Ce que subit Julian Assange, nous le subirons tous


  • FrançaisFrançais

  • Julian Assange et son organisation, WikiLeaks, ont fait plus que n’importe quel média au monde, pour dénoncer la tyrannie et la saloperie de l’empire américain. Et maintenant, les puissances occidentales l’ont laissé tombé. Mais ce qu’Assange subit, nous le subirons tous un jour et nous le mériterons par notre inaction.


    Julian Assange et son organisation, WikiLeaks, ont fait plus que n'importe quel média au monde, pour dénoncer la tyrannie et la saloperie de l'empire américain. Et maintenant, les puissances occidentales l'ont laissé tombé. Mais ce qu'Assange subit, nous le subirons tous un jour et nous le mériterons par notre inaction.
    Publicités

    David Morales, le propriétaire inculpé de la société espagnole de sécurité privée Undercover Global, fait l’objet d’une enquête par la Haute Cour d’Espagne pour avoir prétendument fourni à la CIA des enregistrements audio et vidéo des réunions que le fondateur de , , a eues avec ses avocats et d’autres visiteurs lorsque l’éditeur était à l’ambassade de l’Équateur à Londres.

    Procès contre Undercover Global

    La société de sécurité aurait également photographié les passeports de tous les visiteurs d’. Elle est accusée d’avoir pris les téléphones des visiteurs, qui n’étaient pas autorisés à l’ambassade, et de les avoir ouverts, vraisemblablement dans le but d’intercepter les appels. Elle aurait volé des données sur des ordinateurs portables, des tablettes électroniques et des clés USB, qui devaient toutes être laissées à la réception de l’ambassade.

    Elle aurait compilé des rapports détaillés sur toutes les réunions et conversations d’Assange avec les visiteurs. La firme aurait même prévu de voler la couche d’un bébé, amené à visiter Assange, pour effectuer un test ADN afin de déterminer si l’enfant était un fils secret d’Assange. UC Global, apparemment à la demande de la CIA, aurait également espionné des diplomates équatoriens qui travaillaient à l’ambassade de Londres.

    L’enquête du tribunal, l’Audiencia Nacional, sur les activités d’UC Global, ainsi que des vidéos, des déclarations, des documents et des rapports divulgués publiés par le journal espagnol El País ainsi que le journal italien La Repubblica, offre une fenêtre sur le nouveau monde état de sécurité. Ici, l’état de droit n’est pas pertinent. Ici, la confidentialité et le privilège avocat-client n’existent pas. Ici, les gens vivent sous surveillance 24h / 24. Ici, tous ceux qui tentent d’exposer les crimes du pouvoir tyrannique seront traqués, kidnappés, emprisonnés et brisés. Cet état de sécurité mondiale est une fusion terrifiante des entreprises et du public. Et ce qu’il a fait à Assange, il le fera bientôt à nous tous.

    La publication de documents classifiés

    La publication de documents classifiés n’est pas encore un crime aux États-Unis. Si Assange est extradé et condamné, elle le deviendra. Assange n’est pas un citoyen américain. WikiLeaks, qu’il a fondé, n’est pas une publication basée aux États-Unis. L’extradition d’Assange signifierait la fin des enquêtes journalistiques sur le fonctionnement interne du pouvoir. Cela cimenterait la mise en place d’une terrifiante tyrannie mondiale des entreprises sous laquelle les frontières, la nationalité et la loi ne signifient rien. Une fois qu’un tel précédent juridique est établi, toute publication qui publie des documents classifiés, du New York Times à un autre site Web, sera poursuivie et réduite au silence.

    Le mépris flagrant de la loi et des protocoles internationaux dans la persécution d’Assange est légion. En avril 2019, le président équatorien Lenín Moreno a résilié par caprice le droit d’asile d’Assange à l’ambassade de Londres, où il a passé sept ans, malgré le statut d’Assange en tant que réfugié politique. Moreno a autorisé la police britannique à entrer dans l’ambassade, territoire souverain sanctionné diplomatiquement, pour arrêter un citoyen naturalisé de l’Équateur. (Assange conserve sa nationalité australienne). La police britannique a saisi Assange, qui n’a jamais commis de crime, et le gouvernement britannique le maintient en prison, apparemment pour une violation de caution.

    Assange est détenu dans la célèbre prison de haute sécurité HM Belmarsh. Il a passé une grande partie de son temps dans l’isolement, est souvent fortement sous sédation et s’est vu refuser un traitement médical pour une variété de maladies physiques. Ses avocats disent qu’ils se voient systématiquement refuser l’accès à leur client. Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture qui a examiné Assange avec deux médecins, a déclaré qu’Assange avait subi une torture psychologique prolongée. Melzer a critiqué ce qu’il appelle la “persécution judiciaire” d’Assange par la Grande-Bretagne, les États-Unis, l’Équateur et la Suède, qui a prolongé l’enquête sur une affaire d’agression sexuelle dans le but d’extrader Assange vers la Suède. Assange a déclaré que l’affaire était un prétexte pour l’extrader aux États-Unis. Une fois Assange arrêté par la police britannique, l’affaire d’agression sexuelle a été classée.

    Un procès télévisé politisé à l’extrême

    Melzer dit qu’Assange ferait face à un procès télévisé politisé aux États-Unis s’il était extradé pour faire face à 17 accusations en vertu de la Loi sur l’espionnage pour son rôle dans la publication de câbles, documents et vidéos militaires et diplomatiques classifiés qui exposaient les crimes de guerre américains en Irak et en Afghanistan. Chacun des chefs d’accusation entraîne une peine potentielle de 10 ans, et une accusation supplémentaire qu’Assange a comploté pour pirater un ordinateur du gouvernement a une peine maximale de cinq ans. Une audience pour déterminer s’il sera extradé vers les États-Unis débute le 24 février 2020 au Woolwich Crown Court de Londres. Il devrait durer environ une semaine, puis reprendre le 18 mai, pendant trois semaines de plus.

    WikiLeaks a publié des journaux de guerre militaires américains d’Afghanistan et d’Irak, une cache de 250 000 câbles diplomatiques et 800 mémoires d’évaluation des détenus de Guantanamo Bay ainsi que la vidéo de 2007 “Meurtre collatéral”, dans laquelle des pilotes d’hélicoptères américains plaisantent alors qu’ils abattent des civils, dont des enfants et deux journalistes de Reuters, dans une rue de Bagdad.

    Le matériel a été remis à WikiLeaks en 2010 par Chelsea Manning, alors Bradley Manning, un spécialiste du renseignement de rang inférieur dans l’armée américaine. Assange a été accusé par une communauté de renseignement américaine enragée d’avoir provoqué “l’un des plus grands compromis d’informations classifiées de l’histoire des États-Unis“. Manning a été reconnu coupable d’espionnage en août 2013 et condamné à 35 ans de prison militaire. La grâce lui a été accordée en janvier 2017 par le président Barack Obama. Manning a été renvoyée en prison en 2019 après avoir refusé de témoigner devant un grand jury dans l’affaire WikiLeaks, et elle reste derrière les barreaux. Personne n’a jamais été inculpé pour les crimes de guerre documentés sur WikiLeaks.

    Le Parti démocrate veut la peau d’Assange

    Assange a gagné l’inimitié de l’establishment du Parti démocrate en publiant 70 000 courriels piratés appartenant au Comité national démocrate et à de hauts responsables démocrates. Les courriels ont été copiés des comptes de John Podesta, président de campagne de Hillary Clinton. Les courriels de Podesta ont révélé le don de millions de dollars à la Fondation Clinton par l’Arabie saoudite et le Qatar, deux des principaux bailleurs de fonds de l’État islamique.

    Julian Assange et son organisation, WikiLeaks, ont fait plus que n'importe quel média au monde, pour dénoncer la tyrannie et la saloperie de l'empire américain. Et maintenant, les puissances occidentales l'ont laissé tombé. Mais ce qu'Assange subit, nous le subirons tous un jour et nous le mériterons par notre inaction.

    Crédit : Mr. Fish / Truthdig

    Il a révélé les 657 000 dollars que Goldman Sachs a payés à Hillary Clinton pour donner des conférences, une somme si élevée qu’elle ne peut être considérée que comme un pot-de-vin. Il a révélé le mensonge répété de Clinton. Elle a été chopé en flagrant délit dans les courriels, par exemple, disant aux élites financières qu’elle voulait “un commerce ouvert et des frontières ouvertes” et pensait que les dirigeants de Wall Street étaient les mieux placés pour gérer l’économie, une déclaration qui contredisait ses déclarations de campagne.

    Il a révélé les efforts de la campagne Clinton pour influencer les primaires républicaines afin de s’assurer que Donald Trump devienne le candidat républicain. Il a révélé la connaissance avancée de Clinton des questions dans un débat primaire. Il a révélé que Clinton était la principal architecte de la guerre en Libye, une guerre qui, selon elle, allait ruiner ses pouvoirs de candidate à la présidentielle.

    Etes-vous encore des journalistes ?

    Les journalistes peuvent affirmer que ces informations, comme les journaux de guerre, auraient dû rester cachés, mais ils ne peuvent pas s’appeler alors journalistes.

    Les dirigeants démocrates et républicains sont unis dans leur croisade pour extrader et condamner Assange. Le Parti démocrate, qui a tenté de blâmer la Russie pour sa perte électorale face à Trump, estime que les e-mails du Podesta ont été obtenus des pirates du gouvernement russe. Cependant, James Comey, l’ancien directeur du FBI, a reconnu que les e-mails avaient probablement été livrés à WikiLeaks par un intermédiaire, et Assange a déclaré que les e-mails n’avaient pas été fournis par des “acteurs étatiques”.

    WikiLeaks a fait plus que toute autre organisation de presse pour dénoncer les abus de pouvoir et les crimes de l’empire américain. En plus des journaux de guerre et des courriels de Podesta, il a rendu public les outils de piratage utilisés par la CIA et l’Agence de sécurité nationale et leur ingérence dans les élections étrangères, y compris les élections françaises. Il a révélé la conspiration interne contre le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn par des députés travaillistes.

    Il est intervenu pour sauver Edward Snowden, qui a rendu public la surveillance globale du public américain par nos agences de renseignement, de l’extradition vers les États-Unis en l’aidant à fuir de Hong Kong à Moscou. (Les fuites de Snowden ont également révélé qu’Assange figurait sur une “liste de cibles de chasse à l’homme” aux États-Unis.)

    Violation flagrante de vie privée et corruption

    L’enquête du tribunal espagnol est le résultat d’une plainte pénale déposée par Assange, qui accuse Morales et UC Global de violer sa vie privée et les droits de confidentialité de son avocat. Le fondateur de WikiLeaks dit également que l’entreprise est coupable de détournement, de corruption et de blanchiment d’argent.

    Morales, selon El País, “a déclaré à la fois verbalement et par écrit à un certain nombre de ses employés que, bien qu’il ait été embauché par le gouvernement du président équatorien de l’époque, Rafael Correa, il a également travaillé” pour les Américains “, à qui il aurait envoyé des documents, des vidéos et des enregistrements audio des réunions que le militant australien a tenues à l’ambassade. ”

    “Malgré le fait que la firme espagnole, dont le siège est dans la ville méridionale de Jerez de la Frontera, ait été embauchée par Senain, les services de renseignement équatoriens, Morales a appelé plusieurs fois ses employés à garder secrète sa relation avec les services de renseignement américains”, rapporte le journal.

    Assange, espionné 24/24

    “Le propriétaire de UC Global SL a ordonné que le chef des services secrets équatoriens, Rommy Vallejo, et Assange soient espionnés, à un moment où ils envisageaient la sortie d’Assange de l’ambassade de l’Équateur en utilisant un passeport diplomatique afin pour l’emmener dans un autre pays “, selon El País. “Cette initiative a finalement été rejetée par Assange au motif qu’il la considérait comme” une défaite “, qui alimenterait les théories du complot, selon des sources proches de la société consultée par ce journal. Morales a appelé ses employés à garder secrets ses relations avec les services de renseignement américains.”

    La réunion Vallejo-Assange, qui comprenait les avocats d’Assange, a eu lieu le 21 décembre 2017. La société de sécurité a réalisé des enregistrements audio et vidéo au moyen de microphones et de caméras installés dans l’ambassade. La CIA a été immédiatement informée de ce projet, peut-être par le biais d’un “point d’accès de streaming externe” installé à l’ambassade, selon El País. Le lendemain, les États-Unis ont émis un mandat d’arrêt international contre Assange.

    Des microphones ont été implantés dans des extincteurs et dans des toilettes pour femmes où les avocats d’Assange se cloîtraient avec leur client afin d’éviter d’être enregistrés. Les fenêtres de l’ambassade ont reçu un traitement qui a fourni une meilleure qualité audio pour les microphones laser que la CIA utilisait depuis des emplacements extérieurs, a rapporté le journal.

    Lenín Moreno, petit toutou des faucons américains

    Lorsque Moreno a été élu à la présidence de l’Équateur, en remplacement de Rafael Correa, qui avait accordé l’asile à Assange à l’ambassade, une intense campagne a été lancée pour forcer l’éditeur à quitter l’ambassade. Cela comprenait du harcèlement quotidien, la coupure de l’accès à Internet et la fin de presque toutes les visites.

    UC Global, qui assure la sécurité personnelle du magnat du casino Sheldon Adelson et la protection de son entreprise Las Vegas Sands, aurait utilisé Adelson, un ami du président Trump et l’un des plus grands donateurs du Parti républicain, pour faire pression sur l’administration Trump, puis sur la CIA. Le réalisateur Mike Pompeo fera d’Assange une cible prioritaire.

    La Repubblica, comme El País, a obtenu d’importants fichiers, enregistrements et autres informations provenant de la surveillance d’UC Global à l’ambassade. Ils comprennent des photos d’Assange à l’ambassade et des enregistrements de conversations qu’il a eues avec des médecins, des journalistes, des politiciens, des célébrités et des membres de son équipe juridique.

    “Les vidéos et les enregistrements audio consultés par la Repubblica révèlent les violations extrêmes de la vie privée auxquelles Julian Assange, les journalistes, avocats, médecins et journalistes de WikiLeaks ont été soumis à l’intérieur de l’ambassade, et représentent une étude de cas choquante de l’impossibilité de protéger les sources journalistiques et matériaux dans un environnement aussi hostile “, écrit le journal italien.

    “Cette opération d’espionnage est particulièrement choquante si nous considérons qu’Assange était protégé par l’asile et si nous considérons que les informations recueillies seront utilisées par les États-Unis pour soutenir son extradition et le mettre en prison pour les crimes pour lesquels il est actuellement inculpé. et pour lequel il risque 175 ans de prison: la publication de documents secrets du gouvernement américain révélant des crimes de guerre et de la torture, de l’Afghanistan à l’Irak en passant par Guantanamo”.

    Traduction d’un article de Truth Dig par Chris Hedges.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast