L’élection à choix unique


  • FrançaisFrançais

  • Un simulacre d’élection. Un véritable cirque entre Biden et Trump. Sanders a tenté de jouer le jeu des Démocrates et ces derniers l’ont crucifié une fois de plus. Trump ou Biden, les américains voteront pour un oligarque à 100 %. Cette élection aurait pu être historique, elle sera inutile.


    Un simulacre d'élection. Un véritable cirque entre Biden et Trump. Sanders a tenté de jouer le jeu des Démocrates et ces derniers l'ont crucifié une fois de plus. Trump ou Biden, les américains voteront pour un oligarque à 100 %. Cette élection aurait pu être historique, elle sera inutile.
    Crédit : Mr. Fish

    Il n’y a qu’un seul choix dans cette . La consolidation du pouvoir oligarchique sous Donald ou la consolidation du pouvoir oligarchique sous Joe . Les oligarques, avec ou Biden, gagneront à nouveau. Nous allons perdre. Les oligarques l’ont clairement expliqué, si Bernie devenait miraculeusement le candidat du Parti démocrate, ils allieraient leurs forces aux républicains pour l’écraser. Trump, si était le candidat, serait instantanément blanchi par les élites du Parti démocrate de ses démons et de sa propension à la tyrannie.

    Sanders, le diable rouge

    Sanders serait vêtu d’appâts rouges, comme il l’a été vicieusement vendredi dans l’article “As Bernie Sanders Pushed for Closer Ties, Soviet Union Spotted Opportunity” du New York Times et transformé en une figure de dérision et de ridicule. Les oligarques nous prêchent le sermon des pires quand ils tentent de nous enfoncer dans la gorge une Hillary Clinton ou une Biden, mais l’ignorent par eux-mêmes. Ils préfèrent Biden à Trump, mais ils peuvent vivre avec l’un ou l’autre.

    Une seule chose compte pour les oligarques. Ce n’est pas de la démocratie. Ce n’est pas la vérité. Ce n’est pas le consentement des gouvernés. Ce n’est pas l’inégalité des revenus. Ce n’est pas l’État de surveillance. Ce n’est pas une guerre sans fin. Ce ne sont pas des emplois. Ce n’est pas le climat. C’est la primauté du pouvoir des entreprises, qui a éteint notre démocratie et laissé la plupart de la classe ouvrière dans la misère, et l’augmentation et la consolidation continues de leur richesse.

    Il est impossible de travailler au sein du système pour briser l’hégémonie du pouvoir oligarchique ou instituer une réforme significative. Le changement, le vrai changement, ne viendra que par des actes soutenus de désobéissance civile et de mobilisation de masse, comme avec le mouvement des gilets jaunes en France et l’Extinction Rebellion. Plus nous serons trompés par le burlesque électoral, plus nous deviendrons impuissants.

    La trahison de Sanders

    J’étais dans les rues avec des manifestants à Philadelphie devant le Wells Fargo Center, bien nommé, lors de la Convention démocratique de 2016, lorsque des centaines de délégués de Sanders sont sortis du hall. “Montrez-moi à quoi ressemble la démocratie!” ont-ils scandé, tenant des pancartes de Bernie au-dessus de leurs têtes alors qu’ils prenaient les sorties. “Voici à quoi ressemble la démocratie !”

    Un simulacre d'élection. Un véritable cirque entre Biden et Trump. Sanders a tenté de jouer le jeu des Démocrates et ces derniers l'ont crucifié une fois de plus. Trump ou Biden, les américains voteront pour un oligarque à 100 %. Cette élection aurait pu être historique, elle sera inutile.

    Crédit : Mr. Fish

    La plus grande erreur tactique de Sanders n’a pas été de les rejoindre. Il s’inclina devant le puissant autel de l’État corporatif. Il avait désespérément tenté de conjurer la révolte de ses partisans et délégués à la veille de la convention en envoyant des messages répétés en son nom, pour la plupart rédigés par des membres de la campagne Clinton, pour être respectueux, ne pas perturber le processus de nomination et soutenir Clinton. Sanders était un chien de berger dévoué, essayant de rassembler ses partisans mécontents dans l’étreinte de la campagne Clinton. À son moment d’apostasie, lorsqu’il a présenté une motion pour nommer Clinton, ses délégués avaient laissé des centaines de sièges vides au congrès.

    Après la convention de 2016, Sanders a organisé des rassemblements, la foule pitoyablement petite par rapport à ce qu’il avait attiré quand il s’était présenté comme candidat, au nom de Clinton. Il est retourné au Sénat pour s’aligner fidèlement sur le chef de la minorité sénatoriale Chuck Schumer, dont le pouvoir vient de sa capacité à canaliser des dizaines de millions de dollars en argent d’entreprise et de Wall Street vers des candidats démocrates oints.

    La soumission catastrophique de Sanders

    Sanders a refusé de soutenir le procès intenté contre le Comité national démocrate pour avoir truqué les primaires contre lui. Il a approuvé les candidats démocrates qui ont adopté les positions économiques et politiques néolibérales auxquelles il prétend s’opposer. Sanders, qui se dit indépendant, a fait un caucus en tant que démocrate. Le Parti démocrate a déterminé ses affectations au Sénat. Schumer a proposé de faire de Sanders le chef du Comité du budget du Sénat si les démocrates gagnaient le contrôle du Sénat. Sanders est devenu un apparatchik de fête.

    Sanders croyait apparemment que s’il était assez obséquieux pour l’élite du Parti démocrate, ils lui donneraient une chance en 2020, une chance qu’ils l’ont refusée en 2016. La politique, je pense selon Sanders, concerne le compromis et le pragmatisme. C’est vrai. Mais faire de la politique dans un système qui n’est pas démocratique, c’est être complice de la mascarade. Sanders a mal interprété la direction du Parti démocrate, créature des marais de l’État d’entreprise.

    Il a mal analysé le Parti démocrate, qui est un mirage d’entreprise. Sa base peut, au mieux, sélectionner des candidats pré-approuvés et agir comme accessoires lors de rassemblements et de conventions chorégraphiées de partis. Les électeurs du Parti démocrate n’ont aucune influence sur la politique ou les politiques des partis. La naïveté de Sanders, et peut-être son manque de courage politique, ont chassé ses jeunes partisans les plus engagés. Ces partisans ne lui ont pas pardonné sa trahison. Ils ont choisi de ne pas se présenter pour voter dans les nombres dont il a besoin dans les primaires. Ils ont raison. Il a tort. Nous devons renverser le système et non l’apaiser.

    Le soldat Sanders doit mourir

    Sanders est blessé. Les oligarques vont bientôt le tuer. Ils le soumettront au même assassinat, aidé par les courtisans de la presse d’entreprise, qui a été dirigé contre Henry Wallace en 1948 et George McGovern en 1972, les deux seuls candidats progressistes à la présidentielle qui ont réussi à menacer sérieusement les élites dirigeantes depuis Franklin Delano Roosevelt. La classe libérale inconsidérée, facilement effrayée, abandonne déjà Sanders, fustigeant ses partisans avec leur auto-justice nauséabonde et défendant Biden comme un sauveur politique.

    Trump et Biden sont des figures répugnantes, esquivant la vieillesse avec des lacunes cognitives et aucun noyau moral. Trump est-il plus dangereux que Biden ? Oui. Trump est-il plus incompétent et plus malhonnête ? Oui. Trump est-il plus une menace pour la société ouverte ? Oui. Biden est-il la solution ? Non.

    Biden représente l’ancien ordre néolibéral. Il personnifie la trahison par le Parti démocrate des hommes et des femmes qui ont déclenché la profonde haine des élites dirigeantes à travers le spectre politique. Il est un cadeau pour un démagogue et escroc comme Trump, qui comprend au moins que ces élites sont détestées. Biden ne peut pas offrir de changement de manière plausible. Il ne peut offrir plus de la même chose. Et la plupart des Américains n’en veulent pas davantage. Le plus grand bloc en âge de voter du pays, les plus de 100 millions de citoyens qui, par apathie ou dégoût, ne votent pas, resteront à nouveau chez eux. Cette démoralisation de l’électorat est intentionnelle. Cela donnera, je pense, un nouveau mandat à Trump.

    Votez pour Biden et…

    En votant pour Biden, vous soutenez l’humiliation de femmes courageuses comme Anita Hill qui ont affronté leurs agresseurs. Vous votez pour les architectes des guerres sans fin au Moyen-Orient. Vous votez pour l’Etat d’apartheid en Israël. Vous votez pour une surveillance globale du public par les agences de renseignement gouvernementales et pour l’abolition de la régularité de la procédure et de l’habeas corpus. Vous votez pour des programmes d’austérité, y compris la destruction de l’aide sociale et des coupes dans la sécurité sociale.

    Vous votez pour l’ALENA, les accords de libre-échange, la désindustrialisation, une baisse des salaires, la perte de centaines de milliers d’emplois manufacturiers et la délocalisation d’emplois aux travailleurs sous-payés qui peinent dans les ateliers clandestins en Chine ou au Vietnam. Vous votez pour l’assaut contre l’éducation publique et le transfert de fonds fédéraux aux écoles à but lucratif et à charte chrétienne. Vous votez pour le doublement de notre population carcérale, le triplement et le quadruplement des peines et l’énorme expansion des délits méritant la peine de mort. Vous votez pour une police militarisée qui abat impunément les pauvres de couleur.

    Vous votez contre le Green New Deal et la réforme de l’immigration. Vous votez pour limiter le droit d’une femme à l’avortement et aux droits en matière de procréation. Vous votez pour un système d’écoles publiques distinct dans lequel les riches reçoivent des opportunités d’éducation et les pauvres de couleur se voient refuser une chance. Vous votez pour des niveaux punitifs d’endettement étudiant et pour l’impossibilité de vous libérer de vos dettes par la faillite. Vous votez pour la déréglementation du secteur bancaire et l’abolition de Glass-Steagall.

    Votez encore pour Biden et……

    Vous votez pour les sociétés d’assurance et pharmaceutiques à but lucratif et contre les soins de santé universels. Vous votez pour des budgets de défense gonflés. Vous votez pour l’utilisation d’argent oligarchique et d’entreprise illimité pour acheter nos élections. Vous votez pour un politicien qui, pendant son mandat au Sénat, a abjectement servi les intérêts de MBNA, la plus grande société de cartes de crédit indépendante dont le siège est au Delaware, qui employait également le fils de Biden, Hunter.

    Le néofeudalisme américain

    Il n’y a pas de différences politiques substantielles entre les démocrates et les républicains. Nous n’avons que l’illusion d’une démocratie participative. Les démocrates et leurs apologistes libéraux adoptent des positions tolérantes sur des questions concernant la race, la religion, l’immigration, les droits des femmes et l’identité sexuelle et prétendent qu’il s’agit de politique. L’aile droite utilise ceux qui sont en marge de la société comme boucs émissaires. Les guerres culturelles masquent la réalité. Les deux parties sont des partenaires à part entière dans la reconfiguration de la société américaine en une forme de néofeudalisme. Cela ne dépend que de la façon dont vous voulez qu’il soit habillé.

    «En entretenant l’illusion parmi les classes impuissantes» qu’il peut faire de leurs intérêts une priorité, le Parti démocrate «pacifie et définit ainsi le style d’un parti d’opposition dans un système totalitaire inversé», écrit le philosophe politique Sheldon Wolin.

    Les démocrates offriront une fois de plus la pire des alternatives tout en faisant peu ou rien pour contrecarrer la marche vers le totalitarisme des entreprises. Ce que le public veut et mérite sera à nouveau ignoré pour ce que les lobbyistes d’entreprise exigent. Si nous ne réagissons pas rapidement à la catastrophe sociale et économique qui a frappé la majeure partie de la population, nous ne pourrons pas contrecarrer la montée de la tyrannie des entreprises et du fascisme chrétien.

    Nous devons réintégrer ceux qui ont été repoussés dans la société, guérir les liens sociaux rompus, donner aux travailleurs dignité, autonomisation et protection. Nous avons besoin d’un système de soins de santé universel, d’autant plus que nous nous dirigeons vers une pandémie mondiale. Nous avons besoin de programmes qui offrent des emplois avec des salaires, une protection de l’emploi et des pensions viables.

    Nous avons besoin d’une éducation publique de qualité pour tous les Américains. Nous devons reconstruire notre infrastructure et mettre fin au gaspillage de nos ressources en temps de guerre. Nous devons mettre un terme au pillage des entreprises et réglementer Wall Street et les entreprises. Nous devons réagir par des mesures radicales et immédiates pour réduire les émissions de carbone et nous sauver de l’écocide et de l’extinction. Nous n’avons pas besoin d’une émission “Punch and Judy” entre Trump et Biden. Mais c’est, avec la tyrannie des entreprises, ce que nous semblons devoir obtenir, à moins que nous ne descendions dans la rue et ne démolissions la baraque.

    Traduction d’un article de Truth Dig par Chris Hedges.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast