La cryptomonnaie de Kodak ? Du Copyright Troll de paparazzi à la sauce Blockchain

En grande pompe, Kodak a lancé sa propre cryptomonnaie et sa blockchain, Kodakone et Kodak Coin, mais des analyses révèlent que c’est juste une agence de paparazzi qui utilise le nom de Kodak pour promouvoir une autre cryptomonnaie, Ryde, qui n’a jamais marché.


En grande pompe, Kodak a lancé sa propre cryptomonnaie et sa blockchain, Kodakone et Kodak Coin, mais des analyses révèlent que c'est juste une agence de paparazzi qui utilise le nom de Kodak pour promouvoir une autre cryptomonnaie, Ryde, qui n'a jamais marché.

Un système à base de DRM sur la blockchain est une idée qui prend de l’ampleur, mais elle est vraiment stupide. Étant donné que l’aspect essentiel dans la blockchain est qu’elle résout le problème de double dépense de tout ce qui est numérique, il y en a toujours qui ont fait valoir qu’il pourrait être utile pour arrêter la nature infiniment copiable du contenu numérique.

L’annonce tonitruante de Kodak sur sa cryptomonnaie et sa blockchain

Mais c’est une idée difficile à mettre en place. À la place, nous obtenons simplement des concepts simplistes sur l’utilisation d’une blockchain pour établir une forme d’une base de données de droits. Mais la semaine dernière, il y a eu énormément de tapage médiatique et de confusion autour de Kodak qui a lancé Kodakone et Kodak Coin, sa propre cryptomonnaie et sa blockchain. Selon l’annonce, cela permettrait de créer une blockchain sur les droits de propriété pour les photographes.

Mais on manquait de nombreux détails, mais Tim Lee chez Ars Technica, fut parmi les premiers à réaliser que KODAKone ne semblait être qu’un changement de marque de dernière minute d’une ICO (Initial Coin Offering) mis en place par une filiale d’une agence photo de paparazzi.

La preuve suggère fortement que Kodak Coin est le changement de nom d’une cryptomonnaie appelée RYDE qui n’a eu aucune attention et qui a apparemment été annulée quelques jours avant l’annonce de Kodak Coin. Jusqu’à récemment, le projet avait une page sur le site de crowdfunding Start Engine, mais elle a été supprimée.

Pas plus tard que la semaine dernière, la cryptomonnaie RYDE était présentée comme un moyen d’étendre les activités de licence de son créateur qui est la société de paparazzi WENN Media. Désormais, la page RYDE a disparu et la société mère de WENN Media, WENN Digital, s’est associée à Kodak pour créer une plateforme blockchain qui ressemble beaucoup à RYDE sauf qu’il n’y a aucune mention de photos de paparazzi.

Un Copyright Troll de paparazzi promu par Kodak

Le site cmyk Trends a davantage de détails en montrant que tout cela a été concocté par WENN et une autre société, Ryde GmbH, qui semble être une opération de Copyright Troll :

Il s’agit d’un partenariat avec WENN Digital, qui est une Venture entre WENN (une agence britannique basée sur les célébrités et le divertissement) et Ryde GmbH en Allemagne. Ryde a été fondée par Jan Denecke, un avocat spécialisé dans les médias et le droit d’auteur. Ryde (Reward Your iDEas) possède un logiciel qui cherche des documents non autorisés sur Internet et informe poliment le propriétaire du site Web de l’infraction en collectant l’amende. Cette technologie sera probablement l’élément de contrôle dans le nouveau monde de licences de droits numériques avec Kodak Coins pour les paiements.

Il semble que Kodak soit juste pour le nom de la marque. Depuis la faillite de Kodak, il y a quelques années, le nom de la marque est devenu un moyen de gagner de l’argent. Les détails manquent cruellement, mais il semble que le système sera construit sur la blockchain Ethereum, qui a été conçue pour gérer les transactions commerciales. La blockchain Ethereum possède sa propre crypto-monnaie qui est l’Ether qui pourrait être utilisé pour les paiements, mais Kodak Coins peut mieux attirer les photographes et aider à l’acceptation du système.

Cela ressemble donc plus à une opportunité pour Kodak de monétiser la valeur de sa marque plutôt qu’une contribution technologique. Même si WENN Digital gère l’entreprise, Kodak recevra une redevance non spécifiée de toutes les transactions et commencera sa propre opération de minage de cryptomonnaie à Rochester. Le terme de minage est trompeur. Les cryptomonnaies nécessitent une certification consensuelle de chaque ajout à la blockchain. Les ordinateurs fournissant ce service, et utilisant beaucoup d’énergie dans le processus sont récompensés par de nouvelles cryptomonnaies. En gros, Kodak surfe simplement sur le terme marketing Blockchain et des cryptomonnaies pour revenir dans la course.

Et évidemment, comme tous les péquenots lancent leurs propres blockchains, ces annonces ont fait grimper le cours de l’action de Kodak avec une évaluation de la société de plus de 200 millions de dollars le jour de l’annonce et le cours de l’action reste hausse.

Bien sûr, comme Lee le note dans son article, la version originale de l’ICO de RYDE, qui a disparu du web, se concentrait sur la gestion des droits numériques pour les paparazzis et ils ont juste utilisé le nom de Kodak pour promouvoir leur schéma de Copyright Troll et d’extorsions de fond sous forme d’amendes.

Adaptation et traduction d’un article de Techdirt

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 10 ans et webmestre d'une chiée de sites.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils