Madagascar refuse le vaccin et c’est une bonne chose


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Madagascar refuse le chantage du vaccin contre le covid-19. Et c’est une bonne chose.


    Madagascar refuse le chantage du vaccin contre le covid-19. Et c'est une bonne chose.
    Publicités

    a annoncé qu’il ne participait au projet Covax qui est le vaccin mondial contre le covid-19 à prix réduit. Prix réduit est relatif, car cela représente des dizaines de milliards de dollars pour . Madagascar subit un chantage et une pression en règle des “bailleurs” de fond, pas de vaccin, pas d’aide internationale. C’est comme d’habitude. Pourtant, même si le vaccin était accepté, personne ne le prendrait, car on ne s’exprime pas, mais on sait ce qui se passe en Occident.

    Seuls les faibles d’esprit peuvent croire que ce vaccin est sûr alors qu’il est sorti il a quelques semaines. Déjà, contre quelle variante est-il efficace ? Car si c’est contre le premier covid-19 de mars et d’avril, ça n’a pas d’intérêt, car cette variante a disparue. Est-ce que c’est la variante africaine et maghrébine de juillet et aout, ça n’a pas d’intérêt, car sa virulence est ridicule. Est-ce que c’est un vaccin contre le covid qui frappe l’Europe au début de l’hiver, alors ça n’a pas d’intérêt pour Madagascar, car le pays a fermé ses frontières depuis avril et il ne les a pas encore ouvert.

    Parce qu’une efficacité de 90 % contre une variante qui n’existe pas, c’est très facile à faire. De vrais essais cliniques manquent cruellement, aucune comparaison avec le placebo, car si le placebo protège aussi à 90 %, alors ça n’a pas d’intérêt et cela prouve que le vaccin protège contre un disparu. Il faut 4 ans pour développer un vaccin fiable, ensuite 2 ans de pharmacovigilance pour voir s’il n’y a pas d’effets secondaires dans la vaccination massive. Les peuples occidentaux, apeurés par leur tyrannie sanitaire, seront de bons cobayes pour nous.

    On pourra voir ce que vaut réellement ce vaccin. En sachant qu’on peut aussi falsifier l’immunité. Quand les tests sont bidonnés à tire-larigot pour augmenter le nombre de cas, il suffit de baisser tout autant pour prouver fallacieusement que le vaccin fonctionne. N’oubliez jamais une chose, c’est les mêmes fils de pute qui vous ont vendu le Remdesivir qui veulent vous vacciner. Après, si vous persistez et signez dans votre stupidité, c’est votre problème.

    En 8 mois d’épidémie, nous avons 17 000 cas en tout pour environ 250 morts. Cela signifie que ce virus est tellement insignifiant qu’il n’a touché que 0,07 % de la population et qu’il a tué 0,001 % de la population. Je pense qu’on n’a rien à craindre. Et les faibles d’esprit vont rétorquer, car il y a en plein dans vos contrées, que cela ne compte pas tous les autres cas et morts non répertoriés, même si on étend à 1 %, cela ne vaut tout simplement pas la peine.

    Madagascar possède son propre traitement, le CVO, à base d’artémisine, pourquoi se vaccinerait-il ? Ce qui est risible est que beaucoup de pays africains, après avoir dégueulé sur la Grande Ile, ont aussi lancé leur propre mixture à base d’artémisine. Comme quoi, on sait où sont les collabos et les traitres. Mais qu’est-ce qui se passe si l’épidémie fait son retour. Madagascar vient d’entrer en été et nous sommes donc tranquilles jusqu’au mois de mars prochain. Le covid n’aime pas les canicules. A ce moment, nous aurons déjà suffisamment du recul, car les petits cobayes occidentaux auront eu leur piquouse s’ils veulent vivre normalement, c’est beau le chantage !

    Même si le pays accepte quand même le vaccin, ce sera compliqué de le rendre obligatoire. Et on ne peut pas vraiment faire peur aux malgaches. Si la peste pulmonaire qui tue 100 % de ses victimes, n’a pas eu notre peau, si des cyclones de classe 5 n’ont pas eu notre peau, si l’invasion de criquets, la sécheresse, la famine n’ont pas eu notre peau, ce n’est pas un petit virus avec une de 1 % qui pourra nous faire quoi que ce soit.

    Ce qu’il faudra surveiller est si Madagascar n’est pas forcé de prendre quand même le vaccin par les officines internationales sous peine que le robinet à fric soit coupé. La fermeture des frontières, très précoce, nous a évité le pire et le maintien de cette fermeture a considérablement limité les dégats.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 5,00 out of 5)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    1 réponse

    1. Jan dit :

      Bravo!!!
      Pauvres, mais LIBRES!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast