La colonisation sioniste de la Palestine


  • FrançaisFrançais

  • La colonisation sioniste de la Palestine continue son bonhomme de chemin. Un gouvernement, rempli des pires fascistes, ne se rendant pas compte qu’ils alimentent l’antisémitisme au niveau mondial.


    La colonisation sioniste de la Palestine continue son bonhomme de chemin. Un gouvernement, rempli des pires fascistes, ne se rendant pas compte qu'ils alimentent l'antisémitisme au niveau mondial.
    Mr. Fish / Truthdig

    Le conflit israélo-palestinien n’est pas le produit d’anciennes haines ethniques. Il s’agit du choc tragique entre deux peuples qui revendiquent la même terre. Il s’agit d’un conflit fabriqué, le résultat d’une occupation coloniale centenaire par les sionistes et plus tard , soutenu par les Britanniques, les États-Unis et d’autres grandes puissances impériales.

    Une colonisation consciente dès le départ

    Ce projet concerne la saisie en cours de terres palestiniennes par les colonisateurs. Il s’agit de faire des Palestiniens des non-peuples, de les écarter du récit historique comme s’ils n’avaient jamais existé et de leur refuser les droits humains fondamentaux. Pourtant, pour énoncer ces faits incontestables de la colonisation juive, étayés par d’innombrables rapports officiels et communiqués et déclarations publics et privés, ainsi que par des documents et des événements historiques, les défenseurs d’Israël portent des accusations d’antisémitisme et de racisme.

    Rashid Khalidi, le professeur d’études arabes modernes à l’Université de Columbia, dans son livre «The Hundred Years’ War on Palestine: A History of Settler Colonization and Resistance, 1917-2017», a méticuleusement documenté ce long projet de colonisation de la . Ses recherches exhaustives, qui incluent des communications internes et privées entre les premiers sionistes et les dirigeants israéliens, ne laissent aucun doute sur le fait que les colonisateurs juifs étaient parfaitement conscients depuis le début que le peuple palestinien devait être soumis et chassé pour créer l’État juif.

    La direction juive était également parfaitement consciente que ses intentions devaient être masquées par des euphémismes, la patine de la légitimité biblique des Juifs sur une terre qui était musulmane depuis le VIIe siècle, les platitudes sur les droits humains et démocratiques, les avantages supposés de la colonisation au colonisés et un appel mensonger à la démocratie et à la coexistence pacifique avec ceux qui sont destinés à la destruction.

    Le meilleur palestinien est celui qui est mort

    Il s’agit d’un colonialisme unique auquel nous avons été soumis, où ils ne nous sont d’aucune utilité“, a déclaré Khalidi, selon Said. «Le meilleur Palestinien pour eux», a écrit Said, «est soit mort, soit parti. Ce n’est pas qu’ils veulent nous exploiter, ni qu’ils doivent nous y maintenir à la manière de l’Algérie ou de l’Afrique du Sud en tant que sous-classe

    Le est né des maux de l’antisémitisme. C’était une réponse à la discrimination et à la violence infligées aux Juifs, en particulier lors des pogroms sauvages en Russie et en Europe de l’Est à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle qui ont fait des milliers de morts. Le chef Theodor Herzl a publié en 1896 «Der Judenstaat» ou «L’État juif», dans lequel il avertissait que les Juifs n’étaient pas en sécurité en Europe, un avertissement qui, en quelques décennies, s’est révélé terriblement prémonitoire avec la montée du fascisme allemand.

    Le soutien de la Grande-Bretagne à une patrie juive a toujours été teinté d’antisémitisme. La décision prise par le Cabinet britannique en 1917, comme indiqué dans la Déclaration Balfour, de soutenir «l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif» était un élément essentiel d’une entreprise malavisée fondée sur les tropes antisémites. Il a été entrepris par les élites britanniques au pouvoir pour unir la «communauté juive internationale», y compris des responsables d’origine juive à des postes élevés dans le nouvel État bolchevique en Russie, derrière la campagne militaire britannique en flagrant délit pendant la Première Guerre mondiale.

    L’antisémitisme des britanniques

    Les dirigeants britanniques étaient convaincus que les Juifs contrôlaient secrètement le système financier américain. Les Juifs américains, une fois promis une patrie en Palestine, entraîneraient, pensaient-ils, les États-Unis dans la guerre et aideraient à financer l’effort de guerre. Pour ajouter à ces étranges canards antisémites, les Britanniques pensaient que les Juifs et les Dönmes, ou «crypto-juifs» dont les ancêtres s’étaient convertis au christianisme mais qui continuaient à pratiquer les rituels du judaïsme en secret, contrôlaient le gouvernement turc.

    Si les sionistes recevaient une patrie en Palestine, pensaient les Britanniques, les Juifs et les Dönmes activeraient le régime turc, qui était allié à l’Allemagne pendant la guerre, et le gouvernement turc s’effondrerait. La communauté juive mondiale, les Britanniques étaient convaincus, était la clé pour gagner la guerre.

    Avec la” Grande communauté juive “contre nous“, a averti le britannique Sir Mark Sykes, qui, avec le diplomate français François Georges-Picot, a créé le traité secret qui a divisé l’Empire ottoman entre la Grande-Bretagne et la France, il n’y aurait aucune possibilité de victoire. Le sionisme, a déclaré Sykes, était une puissante force souterraine mondiale qui était «atmosphérique, internationale, cosmopolite, inconsciente et non écrite, voire souvent tacite».

    Le ghetto du monde

    Les élites britanniques, dont le ministre des Affaires étrangères Arthur Balfour, pensaient également que les Juifs ne pourraient jamais être assimilés dans la société britannique et qu’il valait mieux pour eux d’émigrer. Il est révélateur que le seul membre juif du gouvernement du Premier ministre David Lloyd George, Edwin Montagu, s’est fermement opposé à la Déclaration Balfour. Il a fait valoir que cela encouragerait les États à expulser ses Juifs. “La Palestine deviendra le ghetto du monde“, a-t-il averti.

    Cela s’est avéré être le cas après la Seconde Guerre mondiale, lorsque des centaines de milliers de réfugiés juifs, dont beaucoup sont devenus apatrides, n’avaient nulle part où aller, sauf la Palestine. Souvent, leurs communautés ont été détruites pendant la guerre ou leurs maisons et leurs terres ont été confisquées. Les Juifs qui sont rentrés dans des pays comme la Pologne ont constaté qu’ils n’avaient nulle part où vivre et étaient souvent victimes de discrimination ainsi que d’attaques antisémites d’après-guerre et même de massacres.

    Les puissances européennes ont géré la crise des réfugiés juifs en expédiant des victimes de l’Holocauste au Moyen-Orient. Ainsi, alors que les principaux sionistes comprenaient qu’ils devaient déraciner et déplacer les Arabes pour établir une patrie, ils étaient également parfaitement conscients qu’ils n’étaient pas les bienvenus dans les pays d’où ils avaient fui ou avaient été expulsés. Les sionistes et leurs partisans ont peut-être prononcé des slogans tels que «une terre sans peuple pour un peuple sans terre» en parlant de Palestine, mais, comme l’a observé la philosophe politique Hannah Arendt, les puissances européennes tentaient de lutter contre le crime commis contre les Juifs en Europe en commettant un autre crime, un contre les Palestiniens.

    L’extrême-droite de Jabotinsky

    C’était une recette pour un conflit sans fin, d’autant plus que donner aux Palestiniens sous occupation les pleins droits démocratiques risquerait de perdre le contrôle d’Israël par les Juifs. Ze’ev Jabotinsky, le parrain de l’idéologie de droite qui domine Israël depuis 1977, une idéologie ouvertement adoptée par les premiers ministres Menachem Begin, Yitzhak Shamir, Ariel Sharon, Ehud Olmert et Benjamin Netanyahu, a écrit sans ambages en 1923: «Chaque population native du monde résiste aux colons tant qu’elle a le moindre espoir de pouvoir se débarrasser du danger d’être colonisé. C’est ce que font les Arabes de Palestine et ce qu’ils continueront de faire tant qu’il restera une étincelle solitaire d’espoir qu’ils pourront empêcher la transformation de la «Palestine» en «Terre d’Israël».

    Ce genre d’honnêteté publique, note Khalidi, était rare parmi les principaux sionistes. La plupart des dirigeants sionistes “ont protesté contre la pureté innocente de leurs objectifs et ont trompé leurs auditeurs occidentaux, et peut-être eux-mêmes, avec des contes de fées sur leurs intentions bénignes envers les habitants arabes de Palestine”, écrit-il. Les sionistes, dans une situation similaire à celle des partisans d’Israël aujourd’hui, étaient conscients qu’il serait fatal de reconnaître que la création d’une patrie juive nécessitait l’expulsion de la majorité arabe.

    Une telle admission ferait perdre aux colonisateurs la sympathie du monde. Mais entre eux, les sionistes ont clairement compris que le recours à la force armée contre la majorité arabe était essentiel au succès du projet colonial. “La colonisation sioniste … ne peut se poursuivre et se développer que sous la protection d’un pouvoir indépendant de la population indigène, derrière un mur de fer, que la population indigène ne peut pas franchir“, a écrit Jabotinsky.

    Deux grands patrons impériaux

    Les colonisateurs juifs savaient qu’ils avaient besoin d’un patron impérial pour réussir et survivre. Leur premier patron était la Grande-Bretagne, qui a envoyé 100 000 soldats pour écraser la révolte des années 30 et des milices juives armées et entraînées connues sous le nom de Haganah. La répression sauvage de cette révolte a entraîné des exécutions massives et des bombardements aériens et 10 % de la population arabe adulte masculine a été tuée, blessée, emprisonnée ou exilée.

    Le deuxième mécène des sionistes est devenu les États-Unis qui, maintenant, des générations plus tard, fournissent plus de 3 milliards de dollars par an à Israël. Israël, malgré le mythe de l’autonomie qu’il colporte sur lui-même, ne serait pas en mesure de maintenir ses colonies palestiniennes mais pour ses bienfaiteurs impériaux. C’est pourquoi le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions fait peur à Israël. C’est aussi pourquoi je soutiens le mouvement BDS.

    Les premiers sionistes ont acheté d’immenses étendues de terres palestiniennes fertiles et chassé les habitants indigènes. Ils ont subventionné des colons juifs européens envoyés en Palestine, où 94 % des habitants étaient des Arabes. Ils ont créé des organisations telles que la Jewish Colonization Association, plus tard appelée Palestine Jewish Colonization Association, pour administrer le projet sioniste.

    Déguisement en mouvement anticolonial

    Mais, comme l’écrit Khalidi, «une fois que le colonialisme a pris une mauvaise odeur dans l’ère de la décolonisation après la Seconde Guerre mondiale, les origines coloniales et la pratique du sionisme et d’Israël ont été blanchies à la chaux et commodément oubliées en Israël et en Occident. En fait, le sionisme, qui était le beau-fils choyé du colonialisme britannique pendant deux décennies, s’est rebaptisé comme un mouvement anticolonial. »

    Aujourd’hui, le conflit qui a été engendré par cette entreprise coloniale européenne classique du XIXe siècle dans une terre non européenne, soutenue à partir de 1917 par la plus grande puissance impériale occidentale de son époque, est rarement décrit en des termes aussi vagues“, écrit Khalidi. «En effet, ceux qui analysent non seulement les efforts de colonisation israéliens à Jérusalem, en Cisjordanie et sur les hauteurs du Golan syrien occupé, mais toute l’entreprise sioniste du point de vue de ses origines et de sa nature coloniales sont souvent vilipendés.

    Beaucoup ne peuvent accepter la contradiction inhérente à l’idée que, bien que le sionisme ait sans aucun doute réussi à créer une entité nationale prospère en Israël, ses racines sont un projet de colon colonial (comme le sont ceux d’autres pays modernes: les États-Unis, le Canada, l’Australie et le Nouveau Zélande). Ils ne peuvent pas non plus accepter que cela n’aurait pas réussi sans le soutien des grandes puissances impériales, la Grande-Bretagne et plus tard les États-Unis. Le sionisme pouvait donc être et était à la fois un mouvement national et un mouvement colonial.»

    Le déni de l’identité palestinienne

    L’un des principes centraux de la colonisation sioniste et israélienne est le déni d’une identité palestinienne authentique et indépendante. Pendant le contrôle britannique de la Palestine, la population était officiellement divisée entre juifs et «non-juifs». «Les Palestiniens n’existaient pas… ils n’existaient pas», a plaisanté le Premier ministre israélien Golda Meir. Cet effacement, qui nécessite un acte flagrant d’amnésie historique, est ce que le sociologue israélien Baruch Kimmerling a appelé le «politicide» du peuple palestinien. Khalidi écrit: «Le moyen le plus sûr d’éradiquer le droit d’un peuple à sa terre est de nier son lien historique avec elle

    La création de l’État d’Israël le 15 mai 1948 a été réalisée par la Haganah et d’autres groupes juifs grâce au nettoyage ethnique des Palestiniens et aux massacres qui ont semé la terreur parmi la population palestinienne. La Haganah, entraînée et armée par les Britanniques, a rapidement saisi la majeure partie de la Palestine. Elle a vidé Jérusalem-Ouest et des villes comme Haïfa et Jaffa, ainsi que de nombreuses villes et villages, de leurs habitants arabes. Les Palestiniens appellent ce moment de leur histoire la Nakba, ou la Catastrophe.

    «À l’été 1949, la politique palestinienne avait été dévastée et la majeure partie de sa société avait été déracinée», écrit Khalidi. «Quelque 80 % de la population arabe du territoire qui, à la fin de la guerre, est devenu le nouvel État d’Israël a été contraint de quitter ses maisons et a perdu ses terres et ses biens. Au moins 720 000 des 1,3 million de Palestiniens ont été réfugiés. Grâce à cette transformation violente, Israël contrôlait 78 % du territoire de l’ancienne Palestine mandataire et dirigeait désormais les 160 000 Arabes palestiniens qui avaient pu rester, à peine un cinquième de la population arabe d’avant-guerre.»

    Des génocides palestiniens pendant des décennies

    Depuis 1948, les Palestiniens ont héroïquement monté un effort de résistance après l’autre, déclenchant tous des représailles israéliennes disproportionnées et une diabolisation des Palestiniens en tant que terroristes. Mais cette résistance a également contraint le monde à reconnaître la présence des Palestiniens, malgré les efforts fébriles d’Israël, des États-Unis et de nombreux régimes arabes pour les soustraire à la conscience historique. Les révoltes répétées, comme l’a dit Said, ont donné aux Palestiniens le droit de raconter leur propre histoire, la «permission de raconter».

    Le projet colonial a empoisonné Israël, comme le craignaient ses dirigeants les plus prémonitoires, dont Moshe Dayan et le Premier ministre Yitzhak Rabin, qui a été assassiné par un extrémiste juif de droite en 1995. Israël est un État d’apartheid qui rivalise et dépasse souvent la sauvagerie d’autrefois et le racisme de l’apartheid en Afrique du Sud. Sa démocratie, qui a toujours été exclusivement réservée aux Juifs, a été détournée par des extrémistes, dont l’actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui ont mis en œuvre des lois raciales qui étaient autrefois défendues principalement par des fanatiques marginalisés tels que Meir Kahane.

    Le public israélien est infecté par le racisme. «Mort aux Arabes» est un chant populaire lors des matchs de football israéliens. Des foules et des justiciers juifs, y compris des voyous de groupes de jeunes de droite tels que Im Tirtzu, commettent des actes de vandalisme et de violence aveugles contre des dissidents, des Palestiniens, des Arabes israéliens et des malheureux immigrants africains qui vivent entassés dans les bidonvilles de Tel Aviv.

    Le retour des lois de Nuremberg

    Israël a promulgué une série de lois discriminatoires contre les non-juifs qui ressemblent étrangement aux lois racistes de Nuremberg qui privaient les Juifs de leurs droits dans l’Allemagne nazie. La loi sur l’acceptation des communautés autorise exclusivement les villes juives de la région de Galilée en Israël à interdire les candidats à la résidence sur la base de «leur adéquation avec les perspectives fondamentales de la communauté». Le regretté Uri Avnery, homme politique et journaliste de gauche, a écrit que “l’existence même d’Israël est menacée par le fascisme”.

    Ces dernières années, près d’un million d’Israéliens sont partis vivre aux États-Unis, dont beaucoup parmi les citoyens israéliens les plus éclairés et les plus instruits. En Israël, des militants des droits de l’homme, des intellectuels et des journalistes, israéliens et palestiniens, sont vilipendés comme traîtres dans des campagnes de diffamation parrainées par le gouvernement, placés sous surveillance de l’État et soumis à des arrestations arbitraires.

    Le système éducatif israélien, à partir de l’école primaire, est une machine d’endoctrinement pour les militaires. L’armée israélienne déclenche périodiquement des attaques massives avec ses forces aériennes, son artillerie et ses unités mécanisées contre les 1,85 million de Palestiniens, sans défense, à , faisant des milliers de Palestiniens morts et blessés. Israël gère le camp de détention de Saharonim dans le désert du Néguev, l’un des plus grands centres de détention au monde, où les immigrants africains peuvent être détenus jusqu’à trois ans sans jugement.

    Un rabbinat corrompu

    Le grand savant juif Yeshayahu Leibowitz, que Isaiah Berlin a appelé «la conscience d’Israël», a vu le danger mortel pour Israël de son projet colonial. Il a averti que si Israël ne séparait pas l’église et l’État et mettait fin à l’occupation coloniale des Palestiniens, cela donnerait lieu à un rabbinat corrompu qui ferait du judaïsme une secte fasciste. “Le nationalisme religieux est à la religion ce que le national-socialisme était au socialisme“, a déclaré Leibowitz, décédé en 1994.

    Il a vu que la vénération aveugle des militaires, en particulier après la guerre de 1967 au cours de laquelle Israël a capturé la Cisjordanie et Jérusalem-Est, entraînerait dans la dégénérescence de la société juive et la mort de la démocratie. “Notre situation va se détériorer pour devenir celle d’un deuxième Vietnam [une référence à la guerre menée par les États-Unis dans les années 1970], à une guerre en constante escalade sans perspective de résolution finale“, a écrit Leibowitz.

    Il prévoyait que «les Arabes seraient les travailleurs et les Juifs les administrateurs, les inspecteurs, les fonctionnaires et la police, principalement la police secrète. Un État gouvernant une population hostile de 1,5 à 2 millions d’étrangers deviendrait nécessairement un État à police secrète, avec tout ce que cela implique pour l’éducation, la liberté d’expression et les institutions démocratiques.

    Les Palestiniens paient pour l’antisémitisme des Européens

    La corruption caractéristique de tout régime colonial prévaudrait également dans l’État d’Israël. L’administration devrait réprimer l’insurrection arabe d’une part et acquérir des Quislings arabes d’autre part. Il y a également de bonnes raisons de craindre que la Force de défense israélienne, qui était jusqu’à présent une armée populaire, dégénère, du fait de sa transformation en armée d’occupation, et ses commandants, qui seront devenus gouverneurs militaires, ressemblent à leurs collègues dans d’autres pays.”

    Les sionistes n’auraient jamais pu coloniser les Palestiniens sans le soutien des puissances impériales occidentales dont les motifs étaient entachés d’antisémitisme. Beaucoup de Juifs qui ont fui en Israël ne l’auraient pas fait sans le virulent antisémitisme européen qui, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, a vu 6 millions de Juifs assassinés. Israël était tout ce que de nombreux survivants appauvris et apatrides, privés de leurs droits nationaux, de leurs communautés, de leurs maisons et souvent de la plupart de leurs proches, étaient partis. C’est devenu le sort tragique des Palestiniens, qui n’avaient aucun rôle dans les pogroms européens ou l’Holocauste, à sacrifier sur l’autel de la haine.

    Traduction d’un article de Truth Dig par Chris Hedges.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast