bonne volonté publique, pensez aux personnes qui s’étaient approvisionnées pour les fêtes de l’Aïd et verront maintenant que la nourriture est gaspillée et sapent encore davantage les perspectives de reprise sociale et économique.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast