Le coronavirus fait la une de médias, mais peu de personnes remarquent que 25 millions d’Africains sont dévastés par les criquets


  • FrançaisFrançais

  • Alors que tout le monde panique sur le coronavirus, l’Afrique est détruite par les criquets pèlerins. Et une cause essentielle est la propagande écologique, mené par les ONG européennes, pour bannir tous les pesticides, qui fait que le continent est absolument sans défense contre cette nouvelle plaie.


    Alors que tout le monde panique sur le coronavirus, l'Afrique est détruite par les criquets pélerins. Et une cause essentielle est la propagande écologique, mené par les ONG européennes, pour bannir tous les pesticides, qui fait que le continent est absolument sans défense contre cette nouvelle plaie.
    Crédit : CNN
    Publicités

    Alors que les criquets pèlerins ravagent les cultures africaines, des ONG financées par l’UE manoeuvrent au parlement kenyan pour laisser les agriculteurs sans défense. Pris au piège par l’urgence, la FAO a du mal à acheter suffisamment de pesticides pour éviter une catastrophe.

    Les experts craignent qu’il ne soit trop tard pour éviter la famine

    Les pires essaims de criquets en 70 ans sont descendus en de l’Est il y a à peine un mois et ont déjà dévoré des centaines de milliers d’acres de cultures de base dans la région. Chaque jour, les essaims grossissent et voyagent plus loin sur le continent africain. Alors que les pertes de récoltes augmentent, les experts craignent que cette nouvelle plaie, qui frappe les systèmes alimentaires africains déjà mis à mal par les infestations épidémiques de légionnaire d’automne et de nombreuses autres maladies des plantes, puisse pousser la région à la famine.

    L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qualifie l’invasion acridienne de menace «sans précédent» pour la vie et la sécurité alimentaire. Oxfam estime que 25 millions de personnes ont déjà souffert de la faim et de la malnutrition des essaims.

    Incroyable, mais vrai, les activistes de l’agriculture biologique et les ONG financées par l’UE manoeuvrent au milieu de cette crise pour faire adopter une législation par le Parlement kenyan qui interdirait les pesticides agricoles nécessaires pour arrêter les essaims avant qu’ils ne se multiplient de manière incontrôlable. Selon les derniers rapports, 200 000 acres en Somalie et en Éthiopie ont été anéantis et 170 000 acres supplémentaires au Kenya sont attaquées. L’Ouganda et le Soudan du Sud pourraient bien être les prochains.

    Les pesticides sont le seul espoir d’arrêter la famine

    La pulvérisation aérienne de pesticides est le seul moyen efficace pour arrêter les criquets, et les arrêter maintenant au Kenya est essentiel pour empêcher que la catastrophe ne se propage davantage. Les experts estiment que les essaims pourraient augmenter de 500 fois en juin 2020 et pourraient bientôt atteindre 30 pays en Afrique et en Asie.

    Mais la loi parrainée par une ONG rendrait une réponse efficace presque impossible, l’annulation des enregistrements de plus de 200 pesticides qui ont été approuvés comme sûrs par les autorités kenyanes et par les autorités de réglementation aux États-Unis, au Canada, en Australie et dans d’autres pays qui s’appuient sur des données scientifiques et des évaluations internationales des risques.

    Route to Food, principale propagandiste de l’anti-

    La principale ONG à l’origine de l’initiative, Route to Food, a été fondée en 2016 en tant que groupe d’action politique africaine grâce aux fonds des contribuables fournis par la Fondation Heinrich Boll du Parti vert allemand. En seulement quelques années, RTF est devenu une force majeure dans la politique kenyane faisant campagne contre les pesticides, les OGM (qui selon cette ONG, sont «vides sur le plan nutritionnel») et faisant avancer les modes agricoles de style européen comme l’agro-, qui condamne les technologies modernes de culture, avec les marchés libres, le commerce et même la mécanisation, en faveur de l’agriculture «paysanne» et «indigène».

    RTF est rejoint dans la campagne d’interdiction par le Kenyan Organic Agricultural Network, une ONG représentant les intérêts des entreprises biologiques (il est à noter que la proposition d’interdiction n’inclut pas le pesticide préféré des agriculteurs biologiques, bien que très toxique, le sulfate de cuivre). Le KOAN, lui aussi, est largement financé par les gouvernements européens, directement par le biais d’agences de développement telles que le ministère danois des Affaires étrangères, l’Agence suisse pour le développement et la coopération, et les ONG néerlandaises SNV et HIVOS (néerlandais: Humanistisch Instituut voor Ontwikkelingssamenwerking, Humanist Institute for Coopération avec les pays en développement).

    HIVOS est également le soutien de la célèbre militante brahmane de l’agroécologie et guerrière de la «justice sociale» Vandana Shiva, récemment condamnée par le lauréat du prix Nobel Rich Roberts et de nombreux autres scientifiques de premier plan pour ses «positions anti-scientifiques et contraires à l’éthique».

    Sans pesticide, l’Afrique succombera à la famine

    Même en l’absence de la plaie acridienne, l’interdiction des pesticides par les ONG dévasterait la production alimentaire au Kenya, dont les producteurs de maïs ont perdu jusqu’à 70 % de leurs cultures de base au profit de la chenille légionnaire d’automne, qui ne peut être contrôlé que par les pesticides et les cultures d’OGM Bt. Presque toutes les grandes cultures sont menacées et aucune ne serait viable sans pesticides. La rouille de blé UG99 s’est propagée dans tout l’Est, de l’Égypte à l’Afrique du Sud, et a traversé l’eau jusqu’au Yémen et en Iran. Le virus de la mosaïque du manioc peut détruire jusqu’à 80 % de la récolte, la troisième source de glucides en Afrique et la deuxième culture vivrière de l’ouest du Kenya.

    Des milliers de champignons, nématodes, insectes, mauvaises herbes et autres ravageurs rendent l’agriculture en Afrique, et partout ailleurs dans le monde, peu pratique et même impossible sans pesticides. Les élites européennes parlent d’interdire les pesticides et de remplacer la production agricole moderne par une agriculture biologique de type «agro-écologie», promouvant sans cesse le fantasme selon lequel les agriculteurs biologiques n’utilisent pas de pesticides. Mais tous les agriculteurs qui se développent, y compris les agriculteurs biologiques, utilisent des pesticides.

    Le cuivre, cancérigène et toxique, mais “naturel”

    Les médias grand public, qui semblent ignorer ce fait fondamental, ont été choqués lorsque le gouvernement français a récemment rapporté que, malgré ses promesses de réduire de moitié l’utilisation des pesticides, les ventes de pesticides avaient en fait augmenté de 21 % en 2018. Il y avait plusieurs raisons à la hausse, y compris les agriculteurs qui s’approvisionnent tôt pour éviter de nouveaux frais de pesticides, mais une grande partie de l’augmentation provient d’une augmentation massive de l’utilisation de pesticides bio comme le soufre et le sulfate de cuivre.

    Le cuivre, dans ses divers composés, est considéré comme «naturel» et donc approuvé pour la production biologique, mais il est très toxique pour les humains et la faune, s’accumule dans le sol et est un cancérogène connu. En 2015, l’UE a inscrit les composés du cuivre sur sa liste de «candidats à la substitution», ce qui signifie qu’ils «préoccupent particulièrement la santé publique ou l’environnement». L’UE aurait interdit les substances depuis longtemps, sauf que les producteurs biologiques, qui les balancent sur leurs champs en quantités vraiment stupéfiantes, ne pourrait survivre sans cela.

    Les Européens sont hypocrites, l’Amérique ne devrait pas être la même

    L’hypocrisie en Europe est flagrante, mais l’Europe est suffisamment riche pour pouvoir acheter de la nourriture à l’étranger lorsque sa lubie alimentaire biologique fait baisser la production locale. En effet, l’Europe est un importateur net de denrées alimentaires depuis de nombreuses années.

    L’imposition de politiques élitistes «d’agroécologie» à l’Afrique s’avère cependant mortelle, et aucune organisation n’est plus complice que la FAO même qui se démène actuellement pour trouver suffisamment de pesticides pour lutter contre la peste acridienne. Pendant neuf ans, sous la direction de son directeur général brésilien, José Graziano Da Silva, la FAO a détourné ses ressources considérables (2,5 milliards de dollars en 2018) pour promouvoir un programme agroécologique hautement idéologique en Afrique qui interdisait l’utilisation d’OGM et de pesticides de synthèse (mais, bien sûr, permettait la culture biologique)) et promu la fantaisie organique.

    Une écologie gangrenée qui exclut toutes les techniques modernes

    Il n’y a rien de mal à l’agroécologie telle qu’elle a été conçue à l’origine, ce à quoi elle ressemble: l’étude de l’écologie globale des pratiques agricoles. Mais entre les mains des militants, la science a été pervertie pour être une idéologie normative qui exclut arbitrairement les technologies agricoles modernes et même la mécanisation (pensez aux tracteurs) et cache un programme radical hostile aux marchés, à la propriété privée et au développement économique sous le couvert de «Justice sociale», bien que ce soit une étrange forme de justice sociale qui veuille maintenir les «peuples autochtones» dans un état perpétuel de simple subsistance.

    Graziano, qui est venu à la FAO après avoir servi dans le gouvernement de gauche de Lula da Silva, a utilisé les ressources et le prestige de son organisation pour embrasser les éléments politiques les plus radicaux du mouvement agroécologique. Avec le soutien de la FAO, des groupes tels que Via Campesia ont promu la gloire de «l’agriculture paysanne» et condamné le commerce international, tandis que d’autres comme le Third World Network se sont élevés contre le capitalisme lui-même et ont défendu le régime vénézuélien Chavez-Maduro alors qu’il réduisait cette nation autrefois riche à la famine et le désespoir.

    Au sein de l’organisation, le favori de Graziano, Miguel Altieri, a utilisé son perchoir au Comité directeur de la FAO pour diffamer la Révolution verte, qui a sauvé un milliard de personnes de la famine, comme un projet «raté» et pour faire de la politique contre les entreprises privées et les marchés libres.

    Sinon occupée à faire avancer la politique radicale et à décourager les agriculteurs africains pauvres d’utiliser les pesticides dont ils ont désespérément besoin, la FAO a en quelque sorte négligé de se préparer à l’urgence actuelle. Le monde naturel et bio de leurs fantasmes recouvre désormais l’Afrique de l’Est dans un nuage de destruction et de mort, et les 2,5 milliards de dollars de la FAO ne semblent pas suffire pour acheter les avions et les pesticides nécessaires pour arrêter l’infestation.

    Le nouveau Directeur général de la FAO, Qu Dongyu de Chine, élu en juin 2019, a promis des réformes. Espérons qu’elles viendront bientôt et qu’il ne soit pas trop tard.

    Traduction d’un article sur Science 2.0 par James Njoroge, actuellement consultant en communication basé à Seattle, Washington, USA. Il est titulaire d’une maîtrise ès arts en communication de la Wichita State University et d’une maîtrise ès sciences en conception et ingénierie centrées sur l’homme de l’Université de Washington.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast