Cannabis : Le tabac et l’alcool augmente sa consommation


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Une étude suggère que la consommation du tabac et de l’alcool contribue à augmenter la consommation des drogues illégales comme le cannabis.


    Une étude suggère que la consommation du tabac et de l'alcool contribue à augmenter la consommation des drogues illégales comme le cannabis.

    La consommation de drogues légales (tabac et alcool) peut conduire à la consommation de cannabis, selon une nouvelle étude menée par l’Université de Bristol et publiée dans la revue Addiction. L’étude a également trouvé des preuves que la consommation de cannabis peut conduire à l’initiation au tabagisme et que la dépendance aux opioïdes pourrait entraîner une augmentation de la consommation d’alcool. De plus, il pourrait y avoir des facteurs de risque partagés qui influencent l’utilisation de plusieurs substances.

    Le tabac et l’alcool associé à une consommation du cannabis

    Le Dr Zoe Reed, associée de recherche principale au Groupe de recherche sur le tabac et l’alcool (TARG) de la School of Psychological Science de Bristol et co-auteur de l’article, a déclaré :

    La consommation légale d’alcool et de tabac peut augmenter directement le niveau de consommation de drogues illicites. Cependant, les relations sont complexes. La consommation d’une drogue semble augmenter la consommation d’une autre, mais il se peut également que les personnes présentent des facteurs de risque sous-jacents qui augmentent leurs chances de consommer à la fois de l’alcool, du tabac et des drogues illicites.

    L’étude a trouvé des preuves d’un effet de passerelle possible entre 1) la consommation de tabac et la consommation ultérieure d’alcool et de cannabis, 2) la consommation de cannabis et la consommation ultérieure de tabac, et 3) la dépendance aux opioïdes et la consommation ultérieure d’alcool. Il est possible qu’il existe des relations bidirectionnelles, par exemple entre la consommation de tabac et de cannabis, où la cause et l’effet opèrent dans les deux sens.

    Prédisposition génétique

    Cependant, étant donné que la consommation de tabac et d’alcool commence généralement avant la consommation d’autres drogues, il est également possible qu’il existe des facteurs de risque partagés, peut-être une prédisposition génétique commune à la consommation de substances, sous-jacents à ces relations. Un examen plus approfondi de ces relations spécifiques est nécessaire pour déterminer les mécanismes exacts derrière ces possibles effets de passerelle.

    Hazel Cheeseman, directrice générale adjointe d’Action on Smoking and Health, commentant les implications des études, a déclaré :

    Le tabac et l’alcool causent d’énormes dommages à la société et ces résultats indiquent qu’ils peuvent également augmenter la consommation d’autres drogues. Les gouvernements ont tendance à adopter des approches distinctes pour réduire les méfaits des drogues légales et illégales, mais la stratégie de lutte contre les dépendances promise depuis longtemps offre l’occasion d’examiner le chevauchement entre les dépendances et d’être plus intégrée.

    La randomisation mendélienne

    De nombreuses études qui ont cherché à comprendre la relation entre la consommation de différentes drogues s’appuient sur des associations observées. Le problème de se fier aux associations observées est que les deux types de consommation de drogue (légale et illégale) peuvent être causés par un facteur de risque sous-jacent commun, tel que l’impulsivité, et il est difficile de déterminer si les relations sont causales. Pour éviter ce problème, l’équipe de recherche a utilisé une approche statistique appelée randomisation mendélienne.

    La randomisation mendélienne utilise la génétique pour étayer des conclusions plus solides sur les relations causales possibles entre une exposition (une cause potentielle) et un résultat (un effet potentiel) qui est moins susceptible d’être affecté par un “confondeur” (une troisième variable qui affecte à la fois l’exposition et le résultat).

    Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé des variantes génétiques connues qui prédisposent les gens à consommer du tabac, de l’alcool, du cannabis, de la cocaïne ou des opioïdes, puis ont examiné s’il pouvait y avoir des relations causales entre le tabac et l’alcool et ces drogues illicites. L’utilisation de variantes génétiques comme proxy d’une exposition réduit les problèmes de confusion et permet de tirer des conclusions plus solides quant à savoir si une exposition est réellement la cause et le résultat, dans ce cas, si l’utilisation d’une substance conduit à l’utilisation d’une autre.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast