Cannabis : Les magasins légaux liés à moins de décès d’opiacés aux États-Unis


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Une corrélation montre que la présence de boutiques légales de cannabis est associé à moins de morts provoqués par les opiacés aux Etats-Unis. Les résultats peuvent avoir des implications pour lutter contre l’abus d’opiacés.


    Une corrélation montre que la présence de boutiques légales de cannabis est associé à moins de morts provoqués par les opiacés aux Etats-Unis. Les résultats peuvent avoir des implications pour lutter contre l'abus d'opiacés.

    L’accès aux magasins légaux de cannabis est associé à une réduction des décès liés aux opiacés aux États-Unis, en particulier ceux liés aux opiacés synthétiques tels que le fentanyl, constate une étude publiée aujourd’hui par le BMJ. Les opiacés sont des médicaments de “type morphine” qui soulagent la douleur à court terme (aiguë) et la douleur en fin de vie. Il a peu de preuves qu’ils sont utiles pour la douleur à long terme (chronique), mais ils sont souvent prescrits pour cette raison.

    Une explosion des morts liés aux opiacés aux

    Cela a conduit à une utilisation abusive généralisée et à une forte augmentation des décès par surdose, en particulier aux États-Unis. En 2018, il a eu plus de 46 000 décès liés au , ce qui représente plus des deux tiers de tous les décès liés aux opiacés aux États-Unis cette année-là.

    Certaines études ont suggéré qu’un accès accru aux magasins de cannabis, légalement autorisés à vendre du cannabis médical et récréatif, pourrait aider à réduire les décès liés aux opiacés, mais les preuves à ce jour sont mitigées. Pour approfondir cette question, les chercheurs ont examiné les relations entre les magasins de cannabis médical et récréatif (appelés dispensaires) et les décès liés aux opiacés de 2014 à 2018.

    Leurs conclusions sont basées sur les données de 812 comtés dans les 23 États américains qui ont autorisé les dispensaires légaux de cannabis à fonctionner d’ici la fin de 2017. Les informations sur la législation nationale sur le cannabis ont été combinées avec des données au niveau des comtés sur les dispensaires agréés et les taux de mortalité liés aux opiacés.

    La présence de magasins légaux de cannabis baisse la mortalité

    Après avoir contrôlé les caractéristiques de la population et d’autres facteurs potentiellement influents, les chercheurs ont découvert que les comtés avec un nombre plus élevé de dispensaires de cannabis actifs étaient associés à une réduction des taux de mortalité liés aux opiacés.

    Selon cette estimation, une augmentation d’un à deux dispensaires dans un comté était associée à une réduction estimée de 17 % de tous les taux de mortalité liés aux opiacés. Cette association s’appliquait à la fois aux dispensaires médicaux et récréatifs et semblait particulièrement forte pour les décès associés aux opiacés synthétiques autres que la méthadone, avec une réduction estimée de 21 % des taux de mortalité associée à une augmentation d’un à deux dispensaires.

    Une augmentation de deux à trois dispensaires a été associée à une réduction supplémentaire de 8,5 % de tous les taux de mortalité liés aux opiacés.

    Cette étude est la première à examiner l’association entre les opérations actives des dispensaires de cannabis et les taux de mortalité liés aux opiacés au niveau du comté. Cependant, les résultats sont observationnels et ne peuvent donc pas en établir la cause, et les chercheurs soulignent que si le cannabis est généralement considéré comme moins addictif que les opiacés, il comporte toujours des dommages potentiels et les risques pour la sécurité publique ne doivent pas être ignorés.

    L’étude reste observationnelle

    Mais ils disent que leurs résultats suggèrent “une association potentielle entre la prévalence accrue des dispensaires de cannabis médical et récréatif et la réduction des taux de mortalité liés aux opiacés”. Et ils appellent à “une meilleure compréhension de l’impact de la légalisation du cannabis sur l’abus d’opiacés et les résultats de santé publique avant que les décideurs politiques puissent peser les avantages potentiels par rapport aux méfaits de la promotion de la légalisation du cannabis”.

    Dans un éditorial lié, les chercheurs affirment que la légalisation du cannabis “ne peut être considérée comme un remède à la des opiacés tant qu’une base de données solide n’est pas disponible”. Bien que certains puissent interpréter ces résultats comme des preuves à l’appui de la libéralisation du cannabis pour faire face à la crise des opiacés, ils soulignent que “de telles conclusions sont actuellement prématurées sans preuve de causalité”.

    D’autres études expérimentales comprenant des données au niveau individuel de ceux qui utilisent des opiacés sur ordonnance et des opiacés illicites “éclaireraient une compréhension plus nuancée de la substitution entre les opiacés et le cannabis”, concluent-ils.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast