Norbert Lala Ratsirahonana, un vieux briscard sur la touche


  • FrançaisFrançais

  • Norbert Lala Ratsirahonana est sur le déclin, son parti perd son influence, mais cet homme a fait beaucoup de mal au pays malgré son apparence de vieux maitre du Kung-Fu.


    Publicités

    Norbert Lala Ratsirahonana quitte la présidence de son parti AVI et cela annonce un signe de sa retraite politique. Mais le vieux briscard l’a un peu mauvaise, car Rajoelina l’a mis dans un placard doré pour qu’il ne puisse plus participer à la vie politique. A plusieurs reprise, Ratsirahonana a estimé que son avis ainsi que l’expertise de son parti AVI aurait été utile dans les décisions importantes. Que ce soit sur les relations internationales ou les récentes affaires sur le trafic de l’or.

    Sauf que l’entourage d’Andry Rajoelina se concentre autour des personnes fidèles et incompétentes. Le DJ a été trahi tellement de fois qu’il a sa dream team et il ne veut plus de personnes, prêts à le poignarder à la moindre occasion. Cela signifie aussi que votre aura politique est faible, car à force d’avoir une équipe réduite, vous restez seul au pouvoir ce qui n’est jamais un bon signe.

    Ratsirahonana est un dinosaure de la politique au même titre qu’un Ratsiraka ou un Manandafy. A 84 ans, il a vécu toutes les périodes les plus chaotiques du pays, notamment la fameuse transition depuis le régime socialiste de Ratsiraka jusqu’au néolibéralisme débile de Ravalomanana. Ratsirahonana a été Premier ministre pendant la transition de l’Albert Zafy et il va en profiter pour détruire le secteur des douanes en le libéralisant entièrement.

    Même s’il ne pensait pas à mal, car la libéralisation était dans l’ère de l’époque et il fallait sortir de la glaciation soviétique de Ratsiraka, mais la douane est aussi importante que l’armée. C’est elle qui garde les frontières en autorisant ce qui peut entrer ou sortir. La destruction des douanes par Ratsirahonana va permettre à Ravalomanana de créer son empire Tiko en détruisant la concurrence locale.

    Mais évidemment, Ratsirahonana est surtout connu pour être l’architecte du Coup d’Etat de 2009 et de la transition. C’est lui qui est à l’origine de la Constitution votée en 2010 qui est une véritable abomination où ce pilier du pays devient un torchon où on va fourrer tous les concepts foireux comme le “vivre ensemble”. Il va beaucoup faire pour la transition et son opposition à Ravalomanana sera féroce.

    Par la suite, après l’apaisement et l’arrivée de Hery Rajaonarimampianina au pouvoir, notre Ratsirahonana va péricliter. Il va se recentrer sur l’AVI en consolidant ses élus communaux, mais c’est tout. Le retour d’Andry Rajoelina en 2018 lui donnait un nouvel espoir pour briller en sachant que sans la coalition avec l’AVI et d’autres groupuscules politiques, il n’aurait pas eu la majorité à l’assemblée. Mais malgré cette aide, Rajoelina a décidé de se passer des services de Ratsirahonana.

    Sentant sa fin venir, le vieux briscard délaisse progressivement les rênes, mais quand on regarde son bilan, il sera davantage considéré comme l’homme des mauvais coups plus qu’autre chose.

    Madagascar : Entre crises perpétuelles et espoirs sans lendemain

    Si dans les cartes postales, Madagascar possède une image idyllique, faisant baver les occidentaux qui respirent de la brique à longueur de journée, la réalité est toute autre. Pauvreté, misère, famine, corruption, népotisme, autant de mots qui sont coupables des maux malgaches.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *