Diplomatie TikTok : Une doctrine de confinement numérique


  • FrançaisFrançais

  • La vente forcée de TikTok par l’administration Trump fait partie d’un effort plus large visant à contrecarrer l’indépendance économique chinoise dans le secteur des technologies.


    La vente forcée de TikTok par l’administration Trump fait partie d’un effort plus large visant à contrecarrer l’indépendance économique chinoise dans le secteur des technologies.
    Publicités

    Avec , Donald ajoute la coercition du Département d’État à sa boîte à outils de “l’art de l’accord”. Après des mois d’inquiétude feinte selon laquelle l’application TikTok représente un “cheval de Troie” permettant au Parti communiste chinois d’accéder aux données des consommateurs américains, l’administration Trump a lancé un ultimatum à la société chinoise: vendre l’application à un acheteur américain ou être interdite.

    Propagande et cheval de Troie

    Microsoft s’est présenté comme un acheteur potentiel de TikTok, un clone de l’application vidéo chinoise Douyin conçue pour un public occidental. L’application compte quelque 100 millions d’utilisateurs américains et sa société mère, ByteDance, a été évaluée à 100 milliards de dollars.

    Les avancées de Microsoft, associées à la stipulation de Trump selon laquelle TikTok verse “une somme substantielle” au Trésor américain pour avoir facilité la transaction, indiquent clairement qu’il ne s’agit pas de protéger les données des consommateurs. Certes, ni la Silicon Valley ni Washington n’ont de préoccupations légitimes concernant les problèmes de sécurité étant donné les collaborations de longue date et bien documentées entre les géants de la technologie Facebook, Amazon, Microsoft et d’autres et la NSA, la CIA, le FBI et l’ICE.

    Mais la protection des consommateurs est une couverture pratique pour ce qui se passe vraiment: la vente forcée de TikTok sous la contrainte politique n’est rien de plus qu’un braquage par le département d’État et la Silicon Valley.

    La saga TikTok fait partie d’une stratégie géopolitique plus large visant à obstruer, isoler et faire dérailler l’industrie technologique en plein essor de la . La a identifié l’innovation technologique, via son initiative innovante Made in China 2025 (MIC 25), comme la pierre angulaire de ses efforts plus larges pour gravir la chaîne de valeur manufacturière et abandonner son rôle d ‘”usine mondiale” pour entrer dans le domaine de l’innovation et -fabrication technologique.

    La technologie pour cesser d’être une usine

    Cette extrémité supérieure de la chaîne de valeur a toujours été le domaine exclusif des États-Unis, de l’Europe et des alliés stratégiques tels que le Japon et la Corée du Sud. Les États-Unis ont dévoilé une nouvelle doctrine de confinement numérique conçue pour maintenir la Chine dans sa place historique en tant que centre de fabrication semi-périphérique.

    La modernisation industrielle est la clé de la construction socialiste chinoise depuis l’ère Mao. Pendant des décennies, le PCC a identifié la “production sociale arriérée” et les besoins matériels croissants de la population comme la principale contradiction à laquelle la société chinoise est confrontée. Depuis les aspirations de Mao à développer l’industrie et à réduire la dépendance étrangère en transformant la Chine en un exportateur net d’acier, rendre la Chine technologiquement compétitive sur la scène mondiale a été d’une importance capitale pour la construction socialiste chinoise.

    Des plans ambitieux tels que MIC 2025 montrent le chemin parcouru par la Chine depuis l’époque des fours d’aciérie de Mao. L’initiative économique, lancée pour la première fois par le Conseil d’État en 2015, vise à transformer la Chine en un leader mondial de l’IA, de la robotique, des télécommunications et des technologies de l’information grâce à des subventions, à une industrie publique et à des transferts de technologie.

    Les autorités chinoises ont présenté l’initiative comme un moyen de sortir de l’industrie manufacturière à faible valeur et de contourner le soi-disant “piège du revenu intermédiaire”. Cette vision de la souveraineté économique de haute technologie va à l’encontre du rôle économique prédéterminé par les puissances occidentales qui ont facilité l’entrée de la Chine sur le marché capitaliste mondial au cours des quatre dernières décennies.

    Une usine très rentable pour les occidentaux

    En tant qu’”usine mondiale”, la Chine fabrique plus de 90 % des smartphones mondiaux, mais jusqu’à récemment, les marques chinoises représentaient une part négligeable des ventes. Le rôle de la Chine en tant que plaque tournante de la fabrication à faible valeur, source de main-d’œuvre bon marché pour les Apple et les IBM du monde et rien d’autre, était extrêmement rentable pour les capitalistes occidentaux.

    Bien entendu, cela a également permis à la Chine de capter une partie de ces bénéfices au service du renforcement de la capacité de production du pays au service de la construction socialiste et de l’investissement dans la promotion d’industries nationales compétitives.

    La "courbe du sourire" illustre les processus à haute valeur ajoutée de l'industrie. La Chine a historiquement occupé la région manufacturière à faible valeur de la courbe, une tendance à laquelle le MIC 2025 cherche à remédier.

    La “courbe du sourire” illustre les processus à haute valeur ajoutée de l’industrie. La Chine a historiquement occupé la région manufacturière à faible valeur de la courbe, une tendance à laquelle le MIC 2025 cherche à remédier.

    Pour la Chine, sauter dans le domaine de l’électronique grand public de marque, c’est perturber le système économique mondial prédéterminé des conceptions occidentales. Il n’est donc pas surprenant que le dévoilement de MIC 2025 ait correspondu à une augmentation de l’antagonisme économique occidental envers la RPC. Invoquant le langage impérialiste du libre-échange, les conseillers économiques de l’UE et des États-Unis se sont élevés contre le plan visant à “saper les règles du commerce international” et à “faire pencher la balance en faveur des acteurs chinois”.

    Vision raciste du monde

    Dans le langage hypocrite du libre-échange et des marchés ouverts qui a défini la hiérarchie économique néocoloniale de l’ère “postcoloniale”, l’industrie d’État chinoise, les subventions et la priorisation de ce qu’il appelle “l’innovation indigène” constituent ce que l’ diabolise comme une “discrimination” contre les entreprises étrangères. (Qu’importe que bon nombre de ces mêmes politiques économiques définissent l’approche des soi-disant “tigres asiatiques”, dont la plupart ont été salués en raison de leur fidélité au programme géopolitique américain.)

    Dans cette vision du monde, la Chine n’est qu’une usine massive et stupide, un imitateur et un voleur de commerce au mieux, incapable du type d’innovation et de créativité nécessaire pour être un leader mondial de la technologie grand public. Le succès de Huawei, TikTok et d’autres innovateurs chinois prouve que la vision du monde raciste est fausse.

    Ces allégations renferment un sentiment paternaliste selon lequel la Chine devrait “rester à sa place”. Un rapport sur MIC 2025 pour la Chambre de commerce de l’Union européenne a averti: “La Chine a été l’usine du monde, et maintenant elle en veut plus.” La description des aspirations de développement de la Chine comme “optimistes”, voire agressives, révèle l’état d’esprit chauviniste occidental quant à la place “appropriée” de la Chine dans la chaîne d’approvisionnement mondiale.

    La Chine doit rester à sa “place”

    Malgré l’accent apparent de la guerre commerciale sur les achats et les taxes douanières agricoles, beaucoup ont identifié le MIC 2025 comme l’antagoniste discret derrière les inquiétudes des États-Unis concernant le programme économique de la Chine. Par exemple, Lorand Laskai du Council on Foreign Relations a décrit MIC 2025 comme “le méchant central, la véritable menace existentielle pour le leadership technologique américain“.

    En fait, les taxes douanières imposées par les États-Unis identifiaient explicitement les subventions chinoises, la participation de l’État et le protectionnisme comme leur cible centrale. Lors d’un témoignage devant le Sénat en 2019, Bonnie Glaser du Center for Strategic and International Studies a noté que les responsables chinois avaient “abandonné les références à MIC 2025 dans les documents officiels et les médias faisant autorité” en réponse à l’examen et à la pression accrus des États-Unis.

    L’utilisation agressive des droits de douane et des menaces contre le virage technologique dans la construction socialiste chinoise montre clairement que la soi-disant “guerre commerciale” faisait partie d’un programme impérialiste plus vaste visant à freiner l’ascension de la Chine dans la chaîne de valeur mondiale.

    Cependant, la carotte et le bâton des négociations de guerre commerciale, un chant du cygne à l’époque de l’engagement sino-américain que Mike Pompeo a récemment considéré comme un “échec”, a cédé la place à une position dure. Dans une mise à niveau numérique de la doctrine de confinement de la guerre froide, les États-Unis cherchent à bloquer complètement l’industrie technologique chinoise des marchés clés et des chaînes d’approvisionnement.

    Doctrine de confinement

    La menace d’interdiction américaine de TikTok, déjà interdite en Inde et sous surveillance en Australie, dans l’UE et au Japon, n’est que la dernière tentative de dessiner un rideau de fer numérique autour des marques technologiques phares de la Chine. Pendant des années, les États-Unis ont fait valoir que Huawei (qui vient d’éclipser Apple en tant que marque de smartphone la plus populaire auprès des consommateurs chinois) est un indicateur des prétendues ambitions mondiales du CPC.

    Le département d’État a fait pression pour faire pression sur les alliés et les États clients afin qu’ils interdisent à Huawei de construire une infrastructure 5G critique, menaçant de couper les alliés des services de renseignement américains s’ils devaient être “compromis” par l’infrastructure Huawei. À l’heure actuelle, La 5G d’Huawei est effectivement interdite aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Japon, en Corée du Sud et à Taiwan. Pendant ce temps, sous la pression du gouvernement américain, Google a supprimé la fonctionnalité Google Play Store des appareils Huawei, bloquant efficacement les utilisateurs de Huawei des applications omniprésentes telles que Gmail, YouTube et Google Play.

    Plus encore, en mai 2020, les États-Unis ont décidé de couper l’accès de Huawei aux puces semi-conductrices construites avec la technologie américaine, un composant essentiel de la fabrication de smartphones dont la Chine est à ce jour en retard en termes de capacité de production nationale. Incapables de battre Huawei dans la course à la 5G, les États-Unis se sont tournés vers la force diplomatique brutale pour sortir la marque chinoise de pans entiers du marché mondial.

    L'ascension rapide de Huawei sur le marché des smartphones s'est heurtée à l'analyse, à la suspicion et à l'opposition de l'Occident.

    L’ascension rapide de Huawei sur le marché des smartphones s’est heurtée à l’analyse, à la suspicion et à l’opposition de l’Occident.

    Raciste et menace sur la mère de famille américaine

    Les États-Unis ont présenté l’ascension technologique de la Chine en des termes hautement racialisés et politisés, faisant de Huawei, TikTok et d’autres entreprises chinoises les “tentacules du Parti communiste chinois“, selon les mots de Mike Pompeo. Appelant à un “réveil” du soi-disant monde libre à la menace imminente de la Chine, Pompeo a averti que “faire des affaires avec une entreprise soutenue par le PCC n’est pas la même chose que faire des affaires avec, disons, une entreprise canadienne.

    Peter Navarro a décrit la menace d’invasion chinoise en des termes encore plus intimes, dénonçant le fait que “les mères d’ doivent se demander si le Parti communiste chinois sait où sont leurs enfants“. Sous la nouvelle guerre froide sur la Chine, les entreprises chinoises, les produits et même les étudiants étrangers sont tous des mandataires potentiels pour l’infiltration du Parti communiste de la “sécurité nationale” et de la famille américaine elle-même.

    Les enjeux des efforts menés par les États-Unis pour contrecarrer l’autosuffisance technologique chinoise sont clairs. Même au-delà des propres programmes de développement économique de la Chine, les progrès technologiques chinois ont historiquement apporté de réels avantages à d’autres alliés du Sud global, également rejetés et sanctionnés sous le régime américain.

    Huawei lui-même a été critiqué par l’empire pour avoir aidé à construire l’infrastructure sans fil de la RPDC, qui avait auparavant du mal à trouver des sponsors internationaux, et a joué un rôle similaire dans la mise à jour de l’infrastructure de télécommunications de Cuba. Pendant ce temps, les innovations chinoises en matière de crypto-monnaie pourraient avoir une importance historique en brisant l’hégémonie de la diplomatie du dollar américain et en aidant les pays sanctionnés à ne plus utiliser l’USD dans les transactions internationales pour accéder aux marchés financiers internationaux.

    La Chine reste encore un pays en développement

    Le fait souvent oublié que l’arrestation de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, au Canada a été motivée par des violations présumées des sanctions américaines contre l’Iran est un autre exemple de la manière dont l’ascension technologique chinoise va à l’encontre de l’application de l’hégémonie impériale américaine.

    Malgré l’image populaire des horizons chinois étincelants et des mesures sans précédent vers l’éradication de la pauvreté, la Chine reste à bien des égards un pays en développement, avec un PIB par habitant plus proche de celui du Mexique et de la Thaïlande que des États-Unis ou de l’Allemagne. L’innovation technologique joue un rôle crucial dans les ambitions de la Chine de devenir une nation à revenu élevé, de résoudre les inégalités entre les villes et les campagnes et de répondre aux besoins matériels croissants de sa population.

    L’âge des fours d’acierie a cédé la place à l’ère des semi-conducteurs, mais l’amélioration des moyens de production industrielle de la Chine reste la pierre angulaire du progrès économique et social sous le PCC. La vente forcée de TikTok par l’administration Trump n’est que le dernier d’un programme de longue date visant à contrecarrer la modernisation de la Chine. Dans le cadre de la doctrine du confinement numérique, le supposé exécuteur mondial du libre-échange et de la concurrence loyale s’est révélé comme un gardien belligérant, empêchant l’accès au marché de la Chine partout et comme il le peut.

    Traduction d’un article par Popular Resistance et Qiao Collective.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast