Peste à Madagascar : Entre psychose et incompétence

L’épidémie de peste qui sévit actuellement à Madagascar confirme l’ignorance de la population sur cette maladie, l’incompétence du gouvernement à gérer le problème à la source ce qui nous donne un pays qui bascule dans la psychose pour une maladie endémique.


L'épidémie de peste qui sévit actuellement à Madagascar confirme l'ignorance de la population sur cette maladie, l'incompétence du gouvernement à gérer le problème à la source ce qui nous donne un pays qui bascule dans la psychose pour une maladie endémique.

Il y a une épidémie de peste qui sévit actuellement à Madagascar, notamment à Antananarivo et Tamatave. La peste est provoquée par un bacille appelé Yersinia pestis qui est une zoonose. Cela signifie qu’elle se transmet aux humains par des humains, principalement des petits animaux comme des rats ou des insectes comme des puces.1

Les différents types de peste

On distingue 3 types de peste qui sont :

  • La peste bubonique – La plus fréquente, mais également la moins incomprise. La peste bubonique est provoquée par la piqure d’une puce infectée. Le bacille, Yersinia pestis, entre par la morsure et elle pénètre le système lymphatique pour trouver le ganglion lymphatique le plus proche où elle va se reproduire. Ce ganglion lymphatique va subir une inflammation douloureuse intense et il va devenir ce qu’on appelle comme un bubon. Si la peste bubonique s’aggrave, alors les ganglions lymphatiques infectés peuvent devenir des plaies ouvertes avec du pus.
  • La peste pulmonaire – La peste pulmonaire est la plus dangereuse des formes de peste. Contrairement à la peste bubonique, la peste pulmonaire se transmet d’humain à humain. La peste pulmonaire est provoquée par une peste bubonique dans un état avancé. En gros, vous avez une personne qui est infectée par un rat ou une puce. Il développe la peste bubonique et il ne suit aucun traitement. La peste bubonique va s’aggraver, la personne va tousser et les gouttelettes de cette toux, suspendues dans l’air, peuvent être inhalées par ceux qui l’entourent. On peut aussi être infecté par le pus du bubon. Dans ce cas, le bacille va entrer directement dans le poumon pour l’infecter ce qui va donner la peste pulmonaire.
  • La peste septicémique – La peste septicémique se produit quand la maladie infecte la circulation sanguine. Elle est généralement provoquée par une peste bubonique ou pulmonaire.

Les symptômes de la peste bubonique

La peste bubonique met de 1 à 7 jours pour incuber (c’est ensuite qu’on aura les symptômes). Les symptômes incluent :

  • Fièvre considérable soudaine
  • Maux de tête
  • Faiblesse
  • Frisson
  • Et l’apparition des bubons (un bubon peut faire la taille d’oeuf).

On possède plus de 600 ganglions lympathiques dans le corps, mais ils sont principalement situé dans la région cervicale, à proximité des aisselles et au niveau de l’aine. L’image ci-dessous montre les emplacement des ganglions lympathiques dans le corps  :

L'emplacement des ganglions lymphatiques dans le corps humains qui peut servir à détecter les bubons de la peste bubonique - Crédit : Wikihow

L’emplacement des ganglions lymphatiques dans le corps humains qui peut servir à détecter les bubons de la peste bubonique – Crédit : Wikihow

Un bubon de la peste bubonique qui s'est développé autour des aisselles - Crédit : visualdx.com

Un bubon de la peste bubonique qui s’est développé autour des aisselles – Crédit : visualdx.com

Les symptômes de la peste pulmonaire

  • Pneumonie avec beaucoup de fatigue et d’essoufflement
  • Fièvre
  • Maux de tête
  • Des douleurs au thorax
  • Des toux (qui peuvent avoir du sang dans les crachats)
Un poumon touché par la peste pulmonaire provenant d'une radio d'un patient d'une épidémie de peste pulmonaire au Mexique -  Dr. Dennis Alsofrom et al and Radiology, 1981

Un poumon touché par la peste pulmonaire provenant d’une radio d’un patient d’une épidémie de peste pulmonaire au Mexique – Dr. Dennis Alsofrom et al and Radiology, 1981

Les symptômes de la peste septicémique

  • Frissons
  • Douleurs abdominales
  • Maux de tête
  • Malaise et fatigue générale
  • Parfois, on a des saignements sur la peau
  • Dans certains cas, la peau du nez, des orteils et du nez peut se noircir

Toutes les formes de peste peuvent se soigner avec des antibiotiques si elles sont diagnostiquées rapidement. Dans le cas de la peste bubonique, la guérison peut se faire en quelques jours avec une antibiothérapie efficace. Mais la peste pulmonaire est toujours mortelle si elle n’est pas traitée. La peste septicémique est du même niveau de mortalité que la peste bubonique sauf que les symptômes sont plus handicapants.

Les traitements contre la peste

Comme on l’a mentionné, les antibiotiques sont les traitements recommandés contre la peste, notamment la famille les tétracyclines, la streptomycine et le chloramphénicol. À Madagascar, les gens se ruent vers le médicament appelé Cotrim qui contient des sulfamides qui sont également recommandés, mais prendre du Cotrim alors qu’on n’est pas contaminé est complètement con dans le meilleur des cas et dangereux dans le pire des cas, car vous risquez de rendre le bacille résistant à force de l’exposer à cet antibiotique.



 

Sachez que vous ne pouvez pas connaitre précisément les antibiotiques contre la peste. Si vous pensez que vous êtes infecté, alors allez d’abord consulter les centres sanitaires ou votre médecin qui vous prescrira les traitements appropriés. Dans le cas de cette épidémie de peste à Madagascar en 2017, il est navrant que la population ne soit pas bien informée. Un antibiotique n’est pas un vaccin, il ne vous protège pas avant d’être infecté. Mais les gens avalent des Cotrim et d’autres merdes par prévention. C’est comme si vous inondiez toute votre maison parce que vous avez entendu que des maisons ont pris feu dans votre ville. Ça ne sert à rien et vous passez pour un idiot.

La chronologie de l’épidémie de peste à Madagascar en 2017

Le 23 aout 2017, un homme de 31 ans provenant de Tamatave, qui visitait le District d’Ankazobe, a développé des symptômes similaires au paludisme. Le 27 aout 2017, il a développé des troubles respiratoires pendant son trajet dans un taxi-brousse qui allait d’Ankazobe jusqu’à Tamatave (qui est passé par Antananarivo). Sa maladie s’est aggravée et il est mort. Son corps a été préparé pour les funérailles à l’hôpital du District de Moramanga.2

On ignore si cet homme est le patient 0, mais 31 personnes ont été contaminées par la peste via cet homme que ce soit par un contact direct ou d’autres liens épidémiologiques et 4 personnes sur ces 31 sont mortes. L’épidémie de peste a été détectée le 11 septembre 2017 suivant le décès d’une femme de 47 ans à Antananarivo qui a été hospitalisé à cause d’une insuffisante respiratoire provoqué par la peste pulmonaire. La Direction de la Veille Sanitaire et de la Surveillance Epidémiologique (DVSSE) a lancé immédiatement une enquête.




Le 28 septembre 2017, on a rapporté 51 cas de peste pulmonaire soupçonnés, probables et confirmés avec 12 morts au total dans tout le pays. En plus des 51 cas, on a également 53 cas de peste bubonique qui ont été rapportés à Madagascar. On a également identifié 1 cas de peste septicémique, mais qui n’est pas lié à l’épidémie en cours. Le gouvernement et les autorités sanitaires font leur possible pour éradiquer l’épidémie en fournissant gratuitement les traitements nécessaires sans oublier les conseils de prévention.

Pour connaitre les dernières évolutions de la peste à Madagascar, nous vous conseillons de consulter l’Unité de Peste de l’Institut Pasteur qui propose des mises à jour régulières. Le Ministère de la Santé propose également des annonces régulières.

La réaction exagérée du gouvernement malgache avec le cas de peste seychellois

Le gouvernement de Madagascar a confirmé la mort d’un Seychellois, en visite pour un événement sportif, à cause de la peste pulmonaire. Ce Seychellois est mort le 28 septembre 2017. Les autorités tentent d’identifier toutes les personnes qui ont pu être contact avec cet homme.3 Mais le gouvernement a sorti le bazooka pour tuer des puces, car il a interdit toute réunion et manifestation publique sur tout le territoire. Soit, il ignore les foyers exacts de l’épidémie, soit il est incompétent en réagissant aussi exagérément. On peut penser que le gouvernement a voulu minimiser l’impact de l’épidémie, mais quand un étranger est mort, alors il a pris peur de l’image négative au niveau internationale. Et donc, il a fait n’importe quoi. Il aurait fallu continuer les efforts en souterrain, car désormais, la psychose atteint tout le pays et vous avez même des abrutis qui circulent avec des masques sur la bouche. C’est stupide, car il suffit de connaitre les symptômes de la peste pour déterminer rapidement si on est infecté. Après tout, un Bubon ressemble à ça :

Le bubon caractéristique de la peste bubonique

Le bubon caractéristique de la peste bubonique

Vous n’allez pas me dire que ce truc peut passer inaperçu même si les bubons peuvent être de différentes tailles. Concernant la peste pulmonaire, il faut être en contact physique ou en étant très proche pour être infecté et donc, les mesures actuelles pratiquées par la population sont plus de la psychose qu’autre chose. Et il vaut mieux nettoyer les zones remplies d’ordures et d’eau stagnante plutôt que de gober des Cotrim et de se balader comme dans le film Contagion. Cependant, cette épidémie est différente des autres années par son ampleur, alors que la saison épidémique vient juste de commencer (de septembre à avril).

Un bubon de la peste bubonique qui se développe autour du cou - Crédit  : visualdx.com

Un bubon de la peste bubonique qui se développe autour du cou – Crédit : visualdx.com

Le sans foutisme total de la gestion des ordures

Les ordures dans un quartier d'Antananarivo (2013)

Les ordures dans un quartier d’Antananarivo (2013)

De janvier à avril 2017, Antananarivo croulait littéralement sous les ordures. La Commune Urbaine d’Antananarivo et le gouvernement se refilaient la patate chaude en se rejetant la faute. Mais quoi qu’on puisse dire, c’est la CUA qui est totalement responsable des ordures. Est-ce qu’ils ont pensé que des ordures pourrissant à l’air libre n’auraient aucune conséquence par la suite ? Est-ce qu’on est aussi con dans la Commune ?

La réaction timorée du gouvernement dès le début de l’épidémie de peste

Il aurait fallu que le gouvernement réagisse plus vite dès que les premiers cas de peste bubonique se sont déclarés pour éviter l’escalade avec la peste pulmonaire. Mais le gouvernement a fait la politique de l’autruche et il a réagi de manière exagérée lorsque l’image du pays à l’extérieur en a pris un coup. Si on avait eu des campagnes de désinfection et de nettoyage dès le mois d’aout, on aurait pu réduire le nombre de cas.

La responsabilité des médias malgaches pour créer la psychose

La responsabilité des médias malgaches est manifeste dans la création de la psychose. Les médias malgaches, brillant par leur ignorance et leur médiocrité, ont propagé toutes les fausses informations possibles sur la peste attisant la peur. Et vous avez toujours des éditocrates qui vont toujours utiliser le moindre prétexte pour critiquer le pouvoir. Pour le moment, bande de babouins, il s’agit d’éradiquer l’épidémie et non de déblatérer à tort et à travers.

Le retournement des morts comme une cause probable de la peste endémique ?

Le retournement des morts, une pratique ancestrale à Madagascar

Le retournement des morts, une pratique ancestrale à Madagascar

Parmi les causes qui expliquent la présence endémique de la peste à Madagascar, on parle de la pauvreté, du manque d’infrastructure, mais également du retournement des morts qui est une pratique ancestrale. Il est vrai que dans les années 1950, les autorités coloniales françaises avaient interdit le retournement des morts, mais les familles à cette époque bravaient l’interdiction en effectuant cette pratique en cachette.4 Aujourd’hui, le retournement des morts est toujours pratiqué et peut-être qu’il est l’un des facteurs de la peste dans le pays. Mais on peut prendre des mesures telles que la désinfection des zones funéraires, mais également le dépistage systématique des personnes qui participent à ce rite. C’est un coût supplémentaire, mais c’est nécessaire pour réduire les cas de peste. Mais quand on s’attaque à des pratiques ancestrales, on se heurte à un refus viscéral et Georges Ramahandridona, lors du centenaire de l’Académie nationale malgache en 1998 l’a parfaitement résumé :

Le savoir du monde moderne est considéré par le Malgache traditionnel comme quelque chose qui lui est extérieur. Il le ressent comme une oppression lorsqu?il empiète sur son art de vivre traditionnel.
Ceci est plus aigu encore lorsqu?on touche au domaine, de la santé, de la maladie, de la mort et de l’après-mort.

La contamination par Facebook est pire que la peste

La population malgache s’informe de plus en plus sur Facebook. Et si vous vous informez de la peste sur Facebook, alors vous avez tort quelle que soit la condition. La majorité des informations qui circulent sont fausses et on voit que personne ne connait même les symptômes précis de la peste. Il y a un manque criant de communication efficace du gouvernement.

Les autorités sanitaires doivent avoir des sites web officiels où on peut avoir toutes les informations.5 En évitant de publier les zones exactes de l’épidémie, les autorités ont créé la panique, car on a pensé que tout le pays était pestiféré. Et on ne parle même pas des médias occidentaux qui pensent à la peste au Moyen-Age. Comme quoi, les médias sont vraiment des cons sans frontière. Pour la population, je conseillerais de surveiller les annonces des autorités sanitaires comme l’OMS et celles du gouvernement. Il est vrai que l’OMS est alarmiste, mais c’est son rôle, mais il ne faut pas confondre une prévention alarmiste avec une psychose.

Sources

1.
Peste à Madagascar : ce qu’il faut savoir – Institut Pasteur de Madagascar. Institut Pasteur de Madagascar. http://www.pasteur.mg/fiche-dinformations-sur-letat-de-la-peste-a-madagascar-3/. Published September 16, 2017. Accessed October 3, 2017.
3.
WHO scales up response to plague in Madagascar. World Health Organization. http://who.int/mediacentre/news/releases/2017/response-plague-madagascar/en/. Accessed October 3, 2017.
4.
Suzanne C. Historique : la lutte à Madagascar de 1898 à 1960. books.openedition.org. http://books.openedition.org/irdeditions/6608?lang=fr. Accessed October 3, 2017. [Source]
5.
Communiqué de presse : Saison pesteuse. sante.gov.mg. http://www.sante.gov.mg/home/n.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, Moyenne : 3,50 de 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 10 ans et webmestre d'une chiée de sites.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils