La Reine des neiges 2, insipide et publicitaire à souhait


  • FrançaisFrançais

  • La Reine des neiges 2 propose des enjeux ridicules et insipides à souhait. Toutes ses bonnes intentions se perdent dans la neige la plus froide.


    La Reine des neiges 2 propose des enjeux ridicules et insipides à souhait. Toutes ses bonnes intentions se perdent dans la neige la plus froide.

    La Reine des neiges 2 est une publicité qui dure 1 heure et 43 minutes. N’importe quel successeur de La Reine des neiges demande pratiquement un successeur désigné de Libérée, délivrée. Et la chanson standard de de s’intitule Into the Unknown, un autre ver auditif gigantesque que la reine Elsa interprétée par Idina Menzel nous assène pendant environ 20 minutes après le début du film.

    La Reine des neiges 2, on ne change rien

    La Reine des neiges 2 propose des enjeux ridicules et insipides à souhait. Toutes ses bonnes intentions se perdent dans la neige la plus froide.

    Elle embrasse un appel littéral à l’aventure. Mais l’inconnu n’est pas un endroit où les co-directeurs Chris Buck et Jennifer Lee tiennent à prendre pour La Reine des neiges 2. Si le premier La Reine des neiges réussissait à repenser la gamme de produits Disney Princess pour une époque plus éveillée, La Reine des neiges 2 ne voudrait pas risquer d’annuler la magie du premier film. La suite joue en toute sécurité, touchant plusieurs fois le même rythme que son prédécesseur, et parfois avec un clin d’œil, tout en s’assurant d’introduire de nouvelles créatures et tenues adorables et commercialisables en cours de route.

    Telle est la nature des suites hollywoodiennes, peut-être, mais hormis un prologue qui élargit le royaume nordique fantastique et apparemment pacifique dans lequel la série est entourée d’une trame de fond intriguante et belliqueuse, La Reine des neiges 2 n’écrit pas une histoire assez forte pour masquer ses machinations capitalistes.

    Le film rejoint Elsa, sa soeur Anna (Kristen Bell), Christoph (Jonathan Groff), son renne Sven et le bonhomme de neige animé Olaf (Josh Gad) au moment des récoltes à Arendelle, qui a à peu près la taille et la profondeur culturelle d’un village suédois qui se trouverait dans un supermarché Auchan. Juste après que les quatre personnages principaux humanoïdes ont fini de chanter une chanson axée sur le statu quo.

    Une narration rabâchée maintes et maintes fois

    La Reine des neiges 2 propose des enjeux ridicules et insipides à souhait. Toutes ses bonnes intentions se perdent dans la neige la plus froide.

    Certaines choses ne changent jamais, Elsa, la reine des neiges à la magie du son, commence à entendre une voix muette qui la chante au-delà du fjord. En répondant à la voix, Elsa suscite la colère des quatre éléments de la nature, l’air, la terre, le feu et l’eau, qui ravagent Arendelle, car il s’avère que la nature a tout pour plaire à la famille d’Anna et d’Elsa.

    Les pièges narratifs de La Reine des neiges 2 sont tous expliqués ici: une magie malveillante d’origine obscure, une lacune oubliée qui doit être rectifiée, une quête pour révéler la vérité. Mais alors que le premier film avait des enjeux très humains, celui de la réconciliation entre Anna et Elsa, les enjeux de La Reine des neiges 2 se perdent dans la neige.

    L’impératif de racheter Arendelle aux yeux de la nature reste plutôt abstrait. Lee, également scénariste du film, tente de fonder sa quête sur le mystérieux destin du clan rival des Northuldra, un peuple qui, avec ses traits plus sombres et ses parkas en cuir et fourrure, est codé comme une culture arctique autochtone. Quelque chose est arrivé à ces gens, qu’on n’a pas vus depuis la bataille qui s’est déroulée lorsque le père d’Anna et d’Elsa était encore un jeune garçon.

    Des colonisés doux et dociles

    La Reine des neiges 2 suggère que les Northuldrans sont la partie lésée, mais, curieusement, ne les pose pas comme la victime. Il est clair dès le début que les ancêtres d’Anna et d’Elsa ont commis un crime non déclaré contre leurs voisins, mais c’est la nature, plutôt que la clan autochtone eux-mêmes, qui réclame réparation.

    Quand Anna, Elsa et leurs acolytes découvrent les Northuldrans dans les bois enchantés, ils sont parfaitement amicaux et prêts à vivre ensemble (les natifs idéaux pour un film sorti pendant les vacances de Thanksgiving) et ils sont heureux de laisser Anna et Elsa faire le gros du travail pour rétablir l’équilibre dans le monde.

    Disney, en essayant de naviguer sur un chemin de représentation difficile avec ce film, se met en scène: cherchant à combattre la honte coloniale, mais aussi pour éviter de présenter les autochtones comme étant en colère et menaçants, La Reine des neiges 2 en fait des personnages dociles sous la protection d’une nature mystique consciente.

    Les personnages les moins importants sont parfois les vedettes

    La Reine des neiges 2 propose des enjeux ridicules et insipides à souhait. Toutes ses bonnes intentions se perdent dans la neige la plus froide.

    De plus, ces manoeuvres embrouillent le fil de l’histoire, car ces sympathiques habitants de la forêt sont à la fois l’objet de la quête d’Elsa et d’Anna et sont relativement peu importants. Alors que le quintet du premier film rencontre les avatars de chacun des quatre éléments, une rafale de vent nommée Gale avec laquelle Olaf se lie d’amitié, une meute de géants du rock qu’Anna se faufile en un point, un gecko enflammé qu’Elsa prend comme animal de compagnie et un puissant coursier composé d’eau congelée qu’elle apprivoise, ces incarnations de phénomènes naturels s’avèrent avoir plus de caractère et d’importance dans l’intrigue que n’importe lequel des Northuldrans.

    Ce flou soigneusement orchestré confère à La Reine des neiges 2 une qualité fragmentaire, chaque scène constituant une mini-aventure. Les numéros de solo d’Olaf et de Christoph en particulier ressemblent beaucoup aux clips qu’ils sont, ludiques et dynamiques, mais ils ne sont pas très bien intégrés dans la trajectoire de l’histoire.

    Achetez, mais achetez donc nos produits Disney !

    La Reine des neiges 2 propose des enjeux ridicules et insipides à souhait. Toutes ses bonnes intentions se perdent dans la neige la plus froide.

    La souplesse du scénario de Lee sert également à mettre en avant les fonctions les plus sournoises du film en tant que produit Disney destiné à promouvoir une consommation accrue. Il est difficile d’ignorer la commodité de l’avatar du feu, qui ressemble à la taille, à la couleur et à la conception d’une poupée de collection en peluche. Ou la manière dont l’une des héroïnes se voit accorder une nouvelle coiffure fluide et une robe sans bretelles lorsqu’elle chante la chanson Show Yourself.

    Ou encore les calculs qui doivent sous-tendre la disposition visuellement agréable des motifs géométriques étincelants qui remplissent le cadre lors de séquences musicales. Si, comme histoire, La Reine des neiges 2 est un peu trop compliqué, en tant que publicité, c’est une réussite. Cela dit, la tentative de La Reine des neiges 2 d’avoir un conte de fées éclairé est préférable à bien des égards aux récentes résurrections d’animées datées par Disney.

    La relation relativement complexe entre Anna et Elsa, ainsi qu’une intrigue secondaire sur les rêveries existentielles d’Olaf le bonhomme de neige maintenant que sa vie s’est prolongée au-delà de l’hiver, laissent présager de la vie sous l’extérieur froid et corporatif du film.

    La mise en avant des hauts et des bas d’une relation bienveillante, bien que parfois tendue, entre deux femmes représente un progrès supplémentaire dans un studio dont les autres franchises de films favorisent toujours l’agence masculine et le conflit œdipien. Mais compte tenu de son éthique confuse, de ses faiblesses narratives et de sa fonction nue de mise à jour de la marque, La Reine des neiges 2 ne justifie guère pourquoi nous avons besoin de plus d’histoires sur des princesses de contes de fées.

    La Reine des neiges 2

    La Reine des neiges 2 propose des enjeux ridicules et insipides à souhait. Toutes ses bonnes intentions se perdent dans la neige la plus froide.

    Note de l'éditeur
    2
    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

    Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Font Resize
    Contrast