Les culottes sales contre Asselineau


  • FrançaisFrançais

  • Les saloperies internes de l’UPR contre Asselineau, relayées par des médias corrompus, montre que même un faible pourcentage d’idées radicales ne sont pas acceptables.


    Les saloperies internes de l'UPR contre Asselineau, relayées par des médias corrompus, montre que même un faible pourcentage d'idées radicales ne sont pas acceptables.

    et l’ sont confrontés à une fronde interne. Une partie du bureau national veut sa tête, prétextant des harcèlements, mais quand on voit les accusations, on se dit que le Figaro a décidément n’a rien à foutre en ce moment. C’est vrai qu’il n’y a rien qui va mal en France pour venir fouiner dans les culottes sales et jeter les éclaboussures sur le public. Charles Sapin, le journaliste à l’origine de l’article du Figaro, est comment diront-on, un espèce de rat puant qui vient constamment pourrir ta baraque. Tu veux t’en débarrasser, mais cette saloperie réussit à éviter les raticides et la plupart des pièges. Parfois, contre les rats, vaut mieux bruler la maison. Convaincu que le sauvetage de la France viendra des Le Pen, notre Charles Sapin est un fan énamouré de Marine et de Marion, grandes partisanes des théories d’extrême droite comme le Grand Remplacement et évidemment, le dada habituel contre l’Islaaaammmmmm !

    En lisant sa biographie et ses articles, on se rend compte que Charles Sapin n’est qu’un petit mec, une espèce de crapule, dans la ligne droite des idées pourries et faisandées de la droite, parasite dans l’âme et corps donné aux européistes. Les vrais fautifs dans cette histoire sont les cadres de l’UPR qui ont lancé ces culottes pourries, quand c’est suffisamment puant, même un moins que rien comme Charles Sapin, peut faire des dégats. Mais laissons-le croupir dans son marécage avec le RN et regardons ce qui explique cette destruction interne de l’UPR.

    Quelle que soit les hypothèses, elles tournent toutes autour de la triple sortie. Le n’est que l’un des éléments. Cette crise virale a montré que l’Union Européenne n’est qu’une farce et que les Schleus sont surtout là pour esclavagiser les latins, haine éternelle oblige. L’Italie commence à gronder et vu la Dolce Vita, certains estiment qu’ils préparent une sortie furtive de l’Europe. Ils en ont l’habitude. Toutefois, Salvini n’a rien montré de robuste jusqu’à présent et à chaque fois, il s’est couché face aux européistes. Pour contenter son électorat, il a expulsé quelques négros et bougnouls ici et là, mais pour la critique radicale, on repassera.

    Mais si l’Italie sort, car la population est désormais majoritairement pour. Oui, parce disons que des fosses communes pour des cadavres, qu’on aurait pu sauver sans la dictature européiste, cela change légèrement la mentalité de croire au grand projet européen. Tout le monde ne gagne pas dans le nouveau bal d’Ewiges Deutschland. Et après l’Italie, ce sera la France et Asselineau est le seul qui propose une triple sortie, nette et claire. Donc, même s’il ne fait que 1 % des suffrages actuellement, le simple que ces idées de sortie se propagent est intolérable par le pouvoir en place.

    Cette histoire de pourcentage est importante, car pour moi, la principale raison de cette attaque interne est la soirée du Brexit organisée par l’UPR. La photo des principaux souverainistes a fait le tour de la toile et là, les européistes ont transpiré à grosse goutte même sans fièvre coronarienne. Selon mes sources, Charles Sapin était comme un lapin devant un phare ou une pucelle devant un bar de motards ayant pratiqué l’abstinence sexuelle pendant 10 ans.

    Individuellement, on pouvait se moquer de l’UPR et ses faibles pourcentages, mais si on additionne ceux de Dupont-Aignan, de Philippot et même de certains parties de droite traditionnelle, on arrive facilement à 5 %. Et là, c’est une autre histoire. Car il ne faut jamais oublier que Macron et le système en place ne tienne qu’avec 14 % des votes (25 % à tout casser avec le second tour). 50 % d’absentention, 25 % entre les lambeaux de la droite et de la gauche. Et en général, on a une fusion soumise après le premier tour. 5 % contre 14 % est un match qu’on peut gagner et surtout, il n’est plus aussi insignifiant. L’Union sacrée de la droite est une chimère dans la tête de quelques abrutis, mais l’union sacrée des souverainistes peut être possible.

    Les programmes des uns et des autres sont très différents et même s’ils font cette union, cette attaque interne de l’UPR montre que le crêpage de chignon se produit vite. Toutefois, tous pointent le doigt vers la même porte de sortie, une porte que le système en place ne veut même pas en entendre parler. La triple sortie est la seule critique radicale digne de ce nom dans le cadre de l’Union Européenne, tout le reste n’a aucun intérêt si vous ne franchissez pas cette porte.

    Cela peut être aussi parce que des cadres de l’UPR ne sont pas contents des résultats actuels du parti et qu’ils veulent mentir, tuer, tricher, violer pour arriver à leurs fins. On a souvent critiqué Asselineau d’être trop droit dans ses bottes et que parfois, il faut faire preuve de roublardise. Reste à savoir ce qu’il adviendra de l’UPR après cette affaire.

    On espère que cela s’arrangera et qu’Asselineau en profitera pour faire une grosse purge, car un parti politique doit être en ordre de bataille rangée. Les dissensions internes ne doivent jamais révélés comme des culottes sales, car ce ne sont pas des petites frappes comme Charles Sapin qui manquent pour les ramasser, les renifler délicieusement et les jeter sur votre visage. En revanche, si l’UPR subirait une estocade mortelle, je pense que le camp souverainiste ne s’en remettrait pas, en tout cas, à moyen terme. Même si Asselineau reste minoritaire pour le moment, les autres souverainistes sont encore plus riquiquis.

    Les idées d’Asselineau sont de plus en plus populaires, car à chaque crise, l’UE tombe un peu plus en morceaux. Les européistes tentent de colmater avec du super glu, mais tôt ou tard, cela s’effondrera. Et c’est toute la futilité de ces culottes sales, car même s’ils ont la tête d’Asselineau, une idée par définition est immortelle. Le choix est binaire, soit un destin esclavagiste avec les menottes de l’Ewiges Deutschland, soit une liberté souveraine.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (23 votes, average: 3,43 out of 5)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    3 réponses

    1. Wim ELBERS dit :

      En tant qu’ observateur étranger, je crois que cette fois, s’en est définitivement fini de l’UPR. Asselineau n’a jamais eu le soitien de la Franc Maçonnerie ou de la Juiverie. Sans elles, il est illusoire de penser de pouvoir accéder à la Magistrature Suprême de la République, même en étant vice-major ÉNA -rque. Mon cher Asselineau. T’as perdu assez de temps de ta vie. Vas lire les BD de Tintin et oublie l’ UE, l’Euro et l’OTAN.

    2. Bilou dit :

      L’article que vous nous proposez est infiniment plus propre que les iznogouds qui gangrènent l’UPR de l’interieur.
      Merci.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast