Le Bitcoin peut remercier les banques centrales


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • La folie actuelle sur le Bitcoin ne se base pas sur une prétendue attraction de cette “monnaie”. Car cela fait depuis plusieurs années que c’est un actif spéculatif et tout aussi toxique.


    La folie actuelle sur le Bitcoin ne se base pas sur une prétendue attraction de cette "monnaie". Car cela fait depuis plusieurs années que c'est un actif spéculatif et tout aussi toxique.
    Publicités

    Avec des prix démentiels, le fait sa une des médias chaque année. En fait, on oublie que chaque début d’année, le Bitcoin s’envole vers des sommets, car les investisseurs cherchent de nouveaux moyens et actifs sur lesquels, ils pourront parier et scalper. Cette année n’échappe pas à règle, mais la hausse est plus forte que jamais. Et ce n’est pas lié au covid, mais plutôt à son effet indirect sur les banques centrales.

    Pour pallier aux pertes, toutes les banques centrales ont ouvert les vannes, en fait, elles ont cassé directement le robinet, valve et toutes les sécurités pour faire abreuver les marchés financiers par une masse gigantesque de liquidités. Que ce soit aux Etats-Unis, en Europe et en Asie, tout le monde imprime des billets à la vitesse de l’éclair.

    Cette quantité de masse monétaire doit trouver une échappatoire parce qu’elle a été principalement utilisé pour renflouer les banques et par conséquent, les marchés financiers. On a donc une énorme masse de liquidité qui doit aller quelque part. Et comme tous les secteurs de l’économie réelle sont en train d’être détruits par le Grand Reset, afin de putréfier et de concentrer le maximum de richesses, alors les banques et les fonds d’investissement s’en mettent plein les poches.

    Les banques centrales alimentent les marchés financiers qui à leur tour, créent des bulles spéculatives. Car on parle Bitcoin, mais l’immobilier suit la même courbe de hausse exponentielle. Les prix de l’immobilier français n’ont jamais été aussi hauts dans les régions où les prix sont toujours plus élevés. Des prix élevés artificiellement, une masse énorme de fric dont on ne sait plus quoi faire et vous avez une bulle.

    Le a été détruit, comme une monnaie alternative, dès la première année de sa création. Les enseignements de Satoshi sont perdus dans la voracité de débiles profonds, de trous de cul, de crapules et de cafards putréfiés, qui continuent de se branler la bite en essayant de faire le maximum de pognon au passage.

    De plus, le Grand Reset implique aussi de supprimer le concept même de cash et de créer une monnaie entièrement virtuelle. La cryptomonnaie de banque centrale est dans les bacs depuis longtemps, en fait, le système en place en parle depuis 2016. Le Covid leur donne l’occasion de créer cette cryptomonnaie en créant la confusion avec le et la débilité des crétins qui la promeuvent.

    La hausse et la volatilité est la caractéristique d’un actif financier. Un actif qui s’apprécie et se déprécie au gré de la volonté de financiers à Wall Street et à la masse d’argent qui tourne dans le ciel, comme un éclair qui cherche un moyen de toucher terre par tous les moyens. Ce n’est pas une monnaie, cela ne changera pas le système financier, cela le renforcera et aujourd’hui, les plus grands gagnants ont des yeux bridés et doivent sourire de toutes leurs dents.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast