Avec Keanu Reeves, Replicas est un tel désastre qu’il en devient hilarant

Notre avis sur le film Replicas avec Keanu Reeves est que c’est un tel désastre cinématographique qu’il entre immédiatement dans le panthéon du Nanar !


Que Dieu bénisse . C’est une légende vivante et un véritable trésor d’Hollywood. Quand il est mis dans un bon film, comme Les Folles Aventures de Bill et Ted, Speed, Point Break ou la trilogie John Wick, Reeve peut provoquer une magie qui lui est unique. Mais comme toute magie, si elle est mal utilisée, alors cela devient un tel désastre puant à tel point que les chiottes de Calcutta sentent la fleur en comparaison. En fait, c’est même un délicieux désastre comme le prouve son rôle dans . Sans aucun doute, on est le 2 janvier 2019 et Replicas est vraiment déjà l’un des plus gros flops de l’année.

Un véritable désastre puant !

Mais en fait, mon avis sur Replicas sera même positif, car il est tellement mauvais qu’il faut le voir pour le croire. C’est une merde, bien sûr. Mais une glorieuse merde qui rappelle les meilleurs moments de Johnny Mnemonic et je jure qu’il y a même un hommage à ce thriller cyberpunk insensé. Keanu Reeves est un producteur sur Replicas et il est clair qu’il s’amuse comme un petit fou, car ce film est une blague à l’état pur. C’est presque comme s’il avait compris que Replicas allait être une bouse et qu’il est allé à fond dans son délire en se disant : Foutu pour foutu !

Est-ce une comédie ? Peut-être. Il y a des moments où on va rire aux éclats. Le réalisateur Jeffrey Nachmanoff a crée le film avec une idée qui pouvait tenir sur un post-it et l’histoire devient exaspérante dans la mesure où elle n’a nulle part où aller. Alors, où va ce film ? À des hauteurs folles pour divertir le public, c’est certain. C’est l’un des films les plus imprévisibles que j’ai vu depuis un certain temps et avec la réalité de la situation qui se dégrade à chaque scène, vous ne verrez jamais l’introduction des moments décisifs. Vous vous direz souvent : Mais c’est quoi ce merdier ?

Qu’est-ce que c’est ce machin ?

Keanu Reeves joue William Foster. Parfois, les gens l’appellent Bill. Et il y a un véritable air de confusion sur le visage de Keanu chaque fois que cela se produit. Son patron dans le film, qui devient le méchant, interprété par John Ortiz, l’appelle allègrement Bill chaque fois qu’il en a l’occasion, le dégradant dans la relation la plus passive que j’aie jamais vue entre un protagoniste et un antagoniste. Un fromage qui sent si fort que ça doit être du brie. Ortiz, jouant une merde grasse appelée Jones, va crier « Bill » à l’oreille de Keanu dans de nombreuses scènes. Et tout au long du film, vous vous attendez littéralement à ce que Keanu le pousse contre le mur et dise à sa manière : Je m’appelle WILLIAM ! 

Keanu joue le rôle d’un scientifique fou qui tente de cartographier le cerveau humain et de le placer dans un robot. Cela se passe mal et les premiers instants du film sont livrés dans une chanson de techno qui fera froncer les sourcils et encouragera les autres, car il est clair que ce sera la suite spirituelle de Johnny Mnemonic.

Entre chanter avec ses enfants et cloner une famille morte

En ce qui doit être le jour le plus long de son histoire, Keanu cartographie le cerveau humain et le met dans un robot. Le robot fonctionne mal, déchire son visage, l’expérience se passe terriblement mal. William est réprimandé et menacé de licenciement. Bill se rend compte qu’il est en retard et rentre chez lui pour retrouver sa femme.

Ils partent en vacances et c’est parti pour une course endiablée. Keanu n’a pas le temps de se reposer entre un travail horrible de type Frankenstein qui menace tout son personnel et son lieu de travail (situé à Porto Rico) et le fait de chanter I Spy With My Little Eye dans la voiture avec ses enfants lors d’une ballade nocturne dans un bateau. Vous n’y comprenez rien ? C’est normal, c’est fait pour !

Replicas est un poulet sans tête qui court dans tous les sens

Replicas n’a absolument aucun sens. Le film démarre lentement, mais subit des coups d’accélérateurs pour n’aller nulle part. Et Keanu tombe lentement en panne dans cette épopée désastreuse et il perd les pédales. C’est vraiment sa version d’une performance de type Nicolas Cage. Parfois, vous avez des dialogues qui sortent de nulle part. Mais quand quand ces dialogues sortent de la bouche de Reeves, alors c’est une hilarité à se taper une crise cardiaque.

Ce film est un poulet sans tête qui va conquérir le monde du nanar. Des dialogues sur du jus d’orange et du lait frelaté, ensuite, on commence à parler d’arbres de Noël et des membres de la famille portés disparus. Une interaction éprouvante avec les flics. Et une scène de cuisine pour le petit-déjeuner qui doit être extraite et transformée en son propre court métrage, car hors de son contexte, il doit s’agir d’une sorte de chef-d’œuvre fou fabriqué à partir de sa propre réalisation.

Thomas Middleditch est également dans la blague. C’est un peu gênant qu’il joue au génie informatique et au génie scientifique en créant des clones et en se mêlant de très mauvaises affaires scientifiques, surtout après l’avoir suivi pendant de nombreuses années dans la série Silicon Valley. Thomas essaie de combattre mentalement Keanu, se moquant parfois de lui de façon flagrante à l’écran, mais il y a une chimie étrange dans ce duo et à la manière d’un gourou d’une secte, Keanu finit par amener Middleditch dans son camp avant la fin. Une fin qui promettait d’être gentillette, mais ensuite tout part en vrille et vous allez juste écarquiller les yeux par la joie et la terreur.

Replicas est un tel désastre que vous allez pleurer de rire

Pendant une nuit pluvieuse, essayant d’emmener ses enfants sur ce bateau dont on parlait tout à l’heure, l’épouse de William, interprétée par Alice Eve dans un spectacle aussi savoureux qu’une tarte aux cerises, lui dit de ralentir la voiture. Quelques secondes plus tard, ils ont failli percuter une semi-remorque. Tout le monde est terrifié et heureux d’avoir réussi à s’en sortir vivant. Puis le grand choc vient, et toute la famille de Keanu Reeves est tuée. Je ne dévoile rien. C’est ce qu’on voit dans les bandes-annonces. Maintenant, il utilisera sa cartographie et les clones de Middleditch pour ramener sa famille à la vie. L’aspect totalement déjanté de Replicas est d’autant plus surprenant que la vraie femme de Keanu Reeves a réellement perdu sa fille (mort-née) et un an après cette tragédie, sa femme aura un accident pendant qu’elle est enceinte.

On retrouve Keanu qui caline la licorne empaillée de sa fille morte, en se cachant dans le sous-sol, essayant de faire revivre sa famille. Comme indiqué dans la bande-annonce, il doit faire un choix de Sophie. Il y a quatre cadavres et seulement trois réservoirs de clonage. Alors, qui va-t-il envoyer dans les abimes ? Je ne vais pas le dire.

Mais voir que Keanu Reeves doit faire des choix de vie sérieux, c’est tout simplement … drôle. Tu ne peux pas t’empêcher de rire. Et les interactions entre William et Ed sont délibérément pleines d’humour qui fonctionne de manière étrange et magique. On peut presque se demander pourquoi ils n’ont pas poussé davantage dans le domaine de la comédie, mais vous vous rendez compte que vous ne profiterez pas des moments vraiment déroutants qui en feront un classique du film culte dans un avenir très proche.

Replicas entre immédiatement dans le panthéon du Nanar

Le film traite principalement de la mission de Keanu de ramener sa famille. Et au début, tout cela semble un peu banal et figé. Mais Nachmanoff maintient la tension comme si elle était reliée à 13 batteries de voiture. Oui, il y a une scène inexplicable où Keanu vole un tas de batteries de voitures qui n’a aucun sens. Mais aucune scène n’a de sens dans ce merdier et la grande révélation vers la fin du deuxième acte est un grand: Elementaire, Watson ! Un moment qui vous fait vous demander à quel point William, Ed et le reste de cette équipe sont intelligents. Parce que leur nouvelle découverte semble être une évidence.

Replicas est un orgasme du nanar. Au début, ça ressemble à un autre Transcendancemettant en vedette Johnny Depp. Mais cela suit rapidement son propre chemin, plein de gros éclats de rire, de nombreuses actions percutantes, de la folie des laboratoires scientifiques et une fin qui n’est qu’un gigantesque coup de pied dans le cul qui remettra en question votre santé mentale en mode :  « Est-ce que je suis vraiment en train de regarder ce truc ? » Et cela termine avec une de ces scènes obligatoires de tous les héros sur la plage, profitant de leur nouvelle vie.

Replicas est une suite digne de Johnny Mnemonic

S’ils proposent un Réplicas 2 dans le futur, je me précipiterais pour le regarder. Parce que je sais que ça va me donner un moment de joie intense dans cette vie de merde. Replicas est amusant à chaque scène. Et vous devez en profiter pendant que vous le pouvez. Je serais intéressé d’entendre ce que tous les acteurs pensent du produit fini. Keanu a définitivement l’air d’en faire une blague. Et à mi-chemin, il semble qu’il a murmuré la blague à l’oreille de Middleditch, puis que le message a été transmis lentement à tous les autres membres de la distribution et de l’équipe.

Si vous avez aimé Johnny Mnemonic, alors vous allez adorer Replicas. C’est une explosion de rire à un niveau purement viscéral. En fait, je veux bien le regarder encore une fois. Il y a une scène où Keanu Reeves pleure du sang. Et Middleditch l’interroge à ce sujet. Keanu Reeves donne l’une des meilleures réponses à ce jour. Et comme le reste de ce film, c’est le genre d’hilarité qui vous feront grimacer pendant des heures. Keanu vient-il de révéler le sens de la vie ? Oui, je pense qu’il l’a fait.

Source

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Font Resize
Contrast