Génocide de musulmans en Inde, circulez, y a rien à voir !


  • FrançaisFrançais

  • Une pléthore de morts et des centaines de blessés. Un joyeux résultat à New Delhi. Mais un mal plus profond gangrène la société indienne. Un Modi qui surfe sur le fondamentalisme extrémisme hindou et qui a créé l’équivalent des lois de Nuremberg pour les musulmans. En même temps, ayant été un habitué des pogroms contre les musulmans en 2002 au Gujrat, rien n’étonne de la part de ce Premier ministre qui continue à être applaudi par les occidentaux comme le chantre de la démocratie.


    Une pléthore de morts et des centaines de blessés. Un joyeux résultat à New Delhi. Mais un mal plus profond gangrène la société indienne. Un Modi qui surfe sur le fondamentalisme extrémisme hindou et qui a créé l'équivalent des lois de Nuremberg pour les musulmans. En même temps, ayant été un habitué des pogroms contre les musulmans en 2002 au Gujrat, rien n'étonne de la part de ce Premier ministre qui continue à être applaudi par les occidentaux comme le chantre de la démocratie.

    Au moins 24 personnes ont été tuées et 189 blessées en trois jours d’affrontements à New Delhi qui ont coïncidé avec la première visite d’État du président américain Donald Trump en , le nombre de morts devant augmenter alors que les hôpitaux continuent de prendre en charge les blessés, ont annoncé mercredi les autorités. Notons le silence assourdissant de Trump et de ses sbires à cette occasion.

    Des magasins, des sanctuaires musulmans et des véhicules publics ont été pillés, résultat de la violence entre les foules hindoues et les musulmans pour protester contre une nouvelle loi sur la citoyenneté qui accélère la naturalisation des minorités religieuses nées à l’étranger de toutes les grandes confessions d’Asie du Sud, à l’exception de l’islam. C’est un copié-collé des lois de Nuremberg, et son principal objectif est de faire des musulmans, des parias.

    Vingt-quatre décès ont été signalés dans deux hôpitaux de New Delhi, ont indiqué des responsables.

    Les affrontements ont été les pires émeutes communautaires dans la capitale indienne depuis des décennies. Le passage de la loi en décembre 2019 a déclenché des manifestations massives à travers l’Inde qui ont fait 23 morts, dont beaucoup ont été tués par la police.

    Les morts dans les violences de cette semaine comprenaient un policier et un officier du bureau de renseignement, et le gouvernement a interdit les rassemblements publics dans les zones touchées.

    Porte-parole de la police M.S. Randhawa a déclaré que 106 personnes avaient été arrêtées pour leur implication présumée dans les émeutes.

    Les autorités n’ont signalé aucune nouvelle violence mercredi alors que d’importants renforts de police patrouillaient dans les zones, où règne un calme inquiétant.

    Le conseiller à la sécurité nationale Ajit Doval a visité les quartiers nord-est de Delhi où les émeutes ont eu lieu, cherchant à assurer les résidents effrayés, y compris une étudiante qui se plaignait que la police ne les avait pas protégés des foules qui ont vandalisé la région et incendié les magasins et les véhicules. Encore une fois, le parti au pouvoir et la police indienne contribuent à protéger un régime de plus en plus fasciste.

    Alors que des affrontements ont ravagé une partie de la capitale, le Premier ministre Narendra a organisé une réception somptueuse pour Trump, notamment un rassemblement dans son État natal du Gujarat, auquel ont assisté plus de 100 000 personnes et la signature d’un accord pour acheter plus de 3 milliards de dollars de matériel militaire américain. Un festin de victuailles avec les murs peints avec le sang des musulmans. Superbe !!

    Mercredi, Modi a rompu son silence sur la violence, tweetant que «la paix et l’harmonie sont au cœur de la philosophie (indienne). J’appelle mes sœurs et frères de Delhi à maintenir la paix et la fraternité à tout moment.» Traduction : Je m’en fous que vous vous massacriez, moi, je veux mon fric et puis basta !

    Le haut responsable élu de New Delhi, le ministre en chef Arvind Kerjiwal, a appelé le ministre de l’Intérieur de Modi, Amit Shah, à envoyer l’armée pour assurer la paix.

    La police a qualifié la situation de tendue mais sous contrôle. Les écoles sont restées fermées.

    Sonia Gandhi, une dirigeante du parti du Congrès, le principal groupe d’opposition indien, a appelé Shah à démissionner. Elle a accusé le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata de Modi d’avoir créé un environnement de haine et ses dirigeants d’incitation à la violence avec des discours provocateurs qui visaient à dépeindre les manifestants musulmans contre la loi sur la citoyenneté comme des anti-nationalistes financés par le Pakistan. Bharatiya est davantage une milice et un régime de la mort plutôt qu’un parti politique. C’est ce parti qui avait étouffé les émeutes dans l’oeuf, lors de la démonétisation indienne qui a plongé le pays dans la récession.

    La Haute Cour de New Delhi a ordonné à la police d’examiner les vidéos des discours de haine prétendument tenus par trois dirigeants du parti de Modi et de décider de les poursuivre, a rapporté l’agence de presse Press Trust of India. Mais la justice fermera les dossiers, comme à son habitude.

    Les affrontements se sont intensifiés mardi, selon Rouf Khan, un habitant de Mustafabad, une zone du nord-est de la capitale.

    Khan a déclaré que des foules avec des tiges de fer, des briques et des bâtons de bambou ont attaqué les maisons des musulmans en scandant «Jai Shri Ram» ou «Victoire à Lord Ram», le dieu hindou populaire de l’épopée religieuse «Ramayana».

    Alors que Air Force One a fait voler Trump et sa délégation hors de New Delhi mardi soir, des familles musulmanes se sont rassemblées dans une mosquée dans le nord-est de la ville, priant pour que les foules hindoues ne la brûlent pas.

    “Après s’être frayé un chemin à l’intérieur des maisons, ils se sont déchaînés et ont commencé à battre des gens et à casser des articles ménagers”, a déclaré Khan à propos des foules, ajoutant que lui et sa famille devaient courir et se réfugier à l’intérieur d’une mosquée qui, selon lui, était gardée. par des milliers d’hommes musulmans.

    “Je ne sais pas si notre maison a été incendiée ou non, mais lorsque nous nous enfuyions, nous les avons entendus demander aux gens de verser du kérosène et de tout brûler”, a déclaré Khan.

    Certains des morts ont été blessés par balle, selon le Dr Sunil Kumar, directeur médical de l’hôpital Guru Teg Bahadur.

    D’autres sont venus à l’hôpital avec des coups de feu et des coups de couteau et des blessures à la tête.

    Parmi eux se trouvait Mohammad Sameer, 17 ans, qui était soigné mercredi pour une blessure par balle à la poitrine à l’hôpital Guru Teg Bahadur.

    S’adressant à l’Associated Press après avoir subi une opération, Sameer a déclaré qu’il se tenait sur la terrasse de l’appartement de sa famille en train de regarder des foules hindoues entrer à Mustafabad lorsqu’il a reçu une balle dans la poitrine.

    “Lorsque Sameer a été abattu, je l’ai pris sur mes épaules et j’ai couru en bas”, a expliqué le père du garçon, Mohammad Akram. «Mais lorsque la foule nous a vus, ils m’ont battu, moi et mon fils blessé. Il saignait très fort. Pendant qu’ils battaient avec des bâtons, ils ont continué à scander des slogans «Jai Shri Ram» et ont menacé de faire irruption à l’intérieur de nos maisons. »

    Akram a déclaré qu’il avait réussi à faire monter son fils dans un véhicule, mais qu’ils avaient été arrêtés à plusieurs reprises par des hindous leur demandant de baisser leur pantalon pour montrer s’ils avaient été circoncis avant de pouvoir s’échapper de la zone et atteindre les urgences. Les musulmans sont généralement circoncis, contrairement aux hindous.

    À Kardampura, une zone à majorité musulmane où un jeune a été tué par balle lundi, des centaines de policiers en tenue anti- ont patrouillé dans la région et ont demandé aux gens de rester à l’intérieur, tandis que les résidents ont dit qu’ils vivaient dans la peur.

    “Nous avons peur et nous ne savons pas où aller”, a déclaré un résident, le Dr Jeevan Ali Khan. «Si le gouvernement l’avait voulu, il aurait pu arrêter ces émeutes.» Le gouvernement ne peut pas arrêter des émeutes qu’il a organisé lui-même. Faudrait réfléchir aussi…

    À proximité, une fumée noire s’est encore levée mercredi après-midi à partir d’un marché qui vendait des pneus et des pièces détachées d’occasion à Gokalpuri alors qu’un pompier tentait d’éteindre l’incendie qui couvait.

    La violence a attiré de vives réactions des législateurs américains, avec la représentante démocrate du Michigan Rashida Talib, tweetant: «Cette semaine, Trump a visité l’Inde, mais la vraie histoire devrait être la violence communautaire visant les musulmans à Delhi en ce moment.»

    Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a condamné le meurtre de musulmans, déclarant: «Aujourd’hui, 200 millions de musulmans en Inde sont visés. La communauté mondiale doit agir maintenant. »

    Trump a déclaré aux journalistes mardi qu’il avait entendu parler de la violence mais n’en avait pas discuté avec Modi. Au lieu de cela, Trump s’est réjoui de sa réception en Inde. Traduction : Je m’en bat les couilles que des métèques s’entretuent du moment qu’ils m’achètent mes avions et mes hôtels, ils peuvent crever la bouche ouverte.

    L’Inde a été secouée par la violence depuis que le Parlement a approuvé la loi sur la citoyenneté en décembre. Les opposants ont déclaré que le pays se dirigeait vers un test de citoyenneté religieuse, mais Trump a refusé de commenter.

    “Je ne veux pas en parler. Je veux laisser cela à l’Inde et j’espère qu’ils vont prendre la bonne décision pour le peuple », a-t-il déclaré. Traduction : Je m’en bat, mais tellement les couilles !

    Il s’agissait de la pire violence à motivation religieuse à New Delhi depuis 1984, lorsque le Premier ministre Indira Gandhi a été tué par ses gardes du corps sikhs, déclenchant une vague d’émeutes qui a entraîné la mort de plus de 3000 sikhs dans la capitale et plus de 8000 à l’échelle nationale.

    En 1992, des dizaines de milliers d’extrémistes hindous ont rasé une mosquée du XVIe siècle dans le nord de l’Inde, affirmant qu’elle se trouvait sur le lieu de naissance du dieu hindou Rama. Près de 2 000 personnes ont été tuées à travers le pays lors des émeutes qui ont suivi.

    La polarisation religieuse qui a suivi a vu le parti hindou de droite Bharatiya Janata devenir le plus grand parti du Parlement indien. Le parti du Congrès et les partis régionaux ont courtisé les votes musulmans en se présentant comme des défenseurs des droits des minorités.

    En 2002, l’État de Gujarat, dans l’ouest de l’Inde, a éclaté de violence lorsqu’un train rempli de pèlerins hindous a été attaqué par une foule musulmane dans une petite ville. Un incendie a éclaté – on ignore encore s’il s’agissait d’un incendie criminel – et 60 hindous ont été brûlés vifs. En représailles, plus de 1 000 personnes, principalement des musulmans, ont été tuées dans l’État. On sait aujourd’hui que Modi a surfé totalement sur le fondamentalisme hindou et qu’il a participé activement à ces émeutes de 2002. Mais on laisse pisser, c’est le chien des occidentaux.

    Modi était alors le ministre en chef du Gujarat. Il a été accusé de soutien tacite au saccage contre les musulmans, mais un tribunal l’a finalement innocenté. Pourtant, pendant plusieurs années, les États-Unis l’ont inclus dans une interdiction de voyager. L’hébergement de Trump au Gujarat était symboliquement important pour Modi.

    De violents affrontements à grande échelle entre hindous et musulmans ont eu lieu pour la dernière fois à New Delhi en 2014, des mois après l’arrivée au pouvoir du parti de Modi, dans un quartier largement pauvre près de l’endroit où les émeutes de cette semaine ont eu lieu.

    Un magasin appartenant à des musulmans a été incendié, des hindous ont bombardé une mosquée de pierres et des dizaines d’hommes musulmans en colère ont attaqué des maisons hindoues. Environ trois douzaines de personnes ont été blessées.

    Traduction et ajout de commentaires d’un article de The Associated Press.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast