Top Gun : Maverick, une narration pathétique dans une action explosive


  • FrançaisFrançais

  • Top Gun : Maverick explose tous les records dans les scènes d’action, mais la narration est du chien mouillé sans queue, ni tête, en tentant de glorifier des symboles américains qui sont des cadavres en putréfaction depuis bien longtemps


    Top Gun : Maverick explose tous les records dans les scènes d'action, mais la narration est du chien mouillé sans queue, ni tête, en tentant de glorifier des symboles américains qui sont des cadavres en putréfaction depuis bien longtemps
    Publicités

    Top Gun de Tony Scott reste l’un des artefacts culturels par excellence de l’Amérique de l’ère Reagan, un mélange abrutissant d’homoérotisme latent et de jingoïsme flagrant. Malgré tout son manque de sérieux maladroit, le film est essentiellement une annonce de recrutement pour l’armée de l’air.

    Le fait qu’il décrive l’aviation de combat comme le royaume des super-héros engagés dans le combat air-air était un anachronisme même en 1986, car les combats aériens étaient pratiquement obsolètes à la fin de la guerre de Corée. Et c’est inexistant aujourd’hui, ce que Top Gun: Maverick de Joseph Kosinski n’a d’autre choix que d’admettre.

    En cette ère de guerre des drones, Peter “Maverick” Mitchell (Tom Cruise) est une pièce de musée ambulante, volant toujours bien au-delà de l’âge standard d’un aviateur militaire car il sait que lorsqu’il prend sa retraite, une ère entière se termine avec lui.

    Cette nostalgie sans vergogne informe une grande partie de la première moitié Top Gun : Maverick, du récit qui reflète celui du film original aux thèmes réutilisés de l’ancienne partition de Harold Faltermeyer. Les rappels de citations et de moments mémorables du film original sont abondants.

    Top Gun : Maverick explose tous les records dans les scènes d'action, mais la narration est du chien mouillé sans queue, ni tête, en tentant de glorifier des symboles américains qui sont des cadavres en putréfaction depuis bien longtemps

    Maverick se retrouvant même dans la même école d’entraînement au combat d’élite dont il est diplômé, cette fois en tant qu’instructeur. L’homme a été obligatoirement chargé par son ancien camarade Iceman (Val Kilmer), maintenant amiral, de préparer un escadron pour une mission à haut risque visant à détruire une installation de raffinage d’uranium fortement fortifiée en cours de construction dans une nation ennemie qui, comme c’était le cas. dans le premier Top Gun, reste sans nom mais fortement ressemblant à la Russie.

    Top Gun : Maverick est négligent dans ses chemins narratifs, car il les remet rapidement dans sa poche arrière. Fondamentalement, on a un gout amer, car les grands maitres du ciel d’autrefois sont totalement obsolètes. Le cliclé du héros américain de Top Cruise contre la marée montante des avions sans pilote. Charlie interprétée par Kelly McGillis dans le premier Top Gun est introuvable, ce qui oblige Top Gun : Maverick à traiter Penny interprété par Jennifer Connelly, barmaid et mère célibataire, comme une explosion résonnante du passé de l’homme.

    Les choses commencent à se mettre en place, cependant, lorsque l’histoire s’installe sur l’inconfort de Maverick avec son rôle d’instructeur et sa culpabilité persistante à propos de la mort de Goose, son ancien ailier. C’est une blessure qui s’est rouverte lorsque le fils de Goose, Bradley “Rooster” Bradshaw (Miles Teller), est intégré au programme Strike Fighter Tactics Instructor pour être l’un des meilleurs pilotes de la Marine.

    Hélas, ces histoires n’atteignent jamais la résonance émotionnelle qu’elles semblent rechercher. D’une part, les interactions de Maverick avec Penny se résument à des échanges banals sur son histoire de manque de fiabilité, tandis que Rooster tient Maverick responsable de la mort de son père bien qu’il soit suffisamment formé pour mieux connaître la précarité du combat aérien.

    La brève apparition de Kilmer, dans ce qui ressemble à un chant du cygne, a beaucoup plus de poids que tout ce qui est directement lié à l’histoire. La nécessité de centrer Top Gun : Maverick réduit également les personnages plus jeunes au bruit de fond, ce qui est regrettable puisque le film est le plus intéressant au niveau de la caractérisation lorsqu’il met en lumière l’acier de Phoenix (Monica Barbaro) et l’arrogance téméraire de Hangman (un Glen Powell magnifique).

    Mais le véritable attrait de Top Gun : Maverick est, bien sûr, l’action et Kosinski affirme son don pour la réalisation de films à grande échelle tout au long de la durée du film. Le regretté Tony Scott était l’un des grands réalisateurs à succès de tous les temps, mais Top Gun était l’un de ses films les moins propulsifs, en partie parce qu’il entrecoupait de manière si flagrante des plans d’acteurs assis dans des cockpits, avec des images d’archives d’avions de chasse faisant des exercices d’entraînementn, ce qui les vidait de toute sa férocité.

    En revanche, Top Gun : Maverick prend vie de manière spectaculaire chaque fois qu’un objectif grand angle travaille pour souligner la force G exercée sur le corps humain lors de manœuvres aériennes à grande vitesse, le cadre tremblant non seulement en tant que reflet des mouvements des avions, mais aussi de leurs pilotes qui semblent parfois s’évanouir sous la pression. Les coups de fouet et les montages rapides capturent la façon dont un jet supersonique peut soudainement apparaître de nulle part et le film souligne, sans succomber à l’incohérence, à quel point un combat aussi rapide comme l’éclair peut être écrasant et déconcertant.

    L’apogée du film embrasse si complètement le pur cinétisme de l’action qu’il jette tout sauf la physique conventionnelle au vent. La mission elle-même est manifestement calquée sur la tranchée de l’Etoile de la Mort de Star Wars et les 20 dernières minutes servent le genre d’absurdité joyeuse que vous attendez d’un film Mission : Impossible. En dissociant le matériel d’un contexte politique mondial plus pointu, Top Gun : Maverick n’est peut-être pas moins une œuvre de propagande que le Top Gun original, mais il s’abandonne pleinement au plaisir grandiose qui a marqué le meilleur des films récents de Cruise et réaffirme Kosinski en tant qu’artisan blockbuster par excellence.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive. Je suis l'auteur de deux livres "Le Basilic de Roko" et "Le Déclin".

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.