Madagascar : La culture de la vanille au bon endroit est payante pour l’homme et la nature


  • FrançaisFrançais

  • Une équipe de recherche dirigée par l’Université de Göttingen montre un potentiel d’utilisation durable des terres à Madagascar.


    Une équipe de recherche dirigée par l'Université de Göttingen montre un potentiel d'utilisation durable des terres à Madagascar.
    L'orchidée vanille est suspendue à d'autres plantes (premier plan) et pousse sous la canopée (arrière-plan) de cette ancienne zone forestière. Contrairement aux agroforêts de vanille qui sont implantées sur des jachères ouvertes, cette culture entraîne une perte d'espèces endémiques et de fonctions écosystémiques - Crédit : Dr Martin
    Publicités

    Madagascar est le pays le plus important pour la production de vanille, l’ingrédient parfumé qui est une saveur préférée pour la crème glacée, les gâteaux et les biscuits. L’orchidée vanille est cultivée dans le nord-est tropical de l’île. Au cours des cinq dernières années, une équipe de recherche de l’Université de Göttingen et de l’Université d’Antananarivo a étudié la culture de la vanille et son impact sur l’homme et la nature.

    Ils ont découvert que la culture de la vanille dans les systèmes agroforestiers, dans lesquels la vanille pousse sous des arbres fournissant de l’ombre, présente des avantages pour les humains et la nature par rapport à d’autres formes d’utilisation des terres. Cependant, ce n’est le cas que lorsque la vanille est plantée sur des terres en jachère déjà déboisées. Les résultats ont été publiés dans la revue PNAS.

    De la vanille par l’agroforesterie

    L’équipe de recherche a collecté des données sur la biodiversité, les services écosystémiques tels que le stockage du carbone, ainsi que la récolte et la rentabilité, en tenant compte des différentes utilisations des terres. Les scientifiques se sont concentrés sur les systèmes agroforestiers de la vanille. Ceux-ci sont souvent établis directement dans la forêt : les agriculteurs enlèvent les arbustes et les arbres individuels, et plantent l’orchidée vanille directement sous les arbres restants.

    Alternativement, des systèmes agroforestiers de vanille peuvent être établis sur des terres en jachère qui ont été brûlées pour accueillir des rizières. Dans ce cas, les terres utilisées pour la culture de la vanille sont plus ouvertes, permettant aux arbres de repousser.

    Par conséquent, l’équipe a considéré dans son analyse comment la terre avait été utilisée dans le passé. Les données sur la richesse spécifique de sept groupes d’espèces, cinq services écosystémiques, la récolte et la rentabilité ont été comparées à l’utilisation antérieure des terres. Cette approche interdisciplinaire a permis aux chercheurs d’explorer les impacts positifs et négatifs du changement d’utilisation des terres, en tenant compte de multiples perspectives pour avoir une vue d’ensemble.

    Beaucoup moins nocive que le brûlage des terres

    L’agroforesterie de la vanille, implantée sur des jachères ouvertes, présente des avantages évidents tant pour l’homme que pour la nature. La conversion des forêts en systèmes agroforestiers vanillés, en revanche, entraîne des inconvénients pour les animaux et les plantes, car des fonctions importantes des forêts sont perdues. Convertir davantage de forêts en agroforêts vanille ne peut donc se justifier que comme alternative au brûlage des terres, dans lequel la biodiversité et les services écosystémiques souffrent encore plus.

    Madagascar : La culture de la vanille au bon endroit est payante pour l'homme et la nature

    Brûler les champs pour la culture du riz est la principale raison de la perte de forêt dans le nord-est de Madagascar. Les agroforêts de vanille établies sur des terres déjà déboisées pourraient constituer une alternative durable – Crédit : Dr Martin

    Le Dr Fanilo Andrianisaina, chercheur à l’Université d’Antananarivo, Madagascar, met en avant les bénéfices de la culture de la vanille pour les agriculteurs : “Aux prix élevés que nous avons pu documenter pendant la période d’étude, la vanille est très rentable. Bien sûr, beaucoup d’argent reste également chez les intermédiaires et les exportateurs, mais de nombreux producteurs de vanille ont pu s’offrir de nouvelles maisons, des panneaux solaires ou des motos ; cela aurait été impensable dans le passé.” Cependant, l’équipe a également observé que les prix de la vanille se sont effondrés au cours des deux dernières années, mettant les bénéfices en péril.

    Cela soulève la question de savoir dans quelle mesure les résultats de la recherche peuvent être transférés vers l’avenir et vers d’autres paysages. “Il me semble qu’un prix juste et stable de la vanille est extrêmement important à long terme”, déclare le Dr Dominic Martin de l’Université de Göttingen, premier auteur de l’étude. “Les hauts et les bas constants des prix empêchent les producteurs de se concentrer sur la culture durable de la vanille, le risque d’être économiquement dépendant de la vanille est tout simplement trop élevé”, ajoute-t-il.

    Le professeur Holger Kreft, de l’Université de Göttingen, qui a coordonné l’étude, déclare : “L’utilisation antérieure des terres est cruciale pour évaluer le changement d’affectation des terres dans d’autres régions du monde également. Cela signifie que notre modèle est universellement applicable, soulignant la pertinence de notre résultats pour l’agriculture et l’écologie dans le monde entier.”

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *