Les transactions Bitcoin représentent une menace environnementale croissante


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Une nouvelle étude évalue les options fiscales et réglementaires pour encourager le développement de technologies de blockchain “vertes” et décourage l’utilisation d’applications polluantes.


    Une nouvelle étude évalue les options fiscales et réglementaires pour encourager le développement de technologies de blockchain "vertes" et décourage l'utilisation d'applications polluantes.
    Crédit : Pc Gamer
    Publicités

    Une étude publiée dans Energy Research & Social Science avertit que le fait de ne pas réduire consommation d’énergie du Bitcoin et des conceptions de similaires pourrait empêcher les pays de respecter leurs obligations d’atténuation du changement climatique en vertu de l’Accord de Paris.

    L’étude, rédigée par Jon Truby, PhD, professeur adjoint, directeur du Center for Law & Development, College of Law, Qatar University, évalue les options financières et juridiques disponibles pour les législateurs pour modérer consommation d’énergie liée à la blockchain et favoriser un secteur technologique durable et innovant.

    Sur base de cet examen et analyse rigoureux des technologies, des modèles de propriété et de la jurisprudence et des pratiques juridictionnelles, l’article recommande une approche qui impose de nouvelles taxes, redevances ou restrictions pour réduire la demande des utilisateurs, des mineurs et des fabricants de mineurs qui utilisent des technologies polluantes et propose des incitations qui encouragent les développeurs à créer une Blockchain moins énergivore et neutre en carbone.

    Le minage de crypto-monnaie est première grande industrie développée à partir de Blockchain, car ses transactions à elles seules consomment plus d’électricité que des nations entières“, a déclaré le Dr Truby. “Il doit être orienté vers durabilité pour réaliser ses avantages potentiels.”

    “De nombreux développeurs n’ont pas tenu compte de l’impact environnemental de leurs conceptions, nous devons donc les encourager à adopter des protocoles consensuels qui n’entraînent pas de fortes émissions. Ne rien faire signifie que nous subventionnons des technologies à haute consommation d’énergie et incitons les futurs développeurs de Blockchain à suivre le même mauvais chemin. Mais nous devons aussi encourager les progrès de cette technologie importante pour libérer ses avantages économiques, environnementaux et sociaux potentiels”, a expliqué le Dr Truby.

    En tant que registre numérique accessible et approuvé par tous les participants, technologie Blockchain décentralise et transforme l’échange d’actifs grâce à la vérification et aux paiements peer-to-peer. La technologie blockchain a été préconisée comme étant capable de fournir des avantages environnementaux et sociaux dans le cadre des objectifs de développement durable de l’ONU.

    Cependant, le système de Bitcoin a été construit d’une manière qui rappelle l’exploitation physique des ressources naturelles, les coûts et les efforts augmentent à mesure que le système atteint limite ultime des ressources et l’extraction de nouvelles ressources nécessite des ressources matérielles croissantes, qui consomment d’énormes quantités d’électricité.

    Pour mettre cela en perspective, a déclaré le Dr Truby, “les processus impliqués dans une seule transaction Bitcoin pourraient fournir de l’électricité à une maison britannique pendant un mois, avec les coûts environnementaux socialisés pour un bénéfice privé. Le Bitcoin est là pour rester, et donc, les futurs modèles doivent être conçus sans dépendre d’une consommation d’énergie si disproportionnée par rapport à leurs avantages économiques ou sociaux.”

    L’étude évalue diverses technologies Blockchain en fonction de leur empreinte et recommande comment taxer ou restreindre les types de Blockchain à différentes phases de production et d’utilisation pour décourager les versions polluantes et encourager des alternatives plus propres.

    Elle analyse également les mesures juridiques qui peuvent être introduites pour encourager les innovateurs technologiques à développer des conceptions de chaînes de blocs à faibles émissions. Les recommandations spécifiques incluent l’imposition de redevances pour éviter que l’inertie ne freine l’innovation:

    • Les frais d’inscription perçus par les courtiers auprès des acheteurs de pièces numériques
    • Une taxe “Bitcoin Sin” sur propriété de la monnaie numérique
    • Des taxes vertes et des restrictions sur les achats et importations de machines (par exemple, les machines de minage du Bitcoin).
    • Des frais de transaction sur le contrat intelligent

    Selon le Dr Truby, ces résultats peuvent entraîner de nouvelles taxes, redevances ou restrictions, mais pourraient également entraîner des récompenses financières pour les innovateurs développant une Blockchain neutre en carbone.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast