Tristesse et colère face à ce qui arrive à Truthdig


  • FrançaisFrançais

  • La fermeture brutale de Truthdig alors que l’Amérique a besoin plus que jamais de penseurs comme Chris Hedges ou Robert Scheer, montre que la gauche américaine est vraiment menacé d’extinction.


    Publicités

    Quand vous regardez l’Amérique, quand vous lisez leurs médias de masse, alors vous voyez une masse de décérébrés, racistes et remplis de fous de guerre. Des idiots qui racontent des idioties, glorifiant l’idiotie de leur pays. Mais au milieu de cette fange, on trouve des médias, résolument tournés à gauche et d’une critique virulente contre le système en place. Truthdig est l’un de ces médias et pour être honnête, c’était ma seule source d’infos fiables et sans aucune concession de ce qui se passe réellement aux Etats-Unis.

    est d’abord des auteurs qui ont enchanté leur audience par des critiques acerbes, incendiaires et d’une limpidité extrême. On peut citer surtout Chris Hedges, journaliste ayant gagné le prix Pulitzer et qui est capable de mettre la plume sur la plaie purulante du système américain. Ces éditoriaux sont souvent traduits en français et moi-même, j’en ai traduit quelques uns. Mais on a également Robert Scheer qui est l’un des CEO de Truthdig.

    J’avais traduit ses deux excellents entretiens avec Noam Chomsky. On a d’autres très bons auteurs comme le major Danny Sjursen, un ancien militaire, qui raconte ce que c’est réellement l’armée américaine. Ou encore Lee Camp, chroniqueur et humoriste, qui pouvait vous faire tristement rigoler avec ces critiques. Il possède notamment une chaine Youtube, appelé Redacted Tonight. Truthdig est l’équivalent du Monde Diplomatique. Ce sont de beaux articles, très profonds avec des sources en béton armé et le site a été fermé à cause d’une querelle entre Robert Scheer et l’autre propriétaire du site, Zuade Kaufman.

    Je n’ai jamais lu un seul article de cette femme et en fait, en cherchant sur le site, il n’y a quasiment aucun article d’elle, à part des annonces pour lancer telle ou telle initiative. Ce qui fait dans la querelle, on prend instinctivement parti pour Rober Scheer, qui est sans doute l’un des penseurs progressistes les plus célèbres aux Etats-Unis et d’une critique sans pareil contre l’Establishment américain.

    Zuade Kaufman publie un article pour expliquer les choses. Et dès les premières lignes, on sent le faisandé à des kilomètres. Elle prend l’approche féministe, nous faisant croire que Scheer est un mâle patriarcal et où elle est la pauvre victime. Elle tente de le discréditer de toutes les manières et c’est assez écoeurant. Comme quoi… Robert Scheer publiera une réponse sur un autre site, nous montrant que la querelle concernait le fric. Notre Zuade Kaufman a considéré que Truthdig n’était plus rentable et qu’elle en avait assez de payer et donc, elle veut sacquer le site. En fait, elle voulait que Truthdig devienne plus mainstream (traduction : qu’il devienne un média crasse comme les autres et qu’il abandonne la critique radicale).

    Ce que Scheer nous dit est assez logique. On ne peut pas fermer un site comme Truthdig du jour au lendemain sans prévenir personne. On peut toujours trouver de l’argent, que ce soit via des dons, des campagnes participatifs ou même l’aide de l’Etat. A chaque fois qu’un média réputé a demandé de l’argent, les gens ont accourus. Car l’information fiable manque cruellement, surtout aux Etats-Unis. De plus, Zuade Kaufman a bloqué l’accès du site à Robert Scheer et aux différents auteurs. Ma petite dame, la censure a toujours prouvé que c’est vous qui aviez tort.

    L’Amérique est un tournant de son histoire. Sanders, servile dans l’âme, a laissé tomber la course aux présidentielles et apporte son soutien à Biden, la momie ressuscitée par la machine néolibérale démocrate. Et c’est là qu’on doit chercher la raison de la destruction de Truthdig. Les articles étaient incendiaires contre tout le système américain. La critique de Chris Hedges contre Israel ou encore les chrétiens fascistes sont tellement rares qu’on lit chaque mot avec plaisir.

    Les articles de Danny Sjursen contre l’armée américaine, vous ne les lirez nulle part ailleurs. Si on veut séduire les annonceurs et montrer son cul au parti démocrate pour faire semblant de lutter contre un système, inique dans l’âme, il est normal qu’il faille dégager les auteurs qui sont à l’origine de cette critique, mais également qui sont l’âme de Truthdig. Sans doute que le site reviendra un jour, mais sans des auteurs comme Scheer ou Hedges, ce sera comme lire les communiqués du Parti Démocrate.

    Zuade Kaufman est doublement coupable d’avoir détruit ce site alors que l’Amérique est en pleine propagande. Les médias cachent constamment les errements et l’effondrement de l’Amérique face au Covid-19 et ils se serrent les coudes pour ne pas casser l’image de l’Amérique avec ses étendards, prête à pourfendre le péril jaune.

    Certes, il reste encore des sites de la gauche américaine qui vont survivre, mais Truthdig avait réussi à créer une belle réputation pendant de nombreuses années. Espérons que les auteurs trouvent un autre site pour qu’on puisse les lire de nouveau et voir que l’Amérique a encore de bons penseurs radicaux qui peuvent s’exprimer librement. Car sinon, ce pays sera un Remake d’Idiocratie sauf que les idiots sont aussi bêtes et méchants.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast