Cannabis : Une empreinte carbone gigantesque à cause d’une demande insatiable !


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Les chercheurs de l’Université d’État du Colorado fournissent la comptabilité la plus détaillée à ce jour des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie du cannabis. Et les résultats font froid dans le dos. La légalisation du cannabis qui est en cours actuellement dans le monde, pourrait faire exploser les émissions de CO2.


    Les chercheurs de l'Université d'État du Colorado fournissent la comptabilité la plus détaillée à ce jour des émissions de gaz à effet de serre de l'industrie du cannabis. Et les résultats font froid dans le dos. La légalisation du cannabis qui est en cours actuellement dans le monde, pourrait faire exploser les émissions de CO2.

    Ce n’est pas un secret que l’industrie du américaine vaut un pognon de dingue avec ses 13 milliards de dollars. L’impact environnemental de ce secteur en plein essor est moins évident pour certaines personnes, avec la forme d’émissions de gaz à effet de serre provenant de la production commerciale, principalement en intérieur.

    Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de la Colorado State University fournit la comptabilité la plus détaillée à ce jour de l’empreinte carbone de l’industrie du cannabis, une somme autour de laquelle il n’ a qu’une compréhension limitée. Ce qui est clair, cependant, c’est que la demande des consommateurs pour le cannabis est insatiable et ne montre aucun signe de ralentissement alors que de plus en plus d’États s’engagent dans la légalisation.

    Une empreinte carbone négligée du cannabis

    L’étude, publiée dans Nature Sustainability, a été dirigée par l’étudiante diplômée Hailey Summers, dont le conseiller, Jason Quinn, est professeur agrégé au Département de génie mécanique. Summers, Quinn et Evan Sproul, un chercheur en génie mécanique, ont effectué une évaluation du cycle de vie des opérations de cannabis en intérieur aux États-Unis, analysant l’énergie et les matériaux nécessaires à la culture du produit et comptabilisant les émissions de gaz à effet de serre correspondantes.

    Ils ont découvert que les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production de cannabis sont largement attribuées à la production d’électricité et à la consommation de gaz naturel provenant des contrôles environnementaux intérieurs, des lampes de culture à haute intensité et des approvisionnements en dioxyde de carbone pour une croissance accélérée des plantes.

    “Nous savions que les émissions allaient être importantes, mais parce qu’elles n’avaient pas été entièrement quantifiées auparavant, nous l’avons identifié comme un grand espace d’opportunité de recherche”, a déclaré Summers.

    Les efforts du groupe CSU mettent à jour les travaux antérieurs des chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory, qui ont quantifié les opérations de culture à petite échelle en Californie et ont précédé la cascade de légalisation État par État depuis que le Colorado a été le premier à légaliser en 2012. À ce jour, 36 États ont légalisé usage médical du cannabis, et 15 ont légalisé l’usage récréatif.

    Cartographie variable des émissions de CO2

    L’équipe du CSU a supposé qu’il y aurait une variabilité substantielle des émissions selon l’endroit où le produit était cultivé, en raison du climat ainsi que des émissions du réseau électrique. Leurs travaux récemment publiés capturent la propagation potentielle à travers le pays des grands entrepôts commerciaux pour la culture du cannabis, et modélisent les émissions pour plusieurs endroits à forte croissance à travers le pays.

    Les chercheurs de l'Université d'État du Colorado fournissent la comptabilité la plus détaillée à ce jour des émissions de gaz à effet de serre de l'industrie du cannabis. Et les résultats font froid dans le dos. La légalisation du cannabis qui est en cours actuellement dans le monde, pourrait faire exploser les émissions de CO2.

    Les émissions de gaz à effet de serre du cycle de vie de la culture de cannabis en intérieur modélisées aux États-Unis – Crédits : Hailey Summers/Université d’État du Colorado

    Leurs résultats incluent une carte qui montre les émissions relatives partout aux États-Unis, définies comme les émissions par kilogramme de fleur de cannabis. Ils ont également développé une carte SIG qui permet aux utilisateurs d’entrer un nom de comté et de trouver des estimations d’émissions locales.

    Leurs recherches montrent que la culture de cannabis en intérieur aux États-Unis entraîne des émissions de gaz à effet de serre sur le cycle de vie comprises entre 2 283 et 5 184 kilogrammes de dioxyde de carbone par kilogramme de fleur séchée. Comparez cela aux émissions provenant de l’utilisation d’électricité dans la croissance du cannabis en extérieur et en serre, qui sont respectivement de 22,7 et 326,6 kilogrammes de dioxyde de carbone, selon le New Frontier Data 2018 Cannabis Energy Report.

    Ces chiffres en extérieur et en serre ne prennent en compte que l’électricité, tandis que l’estimation des chercheurs du CSU est plus complète, mais la comparaison met toujours en évidence l’empreinte carbone gigantesque des opérations de culture du cannabis en intérieur.

    La demande du cannabis est insatiable

    Les chercheurs ont été surpris de constater que les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation représentaient la plus grande demande d’énergie, avec des chiffres fluctuant en fonction du climat local, que ce soit en Floride, qui nécessite une déshumidification excessive, ou au Colorado, où le chauffage est plus important.

    La forte consommation d’énergie du cannabis est due en partie à la façon dont le produit est réglementé, a déclaré Quinn. Dans le Colorado, de nombreuses opérations de culture doivent être à proximité des devantures de magasins de détail, ce qui a provoqué une explosion d’entrepôts intérieurs énergivores dans les zones urbaines comme Denver. Selon un rapport du Département de la santé publique et de l’ de Denver, la consommation d’électricité issue de la culture du cannabis et d’autres produits est passée de 1 % à 4 % de la consommation totale d’électricité de Denver entre 2013 et 2018.

    En fin de compte, l’équipe aimerait aider l’industrie à s’attaquer aux problèmes environnementaux alors que le cannabis légal est encore relativement aux États-Unis. “Nous aimerions essayer d’améliorer les impacts environnementaux avant qu’ils ne soient intégrés à la façon de se lancer dans le business du cannabis”, a déclaré Sproul.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast