Dépendance au jeu : une aide à partir des histoires de patients


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Pour la première fois, une nouvelle recherche identifie les marqueurs narratifs de la dépendance au jeu et ouvre la voie à des approches innovantes de thérapie et de prévention.


    Pour la première fois, une nouvelle recherche identifie les marqueurs narratifs de la dépendance au jeu et ouvre la voie à des approches innovantes de thérapie et de prévention.

    Comment les personnes touchées par le pathologique racontent-elles leur histoire ? Quelles informations pouvons-nous extraire de leurs récits ? Pour la première fois, une étude menée par SISSA, Scuola Internazionale Superiore di Studi Avanzati et par l’Université de Roma Tre a analysé en détail les mots et les constructions linguistiques utilisés par les personnes souffrant de jeux d’argent.

    Se raconter ses histoires

    Les chercheurs ont identifié plusieurs éléments caractéristiques de leur état émotionnel et cognitif aux différents stades trouble. L’étude, publiée dans Addictive disorders and their treatment, ouvre de nouveaux scénarios pour le développement de parcours de récupération et de prévention basés sur les compétences linguistiques.

    Partager des expériences personnelles avec des amis ou des parents, à travers la narration, est un exercice que beaucoup d’entre nous font chaque jour. Pourtant, les récits personnels ne sont en aucun cas un processus trivial. Ils nous aident à ordonner et à donner du sens à notre histoire, nous permettant d’intégrer les différents aspects de notre expérience psychique, des différentes époques, passées, présentes et futures, dans lesquelles vit notre esprit.

    Les mots qu’un individu utilise lorsqu’il raconte un fait ou décrivent une condition intérieure reflètent ses états psychologiques et représentent son style cognitif et émotionnel particulier, ses traits de personnalité, ainsi que tous les symptômes de troubles psychologiques dont il peut souffrir. C’est pourquoi l’histoire de soi est également une voie d’accès importante aux processus émotionnels et cognitifs utilisés dans des contextes de recherche et thérapeutiques.

    Analyse des expressions et des mots de joueurs pathologiques

    Pour la première fois, un groupe de chercheurs du SISSA et de l’Université de Roma Tre a analysé les récits de patients souffrant de dépendance au jeu afin d’identifier les problèmes les plus courants et de proposer des traitements innovants possibles. En particulier, les chercheurs ont interrogé 30 personnes souffrant d’un trouble du jeu et suivant une thérapie dans les services publics de la région du Frioul-Vénétie Julienne.

    Les entretiens, réalisés sous une forme semi-structurée, ont porté sur différents aspects de leur expérience du jeu, du trait compulsif aux tentatives de contrôle du désir, des déclencheurs de dépendance à ceux utiles pour atteindre l’abstinence et reprendre le contrôle. Les chercheurs ont ensuite analysé les mots utilisés par les patients avec le LIWC (enquête et décompte de mots), le logiciel le plus utilisé pour les études linguistiques informatiques.

    Pas de futur et être manipulé

    Nous avons identifié différents marqueurs linguistiques des problèmes émotionnels et cognitifs des joueurs, qui varient selon les différentes phases de la dépendance, explique Stefano Canali, chercheur au Laboratoire interdisciplinaire du SISSA et au Cosmic Lab de l’Université de Roma Tre, responsable pour l’étude.

    Le plus évident parmi tous est l’absence totale de mots et de phrases faisant référence à l’avenir. C’est probablement à la fois une indication et une cause de la difficulté des joueurs à réfléchir aux effets d’un comportement impulsif et risqué sur leur avenir.”

    Un autre marqueur narratif identifié par l’étude était l’utilisation contemporaine d’expressions à la première personne et sous forme passive pour parler de leur relation avec le jeu. C’est comme si le sujet se sentait un agent et responsable du comportement de jeu et, en même temps, comme étant agi, entraîné par le désir et l’automatisme.

    Cette contradiction narrative est une indication claire d’un soi-même , déclare Canali. “Enfin, ces indicateurs s’accompagnent d’une extrême difficulté à décrire les expériences émotionnelles liées au désir de jouer et à la perte de contrôle. Ce déficit narratif semble s’améliorer avec la voie thérapeutique.”

    Il s’agit d’une étude pilote qui nous a permis de montrer l’importance de l’analyse du langage dans la compréhension des fonctions psychologiques impliquées dans les addictions, conclut Canali. Cliniquement parlant, les marqueurs narratifs peuvent être un nouvel outil de soutien dans le processus thérapeutique, ainsi qu’un moyen possible de reconnaître les personnes à risque.

    En outre, ils ouvrent la voie à l’utilisation de techniques pour renforcer les compétences narratives en tant que stratégies complémentaires dans le traitement. des addictions, similaires à celles qui sont testées par exemple auprès de patients souffrant d’autisme.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast