Qu’est-ce qui fait un mauvais VPN ?


  • FrançaisFrançais
  • EnglishEnglish

  • Il suffit de quelques critères pour voir ce qui fait un mauvais VPN, mais parfois, c’est un peu plus subtil.


    Il suffit de quelques critères pour voir ce qui fait un mauvais VPN, mais parfois, c'est un peu plus subtil.
    Publicités

    Le mauvais semble être la norme prédominante sur le marché. On préfère toujours des fournisseurs avec un marketing agressif ou des affiliations alléchantes (même si moi aussi je fais de l’affiliation), plutôt que de regarder objectivement ce que propose un fournisseur. Il n’y aura pas de mur de la honte sur lequel on pourrait mettre tel ou tel mauvais VPN, car ce serait inutile.

    Une politique de zéro donnée incompréhensible

    Même si on sait que la plupart des politiques de vie privée sont écrites par des connards d’avocat pour les rendre incompréhensible pour le commun des mortels, cette politique de vie privée est essentielle pour un fournisseur. Un mauvais VPN va balancer une tonne d’informations ce qu’il collecte ou non. Un empoisonnement du puit qui vous trompe sur ses réelles intentions.

    Il suffit de quelques critères pour voir ce qui fait un mauvais VPN, mais parfois, c'est un peu plus subtil.

    On ne lit jamais l’accord de confidentitalité sur les services, mais c’est le premier qu’on regarde chez un VPN. Et cela doit se résumer en un paragraphe, suffisamment simple pour qu’un enfant le comprenne et solide pour qu’on lui fasse confiance. Si vous ne comprenez pas en 5 secondes ce qu’un VPN garde sur vous, alors trouvez-vous un autre.

    Il est quasi impossible d’avoir une politique de zéro donnée, car zéro égal à zéro. Si le mec garde votre adresse mail ou vos coordonnées de paiement, même pour l’inscription, ce n’est pas une politique de zéro donnée. Ce n’est pas forcément un mauvais VPN, mais ce n’est pas une politique de zéro donnée.

    Le mauvais VPN se trouve au mauvais endroit

    Si vous avez un VPN aux Etats-Unis, c’est un risque, s’il est en Angleterre, c’est un risque, s’il est en France, c’est un risque. La plupart des pays “démocratiques” et occidentaux pratiquent la surveillance de masse avec le croisement des données. Parmi les exemples, on peut citer Hidemyass. Ce n’est pas un mauvais fournisseur, mais quand vous vivez dans un pays liberticide, vous n’avez pas le choix.

    banniere surfshark fr

    Cela ne signifie pas que tout VPN, ayant son siège social dans un paradis fiscal sera le meilleur VPN du marché, mais les législations sont importantes. Quand les gouvernements veulent vraiment mettre la main sur quelqu’un, ils ne lésineront pas sur les moyens. Et il faudra que le VPN se trouve dans un pays, hors d’atteinte des législations “démocratiques” pour qu’il ne craigne aucune pression.

    Les serveurs virtuels pour une “toile mondiale”

    Un serveur virtuel de VPN est simplement un serveur que le mauvais VPN va louer à un hébergeur web. Par exemple, un fournisseur est basé en France, il loue 50 serveurs VPS aux Etats-Unis via un hébergeur web. Et avec ces serveurs, il obtient des adresses IP américaines. Mais c’est de la triche, car il n’est pas présent physiquement sur le serveur. Il y a plusieurs raisons pour qu’un VPN passe par des serveurs virtuels :

    • Il veut prétendre qu’il possède beaucoup de serveurs que dans la réalité
    • Il veut proposer un pays où il n’a pas les moyens d’investir
    • Il a peur des législations du pays

    Les serveurs virtuels ne sont pas forcément une mauvaise chose. Mais l’obligation est que le VPN doit dire clairement que tels serveurs dans tels pays sont virtuels. Et le ratio doit de 70/30 au maximum. C’est à dire que si vous avez un VPN qui possède réellement 10 serveurs, mais qu’il dit qu’il possède 150 serveurs, alors cela signifie que c’est la grosse merde. Car il n’a aucun contrôle sur ce qui se passe sur les serveurs qu’il loue à l’étranger. Vous avez des fournisseurs comme VyprVPN qui possèdent leurs propres infrastructures ce qui est toujours préférable.

    La disponibilité des logiciels VPN

    L’utilisateur n’a pas à choisir le système que vous lui imposez. C’est à vous de vous adapter au système de l’utilisateur. Et donc, la compatibilité du logiciel pour votre système d’exploitation ne doit jamais être un critère de choix. Si vous vous dites :”Est-ce que ce logiciel VPN marchera sur mon système”, alors c’est un mauvais VPN. Dans ce domaine, ExpressVPN est sans doute le meilleur, car les systèmes qu’il supporte sont démentiels.

    vyprvpn

    Ce sont quelques-uns de mes critères pour nous débarrasser des mauvais VPN. Il y a des VPN qui sont excellents à tous les niveaux. Je l’ai déjà dit, mais l’approche de Mullvad est unique, car même l’inscription est aussi anonyme que possible. On peut aussi citer OVPN, le VPN utilisé par les opérateurs de Pirate Bay, qui a prouvé de manière remarquable qu’il pouvait gérer l’attaque d’un ayant-droit pour le forcer à révéler l’identité d’un fournisseur.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast