Terminator: Dark Fate prouve l’obsolescence de la franchise


  • FrançaisFrançais

  • On attendait beaucoup ce Terminator: Dark Fate produit par Cameron. Il arrive à laver les saletés de ces prédécesseurs, mais l’aspect brouillon gâche tout le reste. De bonnes idées, mais Dark Fate nous prouve que la thématique des robots tueurs doit rester dans le cimetière ensoleillé de notre jeunesse et enfance des années 1980.


    On attendait beaucoup ce Terminator: Dark Fate produit par Cameron. Il arrive à laver les saletés de ces prédécesseurs, mais l'aspect brouillon gâche tout le reste. De bonnes idées, mais Dark Fate nous prouve que la thématique des robots tueurs doit rester dans le cimetière ensoleillée de notre jeunesse et enfance des années 1980.

    Terminator: Dark Fate tente de récréer la magie, mais la baguette semble cassée pour de bon. C’est dans votre nature de vous détruire, a déclaré le cyborg T-800 alias Arnold Schwarzenegger à propos de la race humaine dans 2: Judgment Day de James Cameron. On pourrait facilement, si évidemment, appliquer le même adage aux franchises de films, inévitablement vouées à l’abnégation avec chaque suite, chaque pré-séquence ou rejeton, la plupart ajoutant des astérisques à leur réputation cinématographique. Donc, c’est comme ça avec les films Terminator.

    Un avec le sceau de Cameron

    On attendait beaucoup ce Terminator: Dark Fate produit par Cameron. Il arrive à laver les saletés de ces prédécesseurs, mais l'aspect brouillon gâche tout le reste. De bonnes idées, mais Dark Fate nous prouve que la thématique des robots tueurs doit rester dans le cimetière ensoleillée de notre jeunesse et enfance des années 1980.

    Là où The Terminator et T2 étaient révolutionnaires, ses suivis ont été soit des dérivés (Terminator 3: Le soulèvement des machines), complètement frivoles (Terminator Salvation), ou auto-parodiques (Terminator Genisys), signalant tous les ans que la franchise évoluait vers la pertinence du statut de la vache à lait par excellence.

    Mais aucun de ces films n’impliquait Cameron, qui revient dans Terminator: Dark Fate en tant que co-producteur et co-contributeur avec le film qui est réalisé par Tim Miller. Et on peut dire que c’est la dernière tentative de dépoussiérer les vieux robots tueurs et de les rendre vendables à des marques saturées et à un public engourdi par effets spéciaux.

    Même si la main de Cameron est visuellement négligeable, rien dans la réalisation, ni la palette de couleurs n’évoque l’atmosphère d’acier quasi noire des deux premiers films. Mais Terminator: Dark Fate laisse son empreinte dans un sens important, il met fin à ses trois derniers prédécesseurs en abandonnant leur cumul chronologie narrative et agissant comme une suite alternative à Terminator 2.

    Dark Fate efface toutes les suites ratées de Terminator

    On attendait beaucoup ce Terminator: Dark Fate produit par Cameron. Il arrive à laver les saletés de ces prédécesseurs, mais l'aspect brouillon gâche tout le reste. De bonnes idées, mais Dark Fate nous prouve que la thématique des robots tueurs doit rester dans le cimetière ensoleillée de notre jeunesse et enfance des années 1980.

    C’était probablement pour le mieux, étant donné que Genisys possède l’un des récits les plus compliqués et incompréhensibles jamais assemblés pour un blockbuster estival, brouillant et révisant la chronologie des autres films dans une tentative futile de créer des surprises et des importations. Mais alors qu’il efface la liste des franchisés, Terminator: Dark Fate n’est pas moins déroutant et inutile, concoctant un récit souvent absurde avec des jeux d’acteur génériques ne laissant que peu de traces de l’atmosphère classique de Terminator, mais tout le désespoir d’un projet purement nostalgique.

    Un élément majeur de la nostalgie sur laquelle Dark Fate mise est le retour de Linda Hamilton dans le rôle de Sarah Connor, qui ouvre le film avec une voix off: alors qu’elle et son fils, John, empêchaient une apocalypse orchestrée par l’IA en 1991, elle ne pouvait plus pour le sauver de l’assassinat par un Terminator vraisemblablement différent de ceux des deux premiers films.

    Cela soulève une question que le film refuse de répondre: si Sarah et John empêchaient Skynet de prendre le contrôle du monde, comment pourrait-il envoyer un autre Terminator pour tuer John, et même s’il le pouvait, pourquoi aurait-il besoin de le faire maintenant ? Cette voix off est accompagnée de trois minutes réalisées de manière fade illustrant l’assassinat, placées assez incongrûment sur une plage ensoleillée, qui ne transmettent pas l’intensité émotionnelle d’une tragédie qui frappe deux personnages.

    On reprend les mêmes que Terminator 2 avec quelques petits changements

    Avance rapide vers le présent, où un super-soldat (Mackenzie Davis), un humain aux technologies avancées vient des futures terres, iconiquement nu au milieu d’un orage mondial, à Mexico. Sa mission est de protéger une Dani Ramos (Natalia Reyes) d’un modèle Terminator Rev-9 (Gabriel Luna). Aucun film Terminator ne peut résister aux commentaires technophobes contemporains. 

    C’est pourquoi la première tentative de Revi sur la vie de Dani a lieu après que son patron d’une usine automobile menace de remplacer ses collègues par des machines. Une poursuite prolongée suit et se termine sur une autoroute, où le Rev-9 tue le frère de Dani (Diego Boneta) et Sarah Connor se présente soudainement pour sauver Dani et le super-soldat.

    Une longue exposition clarifie ces événements: le super-soldat s’appelle Grace et vient d’un 2049 apocalyptique qui ne s’écarte que très peu de l’avenir. Sarah et John sont bouleversés. Le seul changement notable semble être que, dans cet autre avenir, le système d’IA qui veut exterminer l’humanité s’appelle Légion. Dani doit être à l’abri de tout préjudice, non pas pour le bien de son fils, le chef de la résistance à naître, comme avec Sarah dans The Terminator, mais, ce qui est bien différent, car Dani elle-même sera le chef de la résistance.

    Un Sarah Connor qui peine dans Terminator: Dark Fate

    On attendait beaucoup ce Terminator: Dark Fate produit par Cameron. Il arrive à laver les saletés de ces prédécesseurs, mais l'aspect brouillon gâche tout le reste. De bonnes idées, mais Dark Fate nous prouve que la thématique des robots tueurs doit rester dans le cimetière ensoleillée de notre jeunesse et enfance des années 1980.

    Sarah Connor, quant à elle, est une fugitive survivante qui chasse les Terminators aux coordonnées de cartes mystérieusement reçues. Cela soulève plusieurs autres questions. À savoir, si Sarah chasse les Terminators et que la chronologie non-Skynet a été effacée depuis le début des années 90, alors pourquoi la Rev-9 lui semble être une nouveauté ?

    Parfaitement naïf dans The Terminator et révélateur de la puissance physique et de la concentration en Terminator 2, Hamilton réussit assez bien à reproduire la dureté blasée de Sarah, mais elle n’a également pas grand chose à jouer ici. Son amour surprotecteur pour le téméraire John Connor de l’époque alias Edward Furlong et sa confiance hésitante dans le T-800 reprogrammé de Schwarzenegger formaient une grande partie du cœur de T2.

    Mais ces relations tout aussi poignantes sont difficiles à établir de nouveau dans Terminator: Dark Fate. La présence nerveuse de Davis est un match extérieur, mais la contestation alpha-féminine de Sarah et Grace semble se faire sentir, uniquement dans le scénario, par formule de choc. Davis représente pour Reyes une figure maternelle à la fois étrange et touchante, mais Reyes ne convient à personne à l’écran; elle a été dominée par Hamilton et Davis lors de l’initiation de Dani et tout à fait peu convaincante lorsqu’elle a assumé son rôle de messie.

    Schwarzenegger sauve la mise, mais cela ne suffit pas

    On attendait beaucoup ce Terminator: Dark Fate produit par Cameron. Il arrive à laver les saletés de ces prédécesseurs, mais l'aspect brouillon gâche tout le reste. De bonnes idées, mais Dark Fate nous prouve que la thématique des robots tueurs doit rester dans le cimetière ensoleillée de notre jeunesse et enfance des années 1980.

    Luna est entièrement définie par les effets spéciaux qui renforcent la Rev-9, qui comprend, nouvelle nouveauté dans cette franchise, la séparation produite par CGI de l’exos et de l’endosquelette de Terminator. En tant que cyber-tueur impartial, il ne possède rien qui ressemble au charisme du T-1000 étrangement glacé de Robert Patrick de T2, qui reste l’étalon-or de tous les terminateors non-Schwarzeneggeriens.

    Parlant de Schwarzenegger, sa reprise du rôle comme le T-800 sont à la fois étranges et un peu tristes. Bizarre parce que ce n’est pas logique: pour ceux qui n’ont pas vu la bande-annonce trop révélatrice de Terminator: Dark Fate, je ne gâcherai pas la place du T-800 dans le nouvel univers de Terminator, mais je me contenterai de dire que Schwarzie reste correct avec quelques gloussements.

    La conscience de soi du T-800 s’est glissée dans la franchise à partir de T2 et le développement d’un penchant pour la domesticité du T-800 semble invraisemblable, même dans les limites d’un film de Terminator. Et un peu triste, non pas parce que Schwarzenegger, âgé de 72 ans, est obligé de prononcer un Je ne reviendrai pas comme marque de ponctuation pragmatique de sa carrière, mais parce qu’on a toujours l’antagonisme de Sarah envers ce T-800 et la tentative ultérieure de ce dernier pour se racheter. Mais ce développement manque de punch et de réalisme.

    Plus aucun enjeu à part des effets spéciaux et des scènes d’action

    Schwarzenegger a été vu pour la dernière fois comme le tuteur et le père substitut de John dans Terminator 2 et la version que nous voyons dans l’ouverture de Terminator: Dark Fate ne reçoit pas assez de temps à l’écran pour informer le public d’une nouvelle dynamique Terminator/Connor. Est-ce que je pense trop de choses en même temps ? Probablement. Car j’attendais beaucoup de ce Terminator: Dark Fate.

    Tout le reste du film reste excellent. Les scènes d’action, qui incluent un accident d’avion et une bagarre sur le barrage Hoover, sont impeccablement cinétiques et le caractère du personnage et les arcs narratifs sont minutieusement expliqués jusqu’au noble acte de sacrifice. cela doit conclure chaque film Terminator.

    Mais cela reste une entreprise creuse: comme dans chaque entrée après T2, un suspense palpable est échangé pour une hyper-action sur-éditée et personne ne cesse de s’interroger sur les ramifications des humains se transformant en cyborgs et en cyborgs qui affichent de l’humanité. Et ces frontières floues entre machine et humaine semble se réfléter avec les succès et les échecs de chaque opus de Terminator. 

    Mais c’est peut-être trop demander à un film comme Terminator: Dark Fate: avec un trek franchissant la frontière et une scène d’évasion dans un centre de détention, Dark Fate représente un message à la fois discret et subtil en faveur des immigrants et des ruminations philosophiques sur la singularité dépassent de loin ses champ thématique. En fin de compte, Terminator: Dark Fate est un nettoyant discret: assez bon pour racheter le mauvais goût persistant de ses prédécesseurs, mais trop insipide pour donner envie de le considérer comme un digne successeur de Terminator 2.

    Terminator: Dark Fate

    On attendait beaucoup ce Terminator: Dark Fate produit par Cameron. Il arrive à laver les saletés de ces prédécesseurs, mais l'aspect brouillon gâche tout le reste. De bonnes idées, mais Dark Fate nous prouve que la thématique des robots tueurs doit rester dans le cimetière ensoleillée de notre jeunesse et enfance des années 1980.

    Note de l'éditeur
    3
    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast