Rambo 5, le ridicule sublimé et un Stallone décomplexé


  • FrançaisFrançais

  • Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu’il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l’oreille que Rambo restera Rambo.


    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    Rambo 5 reste fidèle à une saga, devenue déjantée au fil des années. La dernière fois que nous avons vu John (Sylvester ), marqué par la bataille, il se dirigeait vers la maison poussiéreuse du père et la patrie métaphorique américaine qu’il avait laissée derrière lui plusieurs décennies auparavant. C’était à la fin de 2008, Rambo, un film sorti au début de la dernière année de la présidence de George W. Bush.

    Le gentil Rambo contre les méchants mexicains

    La doctrine de Dubya sur le belliciste était bien complétée par cette histoire d’un sauveur blanc stéroïdien devenant sauvage avec de grands méchants rebelles birmans. Des balles qui désintègrent le corps et des regards nostalgiques lui disent tout ce que les mots ne peuvent pas. Putain de mission accomplie ! C’était complètement offensant et totalement génial tant que vous pouviez entrer dans le sous-courant du camp viril.

    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    On peut remercier Rambo 5 (, parfaitement réalisé par Adrian Grunberg, pour avoir exploité cette dernière veine. Rambo est toujours dans le ranch de son père bien que le vieil homme ait quitté ce monde, laissant derrière elle Maria (Adriana Barraza), qui travaille à la ferme depuis des décennies, et Gabrielle (Yvette Monreal), âgée de 17 ans que Rambo traite comme son propre sang.

    Gabrielle a des rêves d’espoir pour l’avenir et adore monter à cheval avec son oncle John. Mais avant de partir à l’école, elle veut faire face au père abusif (Marco de la O), qui vit maintenant au Mexique et qui l’a abandonnée depuis. Le Mexique, plein de ce que notre commandant en chef pourrait appeler bad hombres, est décrit ici comme un cloaque de toxicomanes, de trafiquants sexuels et d’hédonistes violents, en plus d’une seule journaliste en croisade, Carmen Delgado (Paz Vega), parce que dans notre imaginaire collectif, on peut admettre de temps en temps que certains Mexicains sont de bonnes personnes.

    Rambo : Last Blood nous offre de délicieuses folies meurtrières

    Avant que nous n’atteignions le seuil des 15 minutes (le film lui-même a une durée de 89 minutes), Gabrielle se retrouve entre les griffes de deux méchants souteneurs, les frères Victor et Hugo Martinez (Oscar Jaenada et Sergio Peris-Mencheta), qui supervise un empire de prostitution dans les coulisses. Il est donc temps que John Rambo aille se bastonner avec tous ces chicos.

    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    Cela dit, vous serez peut-être surpris d’apprendre que l’intrigue de kidnapping est résolue à mi-chemin, après quoi devient une variante hilarante en version gore de Maman, j’ai raté l’avion, Rambo utilisant toutes ses compétences de survie pour se venger des frères et leurs innombrables hommes de main jetables.

    Vous feriez mieux de croire que son arc à poulies emblématique fait partie intégrante du plan, bien que son bandeau rouge encore plus caractéristique et son mulet Fabio gras et filandreux soient, malheureusement, perdus dans le temps.

    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    Dans un film rempli de toutes sortes de victoires meurtrières (coups de scie à la tête, machettes tranchantes aux chevilles et à la gorge), rien n’est plus fidèle à Rambo qui lance la chanson Five to One de Doors comme une tactique de diversion.

    On découpe et on tue comme dans un dessin animé de Looney Tunes

    La série de meurtres dans Rambo 5 ressemblent à des dessins animés de Looney Tunes et cela tempère une grande partie de l’infraction idéologique du scénario bien que les films de Rambo aient toujours été des textes incohérents, propagandistes à la fois et parfois rebelles. Il y a une scène dans laquelle Rambo se rend à une barrière située du côté mexicain, jette un coup d’œil bref sur la pancarte anglaise d’avertissement, puis appuie sur l’accélérateur et s’écrase à travers le fil barbelé.

    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    Les limites ne signifient rien pour Rambo 5. Après cette scène, il fait la navette entre les États-Unis et le Mexique, comme s’il allait à l’épicerie. Bien qu’il soit seulement légitime de se demander si de telles actions de loup solitaire sont plutôt du côté de la fureur juste ou régressive.

    Ce dernier semble plus probable, en grande partie à cause de la fréquence à laquelle Rambo a été coopté par les faucons américains. Après avoir vu Rambo: First Blood Part II en 1985, le deuxième film de la série dans laquelle Rambo sauve des prisonniers de guerre américains au Vietnam, Ronald Reagan aurait déclaré: Je sais quoi faire la prochaine fois. On fait allusion à Reagan. dans les quatrième et cinquième films via les initiales du nom sur la boîte aux lettres de la ferme familiale: R. Rambo.

    L’autodérision de Stallone dans Rambo 5

    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    Pourtant, Stallone lui-même n’a toujours pas lâché. A 72 ans dans Rambo 5, il est devenu encore plus un gouffre visqueux, qui tend à contrecarrer les ambitions ou les idées sérieuses que pourraient nourrir ces films, celui-ci en particulier. La mesure dans laquelle il est conscient de sa propre absurdité est discutable; n’oublions jamais qu’il se vante d’avoir un QI de 160, donc la blague pourrait très bien être pour nous. Intentionnel ou non, il courtise le ridicule pour toucher le sublime et c’est certainement vrai dans Rambo 5 qu’il parcourt comme le monstre de Frankenstein.

    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    Un cerveau reptilien fait vibrer son esprit et en un coup de poignard, la folie meurtrière de Rambo se termine par un geste littéralement déchirant. Vient ensuite une scène se déroulant sur un porche de campagne ensoleillé qui s’appuie également sur le mytho-poétisme multiforme de John Ford et la stupidité ridicule de John Wayne dans Les Bérets verts. L’absence totale de sensibilité chez l’autre témoigne des convictions toujours différentes de la série Rambo: une philosophie confuse portée fièrement comme une médaille Purple Heart.

    Rambo 5

    Vous prenez un dessin animé de Looney Tunes, vous le mélangez à la philosophie des faucons américains et le coeur brave de John et vous obtenez un Rambo 5 dont le ridicule est tel qu'il frise le sublime. Rambo : Last Blood nous murmure à l'oreille que Rambo restera Rambo.

    Note de l'éditeur
    4
    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 3,00 out of 5)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast