Le THC/CBD sera testé contre la démence induite par le VIH


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Texas Biomed va tester des thérapies à base de THC et de CBD contre les troubles neurologiques provoqués par le VIH. La recherche permettra de développer de meilleures thérapies pour les patients atteints du VIH et souffrant de troubles neurocognitifs.


    Les National Institutes of Health (NIH) ont accordé au professeur Mahesh Mohan, D.V.M., Ph.D., et à ses collaborateurs plus de 3,5 millions de dollars sur cinq ans pour étudier les effets des cannabinoïdes sur les troubles neurocognitifs associés au virus de l’immunodéficience humaine (). Ce projet de recherche vise à évaluer si le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le Cannabidiol (CBD), seuls ou en combinaison, peuvent potentiellement modifier la méthylation de l’ADN, un processus biologique qui peut créer un changement dans l’expression de certains gènes.

    Test du et du THC contre la démence liée au VIH

    En utilisant des macaques rhésus indiens avec le virus de l’immunodéficience simienne (VIS), l’équivalent du VIH chez le singe, les chercheurs pourront étudier si les changements des niveaux de méthylation de l’ADN des gènes ont un impact sur l’inflammation dans le cerveau, qui est la cause sous-jacente de la HAND. La compréhension de ces processus biologiques fondamentaux permettra aux scientifiques de créer de meilleures options thérapeutiques. Les chercheurs étudieront également si JWH133, un cannabinoïde synthétique (CB), affecte la méthylation de l’ADN et pourrait servir d’intervention thérapeutique alternative.

    “Nous nous concentrons sur la neuro-inflammation qui affecte le cerveau même chez les patients sous thérapie antirétrovirale (ART). Il y a quelques mécanismes qui alimentent cette inflammation, mais nous voulons examiner les cellules immunitaires dans le sang et le liquide céphalorachidien à différents stades de l’infection par le VIS”, a déclaré le Dr Mohan, chercheur principal de l’étude. “Les cannabinoïdes se sont révélés très prometteurs dans le passé pour le traitement des troubles neurologiques; nous voulons donc voir s’ils peuvent exercer des effets thérapeutiques chez les patients séropositifs souffrant de la HAND”.

    50 % des sidéens souffrent de cette démence

    Il y a trois décennies, le était une maladie dévastatrice sans remède. En conséquence, les manifestations étaient plus aiguës. Grâce aux progrès scientifiques réalisés au fil du temps, dont beaucoup utilisent des modèles de sida chez les primates non humains, nous avons maintenant la possibilité de traiter de nombreux patients atteints du sida et d’augmenter leur espérance de vie. Cependant, cela met à nu les effets plus chroniques de l’infection par le VIH, en particulier ceux de la variété neurocognitive.

    En particulier, la HAND est une comorbidité majeure qui touche 50 % des patients infectés par le VIH qui suivent un traitement antirétroviral. Ce trouble affecte les fonctions cérébrales, entraînant des difficultés d’attention, de concentration, de prise de décision et de mémoire. Selon le Dr Mohan, les preuves montrent que la neuro-inflammation persiste chez les patients séropositifs sous TAR et qu’elle est un facteur important de la HAND.

    Cependant, on sait peu de choses sur les mécanismes moléculaires à l’origine de l’inflammation. En séparant les cellules du sang, du liquide céphalo-rachidien et du cerveau, les chercheurs peuvent examiner de plus près les changements cellulaires qui conduisent à la neuroinflammation. En outre, ces études utiliseront la métabolomique, le profilage des microbiomes, l’imagerie TEP/CT et les techniques récemment mises au point chez Texas Biomed pour évaluer l’impact des cannabinoïdes sur la fonction cognitive et la neuroinflammation.

    “Nous pensons que nous aurons des résultats très intéressants. Notre étude permettra aux chercheurs de mieux comprendre les facteurs qui sous-tendent la HAND, et conduira potentiellement au développement de thérapies plus basées sur les cannabinoïdes”, a déclaré le Dr Mohan. “Il est important de trouver la meilleure approche thérapeutique, qu’il s’agisse d’un médicament unique, d’un régime de combinaison de cannabinoïdes ou d’un médicament synthétique à base de cannabinoïdes” a déclaré le Dr Mohan.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast