COVID-19 aux USA : Des files d’attente interminables de personnes affamées


  • FrançaisFrançais

  • Les banques alimentaires sont prises d’assaut aux Etats-Unis. Les plus pauvres n’ont plus de quoi se nourrir et ce sont les plus durement touchés par la crise. Sur bien des égards, cette crise américaine est bien pire que celle de l’ouragan Katrina. On y voit les délaissés et les affamés du capitalisme prédateur américain qui détruit le monde, mais aussi son propre peuple.


    Les banques alimentaires sont prises d'assaut aux Etats-Unis. Les plus pauvres n'ont plus de quoi se nourrir et ce sont les plus durement touchés par la crise. Sur bien des égards, cette crise américaine est bien pire que celle de l'ouragan Katrina. On y voit les délaissés et les affamés du capitalisme prédateur américain qui détruit le monde, mais aussi son propre peuple.
    Des boîtes de nourriture sont distribuées par la Greater Pittsburgh Community Food Bank, lors d'une distribution au volant près de PPG Arena au centre-ville de Pittsburgh, le 10 avril 2020. Gene J. Puskar | AP.
    Publicités

    Au moins 10 000 voitures s’alignent de façon ordonnée à San Antonio, toutes pleines de gens affamés et de plus en plus désespérés. Des milliers sont déjà arrivés la veille pour avoir la chance de manger. “Nous ne pouvons tout simplement pas nourrir autant de personnes“, a déclaré le PDG de la locale sur laquelle les Texans se sont rués.

    Des queues d’affamés sur des kilomètres

    C’est une scène qui se joue à travers le pays; 1 300 voitures ont envahi la banque alimentaire du Greater Pittsburgh. Le United Center, qui abrite les Chicago Bulls and Blackhawks, a été transformé en un immense entrepôt alimentaire, alors que a creusé un fossé dans les mailles de la société américaine, où des dizaines de millions de personnes sont désormais confrontées au chômage et à la faim.

    Certains ont prétendu que les files d’attente alimentaires étaient un aperçu de ce à quoi ressemblerait un futur État socialiste américain. Cependant, ce n’est pas une société hypothétique mais un présent bien réel. C’est l’Amérique d’aujourd’hui. Les banques alimentaires existantes ont du mal à faire face; un employé d’une banque alimentaire à Baton Rouge, LA, a déclaré que la situation actuelle était pire qu’après l’ouragan Katrina.

    MintPress News s’est entretenu avec un certain nombre de personnes en première ligne tentant de nourrir l’Amérique pendant la pire pandémie d’un siècle. “Les besoins ont monté en flèche non seulement ici, mais partout dans le pays”, a déclaré Eleanor Goldfield, une militante et journaliste.

    New-York, ville la plus touchée au monde

    Un homme qui nous a appelés ici à D.C Mutual Aid pour demander de l’aide a dit qu’il avait parcouru plusieurs kilomètres la veille pour se rendre à une banque alimentaire locale pour constater qu’ils étaient fermés. Il a dit qu’il n’avait plus de et qu’il ne comprenait pas comment ils pouvaient simplement arrêter des opérations comme ça.

    Avec Guayaquil, en Équateur, la région métropolitaine de New York-New Jersey est l’un des épicentres mondiaux de la pandémie de coronavirus. Les autorités n’ont pratiquement aucune idée du nombre de personnes décédées; L’estimation par l’État de New York du nombre de morts dans la ville de New York est supérieure à 1 000 de plus que le décompte de la ville, ce qui montre à quel point le système est débordé.

    Plus d’un pour cent de tous les retraités sont actuellement hospitalisés avec COVID-19. “Les gens meurent à gauche et à droite, sans exagération“, nous a dit la semaine dernière Derrick Smith, une infirmière anesthésiste diplômée certifiée. “Je n’avais jamais imaginé que notre système de santé aurait subi une telle ruée.” Les morgues de fortune, des remorques réfrigérées pleines de corps, sont maintenant présentes dans la plupart des hôpitaux de la région, et des fosses communes sont creusées sur une île inhabitée du détroit de Long Island.

    Manque de bouffe et d’équipements

    New York fait face à une crise sans précédent. Alors que les retombées économiques de la pandémie de coronavirus se poursuivent, de plus en plus de New-Yorkais sont confrontés à l’insécurité alimentaire“, a déclaré la Banque alimentaire de New York. Il estime qu’il devra fournir 15 millions de repas au cours des 90 prochains jours.

    Nous avons vu une augmentation significative de la demande de nourriture, environ 30 à 40 pour cent plus élevée“, a déclaré Karla Bardinas de Fulfill, anciennement la FoodBank de Monmouth et Ocean Counties, New Jersey.

    Ces repas s’ajoutent à ce que nous servions déjà, conséquence directe de la fermeture d’écoles et d’entreprises et de la perte de leur emploi.

    Les travailleurs de première ligne doivent non seulement faire face à une demande accrue mais aussi au risque très réel de décès. “Nous avons récemment perdu une collègue, Diana Tennant, 51 ans, à cause de complications du coronavirus… alors bien sûr, cela a été difficile. Mais nous sommes tous déterminés à nourrir nos voisins en situation d’insécurité alimentaire, et maintenant, plus que jamais, les gens ont besoin de notre aide pour mettre de la nourriture sur leurs tables, nous sommes donc inspirés à travailler dur pour poursuivre notre mission”, a déclaré Bardinas à MintPress.

    Mourir pour 20 dollars

    Même en prenant le maximum de précautions possibles, les travailleurs critiques se mettent tous les jours en danger. C’est une chose lorsque vous êtes un travailleur médical comme Smith, sachant que l’exposition à l’infection est toujours un risque. Il en va tout autrement pour les travailleurs faiblement rémunérés du commerce de détail.

    La semaine dernière, un employé d’épicerie de 27 ans chez Giant Foods dans le Maryland est décédé après avoir contracté le virus. Sa mère a affirmé que le magasin refusait de fournir un équipement de protection. Elle a reçu son dernier chèque de paie: 20,64 $. “Mon enfant est mort à cause de 20,64 $. Vous savez ce que l’utilisation de l’EPI approprié aurait pu faire pour mon bébé ?a-t-elle demandé à Stephanie Ruhle de MSNBC. Bardinas et Goldfield ont déclaré que leurs organisations prenaient des mesures de sécurité strictes afin de limiter la propagation de COVID-19.

    Comme pour bien d’autres choses, ce sont les pauvres qui sont le plus durement touchés par le coronavirus. 1,5 million de New-Yorkais souffrent d’insécurité alimentaire dans le meilleur des cas. Le South Bronx a les taux de faim les plus élevés, 37 %, de toutes les communautés des États-Unis. Dans le Bronx, le quartier le plus pauvre de New York, le nombre de morts est quasiment le double par rapport à Manhattan. Alors que les riches ont les moyens de se mettre en place et d’utiliser leurs économies pendant une crise, cette option n’est pas disponible pour les pauvres, notamment en raison de la réponse anémique du gouvernement, qui a rapidement renfloué l’industrie, mais beaucoup plus lentement pour aider les gens.

    Près de la moitié de l’Amérique était déjà en faillite avant la pandémie. De plus, 32 % des résidents du Bronx travaillent dans des professions de soins (infirmières, soignants, enseignants, etc.) et ne peuvent tout simplement pas travailler à domicile comme les autres.

    Brésil, Inde, , partout les pauvres crèvent

    C’est une histoire similaire dans le monde entier. Au Brésil, les résidents des bidonvilles urbains ne peuvent pas s’isoler en toute sécurité, car leurs maisons manquent de chambres privées et n’ont pas la possibilité de stocker de grandes quantités de nourriture. En outre, rares sont ceux qui ont de l’eau courante, ce qui rend impossible le lavage des mains et d’autres pratiques sanitaires.

    En Inde, le gouvernement a déclaré un confinement généralisé de trois semaines, offrant 2 000 roupies (environ 26 $) à tous les citoyens en leur disant de se démerder avec. Mais les habitants se plaignent que c’est loin d’être suffisant pour subvenir à leurs besoins et que les pauvres, qui vivent en semi-communauté, n’ont pas l’équipement pour cuisiner à la maison, ce qui les expose à de plus grands risques.

    De retour à D.C., Goldfield affiche un visage courageux, mais il est clair que les banques alimentaires du pays ont du mal à répondre à la demande. “Nous faisons de notre mieux. L’entraide est puissante et beaucoup nous aider, mais c’est fragile”, a-t-elle dit,” nous fabriquons nos propres masques et désinfectants pour les mains. Nous avons maintenant plus de jours de livraison mis en place, et élargissons notre réseau pour accéder aux produits, pain, viande et fromage de producteurs locaux et respectueux de l’environnement.

    Penser à l’après

    Dans le New Jersey, Bardinas dit que Fulfill a eu de sérieux problèmes pour acquérir certains produits mais relève actuellement le défi. “Mais nos dépenses sont exorbitantes pour répondre à l’augmentation de la demande. Nous pourrions utiliser des dons monétaires qui nous donneront la souplesse nécessaire pour répondre immédiatement aux besoins de notre communauté sur accomplNJ.org.” Presque toutes les banques alimentaires du pays se trouvent dans une situation similaire.

    “C’est à la fois gratifiant et difficile de travailler ici en ce moment … c’est la première fois que je suis à DC depuis si longtemps. Mais en ce moment, la ligne de front est partout. Partout, on est écrasé par les horribles défaillances de notre système capitaliste oppressif“, a déclaré Goldfield, ajoutant :

    L’entraide est notre façon de lutter et de construire. Il est horrible de voir à quel point la construction de notre société est fragile, avec quelle facilité elle dispose des plus marginalisés. Pourtant, il serait bien pire d’ignorer cette réalité que de la voir et d’agir en conséquence. J’espère que ce travail nous permettra non seulement de traverser cette crise, mais de jeter les bases de ce qui va arriver après la fin de la tempête.

    Le grand auteur et activiste Arundhati Roy a récemment écrit que la pandémie actuelle est un portail vers l’avenir: “Nous pouvons choisir de la traverser, en traînant les carcasses de nos préjugés et de la haine, de notre avarice, de nos banques de données et de nos idées mortes, de nos rivières mortes et de notre ciel enfumé avec nous. Ou nous pouvons traverser en voyageant léger, avec peu de bagages, prêts à imaginer un autre monde. Et prêt à lutter pour cela.” La tempête est peut-être bien terminée, mais il est possible d’utiliser la crise pour construire une société plus juste, où la nécessité de banques alimentaires sera reléguée aux pages des livres d’histoire.

    Traduction d’un article de MintPress et de PopularResistance par Alan MacLeod.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast