Shazam!, le super-héros qui ne se prenait pas au sérieux

Shazam! est un film incroyablement divertissant. C’est une longue tradition oubliée chez DC qui revient à la vie. Des super-héros, complètement déjantés et impertinents à souhait. Oubliez Deadpool, Shazam! n’invente rien, il n’est pas exceptionnel. Mais cela reste un vrai plaisir loin des lourdeurs de DC et de Marvel.


Shazam! est un film incroyablement divertissant. C'est une longue tradition oubliée chez DC qui revient à la vie. Des super-héros, complètement déjantés et impertinents à souhait. Oubliez Deadpool, Shazam! n'invente rien, il n'est pas exceptionnel. Mais cela reste un vrai plaisir loin des lourdeurs de DC et de Marvel.

Dans !, apporte quelque chose d’irrésistible. Il incarne un homme de force à la mâchoire carrée, aux muscles onduleux, muni d’un éclair complètement déjanté sur sa poitrine, qui projette une idée incroyablement saine et démodée d’un super-héros. Mais il joue également un adolescent épuisé à l’intérieur et le résultat de cet équilibre est que le personnage, Shazam!, est à la fois garçon et adulte viril, aux yeux écarquillés et sorcier, ridiculement ringard et héroïquement fantastique.

Un Zachary Levi magnifique pour Shazam!

Levi, l’acteur de 38 ans connu pour ses rôles dans Chuck et Mme Maisel, femme fabuleuse, a toujours semblé un peu génial, mais dans Shazam!, l’acteur se transcende. Une combinaison rouge en spandex, rehaussée d’une cape blanche en or qui ressemble à une une nappe de restaurant. Shazam! est un morceau de pop art ambulant, avec des yeux qui sortent de leurs orbites, des cheveux si absurdement noirs et laqués qu’il est tout simplement parfait. Shazam! vous dit dans les yeux : Non, mais vous avez vu la tronche que j’ai et même moi, je ne peux pas croire que je suis un super-héros !

Shazam! est un film incroyablement divertissant. C'est une longue tradition oubliée chez DC qui revient à la vie. Des super-héros, complètement déjantés et impertinents à souhait. Oubliez Deadpool, Shazam! n'invente rien, il n'est pas exceptionnel. Mais cela reste un vrai plaisir loin des lourdeurs de DC et de Marvel.

C’est le genre de regard et d’attitude que vous pourriez imaginer si un acteur comme Ben Stiller se produirait dans une parodie de bande dessinée. Mais le truc effronté de la performance de Levi en tant que Shazam! est qu’il ne se moque pas, oui ce mec est totalement sincère. C’est juste qu’il joue un super-héros avec un cas majeur de syndrome d’imposteur. Chez Shazam!, il semble que nous regardions une satire sacrée d’un film de bande dessinée qui est également, à tous les égards, tout à fait authentique. Le film plonge dans la moquerie, mais les exploits d’étonnement de Shazam! sont des plaisanteries cosmiques, principalement parce qu’ils lui confèrent un charme fou.

Un garçon énervé contre tout le monde

Le film, réalisé par (Annabelle 2 : La Création du mal) d’après un scénario de Henry Gayden, est construit sur un ossature assez standard. Le héros, Billy Batson, est un gamin des rues, interprété par Asher Angel, un mec naïf et ingénieux, qui a été abandonné par sa mère adolescente et a déjà vécu dans une demi-douzaine de familles d’accueil au moment où Shazam! commence. Ce n’est pas un mauvais garçon, mais il est plein de ressentiment face à ce monde. Ainsi, il atterrira dans un foyer d’accueil de groupe minable, rempli de marginaux orphelins et fera tout ce qu’il peut pour ne pas s’y adapter.

Il en va de même pour Freddy (Jack Dylan Grazer), cet orphelin furieux et handicapé qui enseigne à Billy tout sur la tradition des super-héros. C’est également une bonne chose, puisque Billy est bientôt entraîné dans la caverne mystique de The Wizard (), un devin barbu cherchant l’âme unique qui en vaut la peine et Billy s’avère être cette âme. Comme par le destin, il est choisi pour être Shazam!, qu’il incarne comme un Superman junior avec une attitude beaucoup plus névrotique.

L’irrévérence fait partie de Shazam!

Shazam! n’est pas le premier film de bande dessinée à adopter un ton d’irrévérence postmoderne. On avait déjà les films de Deadpool, avec leur nihilisme à la langue de serpent. Et avant, il y avait eu Tony Stark et si vous remontez encore, vous arrivez au Superman de 1978. Le charme intemporel de Shazam tient en partie au fait qu’il était déjà en retard, car dans les années 1980, on avait un Clark Kent qui était d’une maladresse absolue.

Shazam! est un film incroyablement divertissant. C'est une longue tradition oubliée chez DC qui revient à la vie. Des super-héros, complètement déjantés et impertinents à souhait. Oubliez Deadpool, Shazam! n'invente rien, il n'est pas exceptionnel. Mais cela reste un vrai plaisir loin des lourdeurs de DC et de Marvel.

Toujours en 1980, on a eu Flash Gordon qui a présenté son héros comme une délicieuse blague. Et puis, bien sûr, il y a eu Batman, la série télévisée des années 60 qui a tout lancé, une série qui a eu des répliques et une impertinence telle qu’on a pensé qu’elle avait tout inventé dans la pop-culture.

La lourdeur écrasante de Marvel et de DC au cinéma

Il existe donc une belle tradition souriante de films sur un demi-dieu en spandex qui ne se prennent pas au sérieux. Mais il y a une autre raison pour laquelle Shazam!, de par son histoire d’origine duveteuse et savoureuse, ressemble à un tonique parfaitement chronométré.

L’univers des films de bandes dessinées, pas seulement l’univers Marvel ou celui de DC, mais tout l’univers omnivore des bandes dessinées à gros budget menace maintenant de dominer toutes les productions cinématographiques. On n’a que du Marvel et du DC et les autres films passent à la trappe. Vous avez parfois des films de Comics qui tentent de se démarquer, mais qui font toujours partie de ces univers.

Si vous regardez Aquaman, vous devez connaitre la Justice League. Si vous regardez , vous devez connaitre tout le MCU. Si vous regardez Gardiens de la Galaxie, alors vous devrez connaitre leur intrication, parfois forcée, avec les Avengers.

Un simple film de comédie

Mais Shazam! ne vous force en rien. Ce n’est qu’une comédie d’action légère, amusante, inspirée et engageante et sans prétention sur un garçon dans le corps d’un super homme. Beaucoup de critiques ciné ont comparé Shazam avec Big de Tom Hanks. Et c’est exactement, mais c’est un Big en collant moulant. Zachary Levi remplace simplement Tom Hanks.

Shazam! est un film incroyablement divertissant. C'est une longue tradition oubliée chez DC qui revient à la vie. Des super-héros, complètement déjantés et impertinents à souhait. Oubliez Deadpool, Shazam! n'invente rien, il n'est pas exceptionnel. Mais cela reste un vrai plaisir loin des lourdeurs de DC et de Marvel.

L’exploit de Levi est qu’il va équilibrer la roublardise de l’adulte et la naiveté de Billy. Une naiveté qui permet de supprimer l’aspect pédant et ronflant du super-héro classique. Le résultat est que Shazam est un film d’une grande fraicheur même s’il n’invente rien puisqu’on l’a dit, il ne se prend pas au sérieux.

On a une scène assez drôle, qui est une petite référence à la chanson de Don’t Stop Me Now de Queen (peut–être un clin d’œil à Flash Gordon ?), dans lequel Shazam teste ses pouvoirs dans une série de vidéos pour YouTube. Même si les pouvoirs eux-mêmes sont standard (les balles rebondissent sur lui, il peut voler, il lance des éclairs comme Zeus), son expérience est juste d’une joie sans précédent.

Un antagoniste qui est un parfait opposant de Shazam

Le méchant dans ce film est Dr. Thaddeus Sivana (interprété par Mark Strong) et il joue le rôle d’un méchant qui est lui-même un enfant incompris. En fait, tout le chapitre d’ouverture du film est consacré à son histoire d’origine. C’est un meurtrier chauve avec un oeil au laser. Mais surtout, il est simplement jaloux que le sorcier ne l’ait pas choisi et cette envie lui a donné une force obscène.

Shazam! est un film incroyablement divertissant. C'est une longue tradition oubliée chez DC qui revient à la vie. Des super-héros, complètement déjantés et impertinents à souhait. Oubliez Deadpool, Shazam! n'invente rien, il n'est pas exceptionnel. Mais cela reste un vrai plaisir loin des lourdeurs de DC et de Marvel.

Ainsi, on a des scènnes où il assiste à une réunion du conseil d’administration pour jeter les cadres de son père par la fenêtre d’un gratte-ciel ou il convoque les espèces de fantômes-gobelins sous ses ordres. son armée personnelle de Seven Deadly Sins. Ces derniers sont des monstres CGI hautement photogéniques (le meilleur d’entre eux a une tentacule au lieu de sa langue) qui écorchent les gens.

Shazam! n’est pas le vrai Captain Marvel… il est bien plus que ça

Strong, un bon acteur, apporte un humanisme blessé à ce personnage dessiné au loin. L’affrontement décisif entre Shazam! et lui-même, lors d’un carnaval, est un assez bon duel opposant principalement des effets spéciaux, mais la raison pour laquelle cela fonctionne est que cela semble toujours personnel.

Ce n’est pas un hasard si le personnage de Shazam! a l’air totalement démodé. Il est apparu pour la première fois dans les bandes dessinées en 1939 et, dans les années 40, il a régné comme le super-héros de bande dessinée le plus populaire d’Amérique, devançant même Superman. Il était à l’origine connu sous le nom de Captain Marvel (une des raisons pour lesquelles il a perdu de l’importance avec le temps, l’image de marque est devenue naturellement déroutante) et lorsqu’il a été ramené en 1972, il a pris le nom de Shazam!.

Pourtant, le fait que tout ce que fait Shazam, qu’il s’agisse de prendre des balles au visage ou devenir un super-héros en aboyant le mot Shazam, semble à la fois vaillant et légèrement vieux jeu. Mais cela fait partie du charme du film. Shazam! Suggère que si vous prenez les pouvoirs d’un super-héros au sérieux, alors vous ne saisirez pas correctement l’esprit de la bande-dessinée.

Source : Variety, Movieweb, Screenrant.

Shazam!
Shazam! est un film incroyablement divertissant. C'est une longue tradition oubliée chez DC qui revient à la vie. Des super-héros, complètement déjantés et impertinents à souhait. Oubliez Deadpool, Shazam! n'invente rien, il n'est pas exceptionnel. Mais cela reste un vrai plaisir loin des lourdeurs de DC et de Marvel.
Note de l'éditeur
4
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

  1. Guide High-Tech dit :

    Bonjour,

    Nous souhaiterions obtenir un lien depuis votre site.

    Le lien est indiqué dans le nom du compte auquel j’écris ce commentaire.

    Bien cordialement,

    Jacques L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Font Resize
Contrast