Le nouveau Simetierre est d’un ennui mortel

Le film Simetierre peut être résumé par une de ses répliques : Parfois, mieux vaut être mort. On n’aurait jamais dû ouvrir le cercueil de ce film.


Le film Simetierre peut être résumé par une de ses répliques : Parfois, mieux vaut être mort. On n'aurait jamais dû ouvrir le cercueil de ce film.

est le quart du tiers de l’esprit . La scène d’ouverture de Simetierre tente de nous rappeler désespérément l’ouverture du film The Shining. Les deux films commencent par des vues aériennes de paysages boisés qui aboutissent finalement sur des structures conçues pour l’habitation humaine. Dans le cas de Kubrick, l’hôtel Overlook hanté et dans Simetierre, c’est une paire de maisons voisines, l’une détruite par les flammes et l’autre encore intacte, mais recouverte de taches de sang sur le porche.

Simetierre, une pâle comparaison avec Shining

Dans les premières séquences de Shining et cette seconde adaptation de Simetierre, le monde naturel semble indomptable, nos interventions humaines étant frivoles et naïves en comparaison. Les deux récits tournent autour d’hommes succombant aux tentations offertes par des forces plus grandes qu’eux-mêmes, mais les comparaisons entre les deux films se terminent là.

Le film Simetierre peut être résumé par une de ses répliques : Parfois, mieux vaut être mort. On n'aurait jamais dû ouvrir le cercueil de ce film.

Les questions posées par l’ouverture de Simetierre, qui est en réalité un épilogue présenté avant l’action narrative comme une sorte de cliffhanger renversé, trouveront bientôt une réponse claire alors que Kölsch et Widmyer se lancent dans une course effrénée sans jamais cesser de contempler les implications plus larges de l’histoire qu’ils essaient de raconter.

L’histoire des Creeds dans Simetierre

Simetierre suit les Creeds, les époux Louis () et Rachel () et leur fille Ellie (Jeté Laurence), âgée de huit ans, et leur petit-fils, Gage (Hugo et Lucas Lavoie). Ils viennent de déménager de Boston à la recherche du rythme probablement plus lent du Maine rural. Peu de temps après leur arrivée, ils découvrent sur leur propriété boisée un mystérieux cimetière pour animaux de compagnie décédés. Et lorsque le chat de la famille, Church, est écrasé par un camion sur la route qui s’étend de manière inconfortable à proximité de la nouvelle maison des Creeds, son affable voisin, Jud (), propose d’aider Louis à mettre l’animal au repos.

Le film Simetierre peut être résumé par une de ses répliques : Parfois, mieux vaut être mort. On n'aurait jamais dû ouvrir le cercueil de ce film.

Après que Jud ait conduit Louis de plus en plus profondément dans les bois avant d’enterrer finalement le chat, le vieil homme est le seul à ne pas être surpris lorsque Church réapparaîtra en bonne santé, même s’il est un peu plus cinglant que d’habitude. Et quand Ellie est percutée plus tard par un autre camion lors de sa fête d’anniversaire, vous pouvez deviner ce qui va arriver.

John Lithgow résume parfaitement Simetierre

Parfois, mieux vaut être mort déclare Jud à un moment donné du film, ce qui fait que l’on se demande pourquoi il a partagé les pouvoirs secrets de réanimation du lieu de sépulture avec Louis. Et à la fin de Simetierre, le public croira probablement en la véracité de la déclaration de Jud, après que des âmes encore plus malheureuses aient été arrachées de la mort pour faire des ravages sur les vivants. Mais cela peut aussi être lu comme une condamnation de l’idée du remake lui-même. Pourquoi on ne laisse pas les animaux et les humains, reposer en paix quand ils sont morts ?

Le film Simetierre peut être résumé par une de ses répliques : Parfois, mieux vaut être mort. On n'aurait jamais dû ouvrir le cercueil de ce film.

Une grande partie de l’horreur du film est indigeste. Les souvenirs d’enfance horribles et culpabilisants de Rachel concernant la mort de sa sœur, les visites fantomatiques d’un patient de Louis qu’il a perdu sur la table d’opération. Presque comme si le paysage était un espace liminal entre le jour et la nuit, les vivants et les morts.

Ennui et casse-tête final

Une conversation précoce entre Louis et Rachel devient précaire lorsque chacun de leurs systèmes de croyance est par la suite mis à l’essai. Louis croit que rien ne nous attend après le moment de notre mort tandis que Rachel insiste sur le fait que quelque chose doit nous attendre de l’autre côté. Mais Louis est celui qui refuse de laisser la mort avoir le dernier mot. Et tandis qu’il embrasse le retour d’Ellie du pays des morts, Rachel rejette ce qu’elle considère comme une abomination et met en branle le sinistre tournant du film vers sa conclusion inévitable.

Bien qu’il existe quelques écarts narratifs par rapport au récit original (par exemple, Gage meurt et revient dans le roman de King ainsi que dans l’adaptation cinématographique de Mary Lambert en 1989). Mais aucun d’entre eux n’est vraiment ou suffisamment significatif pour le justifier.

Ce nouveau Simetierre est une insulte à Stephen King

La nouvelle fin, en particulier, est un casse-tête catastrophique. L’histoire de famille prend de nouvelles dimensions dans la scène finale qui semblent conçues uniquement pour justifier l’existence de ce Simetierre en s’écartant considérablement, et de manière superflue, du texte original.

Le film Simetierre peut être résumé par une de ses répliques : Parfois, mieux vaut être mort. On n'aurait jamais dû ouvrir le cercueil de ce film.

L’attitude intense de Seimetz face au chagrin de Rachel ainsi que le rejet de cette dernière face à la mort-vivante Ellie, est ce qui rapproche le plus de Simetierre pour exhumer les angoisses fondamentales qui sous-tendent sa tension centrale. Comment pouvons-nous passer nos heures les plus sombres ? Et si nous ne pouvons pas avancer du tout ?

Mais alors que les outils utilisés par ces cinéastes sont clairement affûtés et délibérément utilisés pour atteindre le résultat souhaité, une ébauche d’horreur effrayante et fiable, ils sont clairement mauvais pour ce film en particulier. Simetierre possède une l’histoire qui a suffisamment de pathos pour répondre aux attentes d’une grande tragédie, mais le résultat final ressemble à une publicité plus qu’autre chose.

Simetierre
Le film Simetierre peut être résumé par une de ses répliques : Parfois, mieux vaut être mort. On n'aurait jamais dû ouvrir le cercueil de ce film.
Note de l'éditeur
2.5
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Font Resize
Contrast