Autoroute Antananarivo – Toamasina : Une fausse bonne idée ?


  • FrançaisFrançais

  • L’autoroute reliant Antananarivo à Tamatave est une bonne idée sur le papier, mais l’opacité entourant le projet et une route qui sera entièrement privatisée soulève des questions.


    Publicités

    Parmi les grands projets lancés en 2022, on a une autoroute reliant Tana à Tamatave. D’une longueur de 260 km, elle permettra de réduire la durée du trajet. Si autrefois, ce trajet durait de 6 à 8 heures, avec cette autoroute, cela ne durera que 2 heures et demie sans oublier que c’est une autoroute à 4 voies, une première dans le pays.

    La construction de cette autoroute va prendre 4 ans, donc, elle sera pleinement opérationnelle en 2026, date à laquelle l’extension du port de Tamatave sera également terminée. Et donc, les navires porte-conteneurs qui pourront enfin venir ici, vont pouvoir déverser les produits issus de l’exportation. Mais est-ce que c’est la priorité pour développer le pays ?

    Cette autoroute va couter le milliard de dollars dont 20 % est versé par le gouvernement malgache. Cela signifie que la route sera entièrement privatisée puisque ce sont des étrangers qui vont fournir les 80 %. On n’a aucun détail sur le financement et les “bailleurs de fond” qui ont financé cette autoroute. Et surtout, c’est une route à péages. Pour les voitures légères, il faudra débourser 15 000 ariary par trajet tandis que c’est 20 000 ar par poids lourds.

    Et on voit déjà que ces prix dévorent les économies qu’on peut faire par celle du carburant et de la durée. Et comme c’est une route privée, alors on peut être certain que les prix vont augmenter au fil du temps. Et on sait aussi que les projets d’autoroute accusent toujours du retard, je me demande si ce truc ne va pas devenir un énième éléphant blanc comme la stupidité du téléphérique et d’autres projets gouvernementaux comme des safaris avec Timon et Pumba !

    En France, on a déjà vu les dégats des routes à péage, car quand vous mettez un prix sur une route, alors cela exclut de nombreux pauvres du circuit économique. Et je pose aussi la question de la légitimité et de la souveraineté. Quand est-ce qu’on a demandé au peuple son avis sur le fait de l’endetter à hauteur du milliard de dollars ? Et on n’aura aucun contrôle sur cette route. C’est l’entreprise Samcrete qui va construire cette autoroute. D’où est-ce qu’elle sort ? Comment se sont déroulés les appels d’offre ?

    Toute cette affaire pue la connivence et le copinage à plein nez. Parce que si on a 1 milliards de dollars à dépenser, on le divise par deux et on investit 500 millions dans l’agriculture et 500 millions dans l’industrie et en quelques années, on est entièrement autonome sur le plan alimentaire et l’industrie permet de créer des milliers d’emplois. Car le gouvernement nous assure que cette autoroute va assurer un développement économique avec des stations services, des hotels, des restaurants tout au long de cette route.

    Mais tout ça ne sont que des miettes, du tourisme pas cher comparé au boom qu’on peut avoir en investissant dans l’agriculture et la production locale de ces régions. Le gouvernement malgache n’a mis que 1,3 millions de dollars dans l’agriculture cette année alors cela doit être la priorité des priorités. Pour lancer notre révolution verte, il faut investir des milliards de dollars et non, on met tout ça dans une autoroute dont les retombées économiques sont encore fantomatiques.

    Une chose qu’on doit se souvenir est que le BTP est l’un des principaux secteurs pour le blanchiment d’argent, honnêtement, je ne veux pas être l’éternel écorché vif, mais l’opacité d’un projet aussi sensible m’inquiète au plus haut point. Car on parle quand même d’une privatisation d’un accès de la principale ville portuaire à la capitale du pays.

    L’Egypte est un pays qui se développe avec une forte base industrielle, mais c’est aussi le pays des projets pharaoniques. Abdel Fattah al-Sissi, son président, voit les choses en grand et il veut construire une nouvelle ville dans le désert et aussi créer le plus gros drapeau du monde. Ce sont des lubies de dirigeants qui n’ont aucune vision saine pour le développement du pays. Car pour le gouvernement Rajoelina, cela lui permet de faire cette annonce que Madagascar aura la première autoroute nationale en Afrique. Mais quid du prix à payer pour la population.

    L’Egypte est un pays endetté jusqu’au cou, à hauteur de 92 % de son PIB et il peine à convertir ses projets en monnaies sonnantes et trébuchantes. Car elle n’a pas d’autonomie alimentaire. Est-ce qu’on doit s’inspirer du pays le plus endetté du monde arabe pour développer Madagascar ? La réponse est dans la question.

    Mais j’attends de voir, peut-être que cela va être la fontaine à ariary et que tout le monde sera heureux avec cette autoroute, mais j’en doute fort…

    Madagascar : Entre crises perpétuelles et espoirs sans lendemain

    Si dans les cartes postales, Madagascar possède une image idyllique, faisant baver les occidentaux qui respirent de la brique à longueur de journée, la réalité est toute autre. Pauvreté, misère, famine, corruption, népotisme, autant de mots qui sont coupables des maux malgaches.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *