El Chicano, un superhéro sans le mythe derrière

El Chicano est un film qui se veut être l’éveil de la communauté Latinos dans la production culturelle. On peut dire qu’on repassera.


El Chicano est un film qui se veut être l'éveil de la communauté Latinos dans la production culturelle. On peut dire qu'on repassera.

de Ben Hernandez Bray est un improbable film de super-héros. Comme la plupart des films de ce genre, il est ancré dans les mythes et les traumatismes, et est centré sur un héros qui doit exploiter son pouvoir et le libérer de manière à sauver le monde.

El Chicano, un super-héro assez classique

Mais dans El Chicano, le monde est à l’est de Los Angeles, le mythe est l’héritage culturel et le héros est un policier, Diego Hernandez (Raúl Castillo), dont la profession ne correspond pas à son nouveau rôle de juge moral, juré et bourreau. Le film commence par le passé, avec le jeune Diego (Logan Arevalo) et son frère jumeau, Peter (Julian Bray), à un carrefour littéral et figuratif devant la maison de leur ami Jose (Adolfo Alvarez).

Alors que Jose est attiré dans la maison et que sa mère lui donne une fessée, les deux frères restent bouche bée devant le père de Jose, Shadow (Emilio Rivera), un seigneur de gang blessé, alors qu’il tient un tribunal dans la rue. Lui et ses sbires gonflent la poitrine, à l’instar de la police, dirigée par le capitaine Gomez (George Lopez), qui arrive sur les lieux pour interroger l’homme pour des crimes violents qu’il a certainement commis.

Entre le film policier et de justicier

Les tensions se dissipent, s’apaisent et presque dès que le mythe d’El Chicano nous est expliqué, le justicier arrive rapidement pour faire le travail que la police ne peut pas accomplir. La violence d’El Chicano a pour fonction la conscience du film, écrit par Hernandez Bray et Joe Carnahan avec une attention particulière pour les détails à la fois rafraîchissants et obligatoires.

El Chicano est un film qui se veut être l'éveil de la communauté Latinos dans la production culturelle. On peut dire qu'on repassera.

Retour au moment présent, Peter (joué par Castillo dans Flashbacks) est mort et Jose, maintenant connu sous le nom de Shotgun (David Castaneda), a suivi les traces de son père. Diego et Shotgun sont maintenant des ennemis et, bien sûr, s’en remettront à la fin, mais ce n’est pas avant que le premier n’apprenne la cause exacte de la mort de son frère et adopte l’identité d’El Chicano.

El Chicano tente de parler des communautés non blanches

À la base du film se trouve une conviction essentiellement conservatrice selon laquelle les communautés non blanches et à faible revenu sont sujettes à l’autodestruction. D’autre part, El Chicano est sage de formuler sa justice de justiciers comme une réponse au manque de réaction de la part de ceux en dehors de ces communautés. Quoi qu’il en soit, le film colporte des notions de réalisation et d’actualisation de soi qui auraient pu sembler moins pédantes si la réalisation donnée par Hernandez Bray leur avait procuré une grandeur mythique.

Le cinéaste a fait ses débuts comme cascadeur et on en a la preuve dans une scène où Diego doit se sortir de la fusillade alors que son partenaire (Jose Pablo Cantillo) saigne abondamment du cou. Mais El Chicano est par ailleurs coincé tristement entre des modes de genre, suggérant parfois un film d’horreur sur la bande-son tandis que sur l’écran, El Chicano décrète son ultra-violence sérieuse et sans camp.

Le film est plutôt bien fait sous certaines coutures. Mais il y a un déséquilibre total entre le sérieux du genre et certains scènes. Malgré une bonne intention, il n’arrive pas à se sortir des clichés habituels. Mais surotut, il ne donne pas envie de mettre le manteau d’El Chicano. El Chicano veut nous faire croire que les Latinos ont également leur mot à dire sur l’influence culturelle américaine. Et que c’est bien plus qu’un Machete jouissif, mais complètement déjanté.

Cette communauté veut suivre l’inspiration de la communauté noire qui nous a donné des réalisateurs comme Jordan Peele avec des chefs d’oeuvre comme Us. Toutefois, en terme de réalisation, de narration et de mise en scène, El Chicano n’est clairement pas le phare qui guidera les latinos vers le tapis rouge des Oscars.

Source

Avis sur El Chicano

El Chicano est un film qui se veut être l'éveil de la communauté Latinos dans la production culturelle. On peut dire qu'on repassera. Il n'arrive pas à se sortir des clichés habituels pour nous proposer un vrai propos sur l'autodestruction de certaines communautés.

Note de l'éditeur
3
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Font Resize
Contrast