Le mythe du riz plastique chinois refait surface


  • FrançaisFrançais

  • A intervalles réguliers, le mythe du riz plastique chinois refait surface. La même histoire, différentes variantes. 2020 n’échappe pas à la règle, surtout avec la sinophobie stupide ambiante.


    A intervalles réguliers, le mythe du riz plastique chinois refait surface. La même histoire, différentes variantes. 2020 n'échappe pas à la règle, surtout avec la sinophobie stupide ambiante.
    Publicités

    Les rumeurs selon lesquelles des riziculteurs et des détaillants chinois impitoyables mélangent des grains de en plastique avec de vrais grains de riz pour augmenter les profits au détriment de la santé des consommateurs font le tour en ligne depuis au moins une décennie, mais aucune affirmation de ce genre n’a jamais été confirmée. On a déjà eu des allégations concernant l’exportation de faux riz chinois “bon marché mais rentable” vers d’autres pays asiatiques, notamment Singapour, l’Indonésie, le Vietnam et l’Inde, mais les autorités ne pouvaient ni confirmer ni infirmer ces rumeurs.

    Aujourd’hui, un autre cas de ce type a de nouveau remis sous les projecteurs le soi-disant “ du faux riz chinois en plastique”. Les médias chinois ont récemment rapporté l’expérience d’une femme chinoise de Jiaozhou, à Qingdao, qui aurait acheté un sac de 10 kg de riz Wuchang pour découvrir qu’il contenait des morceaux de plastique blanc mélangés aux grains de riz.

    A intervalles réguliers, le mythe du riz plastique chinois refait surface. La même histoire, différentes variantes. 2020 n'échappe pas à la règle, surtout avec la sinophobie stupide ambiante.

    La femme, identifiée uniquement comme Mme Liu, a dit qu’elle avait mangé du riz du sac deux fois après l’avoir ouvert, mais à chaque fois qu’elle le faisait, elle goûtait du plastique. Au début, elle a blâmé le cuiseur à riz, mais alors qu’elle lavait quelques portions de riz en préparant le dîner il y a quelques jours, elle a remarqué quelque chose d’étrange.

    La femme a déclaré qu’elle avait vu un tas d’objets granulaires en plastique flottant à la surface de l’eau et, après une inspection plus approfondie, a confirmé qu’il ne s’agissait pas de grains de riz. Elle et sa famille ont testé à la fois le vrai riz et les mystérieux granulés en les brûlant avec un briquet et ont remarqué que tandis que le riz se transformait en charbon, les faux grains brûlaient et fondaient comme du plastique.

    Mme Liu a ramené le riz restant au magasin où elle l’avait acheté et a demandé une explication, mais le propriétaire a seulement haussé les épaules et a dit qu’ils avaient acheté cette marque de riz à la même personne, un M. Tan, pour plusieurs années et n’avait jamais enregistré de plaintes. Le propriétaire a même accepté d’ouvrir d’autres sacs comme ceux que Mme Liu avait achetés pour vérifier le riz, mais ils n’ont rien trouvé de suspect.

    Bien que le mythe n’ait pas encore été confirmé, les photos et les vidéos de la découverte présumée de Mme Liu sont déjà devenues virales sur les réseaux sociaux chinois, mettant à nouveau la question sous les projecteurs. L’affaire a tellement retenu l’attention que le département de surveillance du marché de Jiaozhou a annoncé une enquête sur l’affaire.

    En décembre 2016, j’avais écris l’un des plus gros dossiers de ma carrière sur le mythe du riz plastique chinois. Ce qui est intéressant avec cette nouvelle variante est qu’elle commence de la même manière. Une femme achète du riz et s’aperçoit que c’est du plastique. Ce mythe a circulé dans le monde et même des agences sanitaires réputées se sont fait avoir comme des connes.

    Le plastique est plus cher que le riz, donc aucun intérêt sur le plan financier. Evidemment, c’est une propagande lancée pour alimenter la sinophobie ambiante. Face à un Occident qui est la risée du monde pour ne pas vaincre une petite maladie de rien de tout, tout est bon pour rejeter le blame sur les autres.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast