Comprendre l’énigme des chats des forêts de Madagascar


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • L’origine des chats de forêts de Madagascar était incertaine. Désormais, une étude tente d’apporter des éclaircissements sur ces étranges animaux.


    L'origine des chats de forêts de Madagascar était incertaine. Désormais, une étude tente d'apporter des éclaircissements sur ces étranges animaux.
    Un chat des forêts est capturé dans un "piège à caméra" activé par le mouvement dans la réserve spéciale de Bezà Mahafaly à Madagascar - Crédit : Michelle Sauther
    Publicités

    Au cours de ses 30 années de travail en tant que chercheuse à Madagascar, Michelle Sauther, professeure d’ de l’UC Boulder, a eu un certain nombre de rencontres fortuites avec une étrange créature de la : un chat sauvage et surdimensionné avec une coloration caractéristique de tabby.

    “Quand j’ commencé à travailler à Madagascar, j’ai remarqué que ces chats se ressemblaient tous”, a déclaré Sauther, dont la recherche se concentre sur les primates. “Ils étaient grands et ils étaient toujours de la même couleur.” Les scientifiques ne savaient pas d’où ils venaient, la nation insulaire n’a pas de chats indigènes.

    Désormais, dans une étude publiée dans Conservation Genetics, Sauther et ses collègues se sont appuyés sur les données génétiques de dizaines de ces chats sauvages pour préciser une réponse. Selon leurs conclusions, les animaux ne sont peut-être pas du tout des nouveaux arrivants à Madagascar. Au lieu de cela, les chats semblaient avoir fait du stop jusqu’à l’île sur des navires commerciaux depuis le Koweït il a des centaines voire plus de 1000 ans.

    Les résultats offrent un premier pas vers une meilleure compréhension de la menace que ces étranges félins pourraient représenter pour les espèces indigènes de Madagascar. Ils incluent le Fossa, un prédateur forestier qui ressemble à un félin mais qui est plus étroitement lié à la mangouste.

    Le cas du chat des forêts met également en évidence un phénomène mondial, riche en boules de poils, que Sauther appelle la “diaspora des chats”. “Les chats nous ont accompagnés partout où nous sommes allés”, a déclaré Sauther. “Nous pouvons voir ce voyage des humains et de leurs animaux de compagnie qui remonte assez loin dans le temps.”

    Le suivi des chats

    Ce voyage a également entraîné des écueils. Au cours du siècle dernier, des chats affamés se sont sauvés sur les îles du monde entier. Ils ont même chassé des oiseaux, des mammifères et des reptiles locaux jusqu’à l’extinction dans des endroits comme Hawaï, les Antilles et la Nouvelle-Zélande.

    Ce qui se passe à Madagascar, cependant, est moins clair.

    En partie, c’est parce que les chercheurs ne savent pas grand-chose sur les chats des forêts de l’île. De nombreux Malgaches connaissent les bêtes, qui se faufilent souvent dans leurs villages pour manger leurs poulets. Ils les appellent entre autres “ampaha”, “fitoaty” et “kary” et les distinguent de la population de chats de compagnie de l’île.

    Pourtant, Sauther a déclaré qu’elle et d’autres chercheurs ont vu des chats forestiers traquer des lémuriens, ce qui l’inquiète. Elle a un faible dans son cœur pour ces “outsiders” du monde des primates et de nombreuses populations de lémuriens sont déjà en grande difficulté à Madagascar.

    “La vraie question est: que font ces chats ?” selon Sauther. “Est-ce qu’ils représentent une menace pour les animaux à Madagascar ? Peut-être qu’ils font simplement partie de l’ locale.” Pour le savoir, Sauther et ses collègues ont analysé l’ADN de 30 chats forestiers provenant de sites au nord et au sud de Madagascar.

    Et, à leur grande surprise, les chats semblaient avoir voyagé sur l’île de très loin, vraiment très loin. “Ils faisaient probablement partie des navires maritimes qui sont venus à Madagascar le long de ces routes arabes”, a déclaré Sauther.

    Des passagers clandestins à fourrure

    Les résultats ADN de l’équipe ont identifié les chats comme appartenant à Felis catus, la même espèce domestique qui se recroqueville sur les genoux des gens du monde entier. Mais les animaux semblaient également provenir de la région de la mer d’Oman autour de Dubaï, d’Oman et du Koweït. Sauther a déclaré que les chats pouvaient s’être faufilés sur des navires marchands en suivant des routes commerciales qui existaient depuis plus de 1000 ans.

    “Ils ont descendus le long de la côte Est de l’Afrique. Ils se sont arrêtés aux îles de Lamu et Pate, et ensuite il leur a suffit d’un saut pour aller à Madagascar”, a déclaré Sauther. que l’équipe ne puisse pas déterminer exactement quand les chats sont arrivés sur l’île, Sauther pense qu’ils sont peut-être résidents depuis un moment et sont peut-être devenus une partie normale des forêts locales.

    “Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas une menace, mais nous devons comprendre leur biologie et leur histoire pour comprendre comment nous procédons en termes de politique de conservation”, a déclaré Sauther. Pour l’instant, elle est juste contente d’avoir la réponse à une question qui l’a dérangée pendant plusieurs décennies.

    “Cette étude a répondu à un mystère que non seulement moi, mais de nombreux chercheurs à Madagascar se sont interrogés”, a déclaré Sauther. “Nous savons maintenant que ces chats mystérieux sont des chats domestiques avec une histoire vraiment intéressante.”

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast