Au pays des gérontocrates


  • FrançaisFrançais

  • Des vieux, des vieilles, continuant à ressasser les mêmes idées. Des populations, vieillissantes, se réfugiant comme des insectes dans leur cocon. Tout sang neuf doit être écarté. Ils sont inexpérimentés, trop cons, trop ceci, trop cela. Les élections américaines nous donnent l’occasion de voir un énorme asile psychiatrique, craquant de tous les cotés où les gérontocrates semblent croire qu’on a encore quelque chose à foutre de ce qu’ils pensent.


    Des vieux, des vieilles, continuant à ressasser les mêmes idées. Des populations, vieillissantes, se réfugiant comme des insectes dans leur cocon. Tout sang neuf doit être écarté. Ils sont inexpérimentés, trop cons, trop ceci, trop cela. Les élections américaines nous donnent l'occasion de voir un énorme asile psychiatrique, craquant de tous les cotés où les gérontocrates semblent croire qu'on a encore quelque chose à foutre de ce qu'ils pensent.

    Autant j’aime Bernie et j’espère qu’il l’emportera dans la primaire démocrate, j’avoue qu’il y a quelque chose de gris et de déprimant chez un libéral croustillant, soixante-dix ans, du New Deal représentant le grand espoir électoral de la gauche américaine. Il y a, bien sûr, un certain nombre de jeunes progressistes engageants au pouvoir, mais la renommée et les profils quasi-célèbres de nouveaux arrivants comme Ilhan Omar, Rashida Tlaib et Alexandria Ocasio-Cortez se fondent sur des bases de pouvoir fondamentalement locales et aucune n’a encore passé l’épreuve de feu d’une nationale.

    La résurrection de , le vieux crouton

    Les victoires aux niveaux national et local ont été largement dépassées par les gains des soi-disant modérés et centristes, et même ceux-ci ont à peine ébranlé les milliers de sièges et de bureaux perdus par les conservateurs radicaux pendant l’administration décousue de Barack Obama.

    Dans la campagne pour l’investiture présidentielle, et au lendemain des multiples concours primaires du “Super mardi”, la nomination démocrate est devenue un concours de deux hommes opposant le Sanders insurrectionnel au Joe Biden de plus en plus incohérent. Dans Biden, les démocrates ont un ancien sénateur du paradis fiscal onshore, mais off-shore américain, le Delaware, et un homme qui a été sélectionné comme le colistier le plus démographiquement inoffensif pour la campagne alors apparemment radicale de Barack Obama.

    Jusqu’à une victoire à la onzième heure en Caroline du Sud, le récit prédominant dans les médias était que Biden était cuit, une force épuisée dont le nombre de sondages nationaux résiduels reflétait la reconnaissance du nom et les réserves de nostalgie des années Obama. Le renouveau de Biden a été soutenu par le soutien de la population afro-américaine relativement conservatrice, plus âgée, puis par son succès du Super-mardi quelques jours plus tard. (Cela n’a pas fait de mal que les caprices de la saison électorale lui aient permis d’éviter une autre performance complètement à la ramasse dans le débat ou un autre témoignage de son incompréhensibilité décousue entre-temps.)

    Des vieux qui élisent des vieux

    Mais cette victoire unique et les retraits et avances synchronisés de Pete Buttigieg et Amy Klobuchar, ont créé un nouveau récit. Apparemment du jour au lendemain, Biden était devenu un combattant décousu avec une attitude de ne jamais mourir, un fils prodigue Clintonien.

    Cela a poussé de nombreux électeurs démocrates plus âgés, un groupe intrinsèquement timoreux conditionné par des décennies de “The West Wing” et MSNBC à croire qu’ils sont des consultants et des stratèges plutôt que des citoyens et des électeurs, vers le candidat plus familier et pédigré. Ils se moquaient simplement que Biden se soit trompé, souvent de manière agressive et franche, sur tous les problèmes importants au cours des quarante dernières années.

    Après avoir dépensé un demi-milliard de dollars dans une campagne de vanité qui lui a valu les Samoa américaines, Michael Bloomberg s’est rapidement retiré et a également approuvé Biden, promettant de consacrer ses vastes ressources à l’élection de Joe. Au-delà de l’inquiétante et infatigable Tulsi Gabbard, la seule candidate qui restait debout était Elizabeth , également dans la quarantaine et qui tenait debout uniquement sur les vapeurs d’essence depuis un pivot mal conçu de “Medicare for All” qui a ruiné sa relation avec la gauche socialiste et toutes les chances de servir de pont entre l’aile militante du parti et sa circonscription de professionnels de l’urbain. (Note de l’éditeur: Warren a depuis abandonné.)

    Le délire soviétique de Trump et des médias

    On a encore un autre septuagénaire, Donald Trump, dont la décompensation mentale en cours reste la grande vérité indicible dans les médias d’entreprise. Bien que souvent hostile à lui, à l’exception évidente de Fox News, les médias grand public continuent de réviser ses transcriptions “pour plus de clarté et de concision”, comme le dit la publication, blanchissant la folie évidente de la quasi totalité de ses déclarations publiques comme un troupeau de Soviétiques transforment les délires somnolents d’un commissaire agé en prose lisible pour les actualités du lendemain.

    J’utilise la métaphore soviétique très consciemment. Bien avant de commencer à sortir ensemble et d’épouser un étudiant russe, j’avais un certain faible pour le pays, tour à tour dénigré comme une éternelle corbeille et un ennemi implacablement rusé qui avait sacrifié quelque chose comme cinquante fois le nombre d’Américains tués dans chaque guerre américaine pour vaincre les Nazis. Et maintenant que je suis enchaîné avec un russiste et que j’ai visité l’endroit à quelques reprises, je suis venu à le voir non pas comme une ombre ou l’opposé de notre propre vaste nation étrange, mais comme une sorte de frère.

    Les fantasmes effrayants qui caractérisent tant de récits actuels autour de l’ingérence électorale et de la demi-monde criminelle Trump-Russie sont aussi exaspérants que ridiculement stupides. Et pourtant, il y a une certaine pâleur soviétique tardive qui plane sur l’Amérique, même si sur le plan matériel, notre empire semble vraiment plus robuste que le leur. (Encore une fois, il convient de mentionner que nous n’avons jamais perdu cinquante millions de personnes dans une guerre).

    Des gérontocrates complètement séniles, dans un Etat fou

    On a le sentiment, malgré les contestations idéologiques apparentes de nos élections présidentielles en cours, d’un groupe de gérontocrates luttant pour diriger ce qui ressemble de moins en moins à un état traditionnel que l’appareil du palais d’un ancien empire qui a acquis son imperium presque par accident.

    Comme le critique de presse et professeur de journalisme de l’Université de New York Jay Rosen l’a fait remarquer à l’automne 2019: “Il n’y a pas de Maison Blanche. Pas dans le sens où les journalistes ont toujours utilisé ce terme. C’est juste Trump et les gens qui travaillent dans le bâtiment. Les mots “la Maison Blanche” sont toujours utilisés, mais ils n’ont pas de référent clair.”

    La nature évidée de l’État américain est évidente depuis un certain temps et précède certainement Donald Trump, même si son administration à la fois irréfléchie et malveillante exacerbe le sentiment de précarité sociale et économique. Notre plus grande ville ne peut pas construire et maintenir son système de transport en commun. Nos ponts s’effondrent. Nous ne pouvons pas mobiliser nos ressources pour faire semblant de faire quelque chose contre le changement climatique.

    Une Amérique qui se fracasse de tous les cotés

    Les quelques réalisations réelles de l’administration Obama, ses rapprochements avec Cuba et l’Iran, se sont effondrées presque immédiatement sur les caprices de son successeur tandis que sa politique la plus cruelle, les assassinats par drones; la frontière militarisée; les détentions, ont métastasé et sont devenues plus cruelles. Nos prisons municipales sont devenues des prisons pour débiteurs alors que les municipalités à court de ressources se tournent vers le démantèlement des pauvres et des personnes de couleur pour gérer la baisse des assiettes fiscales.

    Pendant ce temps, notre système de santé est le pire du monde développé, un écheveau impénétrable de monopoles locaux à la recherche de rentes qui coûtent des milliards à la société et mettent en faillite des centaines de milliers de personnes chaque année. Nulle part, cependant, la nature rouillée et branlante de la société civile américaine n’a été plus récemment évidente que dans la réponse hilarante et terriblement inepte à l’avènement du virus Covid-19 en tant que contagion mondiale.

    L’incapacité affligeante de l’Amérique contre le coronavirus

    Qu’il soit plus ou moins dangereux et mortel que ce que les médias dépeignent est tout à fait hors de propos. L’incapacité abjecte de tout gouvernement, et surtout pas du gouvernement fédéral, d’offrir des conseils même simples et sensés, et encore moins de mobiliser des ressources nationales pour examiner, enquêter et atténuer la menace potentielle pour la santé et le bien-être humains est étonnant, même pour une personne fatiguée et vieux cynique comme moi.

    À l’heure actuelle, la mesure la plus proactive a été de faire pression sur la Réserve fédérale pour qu’elle stimule le marché boursier, le type d’expiation païenne des esprits noirs que vous attendez dans un monde plus primitif, lorsqu’un volcan explose ou qu’un tremblement de terre se produit.

    Même les élections semblent au-delà de nos capacités à ce stade. Au Texas, les gens ont attendu jusqu’à sept heures pour voter sur des machines décrépites, et nous n’avons toujours pas de résultats finaux officiels des caucus de l’Iowa, un fait peu mentionné maintenant que la saison des primaires a avancé.

    A la veille de la Révolution française, le théoricien, journaliste et homme politique d’origine suisse Jean-Paul Marat écrivait: “Non, la liberté n’est pas faite pour nous: nous sommes trop ignorants, trop vains, trop présomptueux, trop lâches, trop vils, trop corrompu, trop attaché au repos et au plaisir, trop d’esclaves à la fortune pour connaître le vrai prix de la liberté. Nous nous vantons d’être libres ! Pour montrer combien nous sommes devenus esclaves, il suffit de jeter un coup d’œil sur la capitale et d’examiner la morale de ses habitants.”

    Donald Trump est à la Maison Blanche, et ses alliés au Congrès, à la suite de sa destitution et de l’échec du procès au Sénat, vont maintenant publier des allégations sur les transactions commerciales de l’un des fils adultes de son probable adversaire. Bien. Nous voilà.

    Traduction d’un article de Truth Dig par Jacob Bacharach.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast