Aladdin est un vide abyssal

Le remake d’Aladdin est un vide de tout ce qui y a de plus vide. La chimie entre les acteurs est aussi réjouissante qu’une pièce de théatre de BHL.


Le remake d'Aladdin est un vide de tout ce qui y a de plus vide. La chimie entre les acteurs est aussi réjouissante qu'une pièce de théatre de BHL.

Comparé à quelques autres remakes récents de films d’animation de Disney, qui au moins ont tenté d’apporter des interprétations saisissantes ou une perspective auteuriste, de est un remake au sens le plus littéral du terme.

Un remake au millimètre près sans aucun ajout

Une grande partie du premier acte du film retrace les battements narratifs du long métrage d’animation de 1992. Le voleur Aladdin (Mena Massoud) rencontre et charme la princesse Jasmine () et il finit par manigancer avec le grand vizir Jafar () avant d’obtenir une lampe magique contenant un génie (Will Smith) qui a le pouvoir de transformer le jeune pauvre en un prince digne de la position de Jasmine.

La constance avec laquelle chaque aspect de l’original est reproduit par ce nouvel Aladdin fait du film de Ritchie un exemple épuisant de la notion de l’art en tant que contenu en streaming. Parce qu’il n’y a pas de chimie entre Massoud et Scott, la légitimité des flirts d’Aladdin et de Jasmine est largement vendue sur la base de la connaissance préexistante du téléspectateur selon laquelle ces deux vont devenir un couple.

Un Jafar qui est aux fraises

Ailleurs, la relation entre Jafar et le sultan (Navid Negahban) est une imitation encore plus pâle. Dans l’original, la méchanceté de Jafar était au moins en partie motivée par sa haine du sultan, qui avait donné des ordres insensés à son grand vizir de toutes sortes de manières parodiquement infantiles et bouffonnes.

Ici, cependant, le sultan est une figure négligeable, ni insensible ni particulièrement influente, privant ainsi son subordonné d’un motif impérieux. Le Jafar de ce film est mauvais simplement parce qu’il a été désigné comme le grand méchant de l’histoire. Ce qui est catastrophique, car le Jafar de l’animé fait partie des méchants les plus emblématiques. Son rire, son persifflage est reconnaissable entre mille et il a fait l’objet de nombreux memes internet. La médiocrité du réalisateur est qu’il a réussi à vider Jafar de toute sa substance.

Une Jasmine assez pathétique

Si la fidélité obstinée du film de Ritchie à l’original s’avère toujours déconcertante, c’est la déviation la plus remarquable qui finit par condamner le remake. Pour tenter de donner à Jasmine autre chose à faire que d’être le sujet de l’affection des hommes, Ritchie et son co-auteur John August associent les frustrations traditionnelles du personnage d’être coincées derrière les murs d’un palais avec un ressentiment retrouvé face à la façon dont sa capacité à diriger en tant que sultan est contrecarrée par les rôles de genre traditionnels.

Le remake d'Aladdin est un vide de tout ce qui y a de plus vide. La chimie entre les acteurs est aussi réjouissante qu'une pièce de théatre de BHL.

Ce qui est dramatique est que ces scènes de Jasmine tente de faire ressortir un féminisme corporatiste façon de Disney. Mais il se vautre tellement lamentable que cela en devient risible. Néanmoins, ses désirs de diriger sont clairement exprimés et reflètent une tendance plus large des personnages du film à exprimer leur conscience de leur propre répression en inclinant la tête vers l’arrière et en regardant au loin alors qu’ils parlent de façon imprévue de leurs rêves.

Le génie d’Aladdin est mort avec Robin Williams

Poor Scott est également accablé par la grande nouvelle chanson du film, Speechless, un hymne de pouvoir immédiatement daté qui suggère l’équivalent sonore de la restauration ratée de la vieille femme de la fresque Ecce Homo à Borja, en Espagne.

Le film prend vie quelque peu pendant ses numéros musicaux. Bien que ces séquences soient marquées par une chorégraphie simpliste et peu engageante, elles n’étouffent pas la verve des chansons originales de Howard Ashman et de Tim Rice. Smith a moins de succès, incapable d’égaler l’intensité de la performance de Robin Williams en tant que Génie dans le film original, s’appuyant sur le sarcasme de sa signature pour donner vie à son personnage, vidant ainsi le Génie de tout ce qui l’avait fait mémorablement plus grand que la vie en premier lieu.

Le remake d'Aladdin est un vide de tout ce qui y a de plus vide. La chimie entre les acteurs est aussi réjouissante qu'une pièce de théatre de BHL.

Même en décrivant certains des comportements les plus antiques du Génie, Smith s’engage surtout dans la voie de la moindre résistance, injectant juste assez d’énergie dans sa performance pour laisser deviner le personnage mémorable de Williams, mais sans avoir l’air de transpirer. Will Smith est un échec cuisant pour Aladdin. On sent qu’il a surtout signé pour le gros chèque. Et c’est dommage, car Smith peut incarner un personnage à la perfection comme on l’a vu dans Je suis une légende ou A la recherche du bonheur.

Un film qui restera dans les tréfonds de la médiocrité

Ailleurs, Massoud a surtout tendance à établir Aladdin en tant que pauvre, mais l’acteur s’anime dans une scène comique dans laquelle son gamin de rue, récemment qualifié de prince par le Génie, se présente à la cour du sultan. N’ayant jamais été entraîné sur aucun point de grâces sociales, Aladdin ne peut que balbutier des plaisanteries, en utilisant d’étranges honorifiques pour se référer au sultan lorsqu’il fait la révérence.

Plus tard, le génie aide Aladdin à exécuter une danse élaborée en contrôlant le corps du jeune homme afin d’émerveiller la cour du sultan. Impressionnant, Massoud parvient à effectuer des étapes compliquées tout en regardant comme si chaque mouvement était effectué contre sa volonté, donnant ainsi aux mouvements agités d’Aladdin une qualité de marionette.

De tels éclats de personnalité, cependant, sont rares dans ce remake. Certes, il y avait beaucoup de place pour apporter une perspective contemporaine à ce matériau, pour contrer la représentation problématique originale du milieu du Moyen-Orient et approfondir ses personnages. Au lieu de cela, le film se contente de vous raconter une blague que vous avez déjà entendue et de bâcler la présentation.

Source

Aladdin

Le remake d'Aladdin est un vide de tout ce qui y a de plus vide. La chimie entre les acteurs est aussi réjouissante qu'une pièce de théatre de BHL. Une répétition scène pour scène sans aucune modernisation. Jafar est pathétique et médiocre et le génie de Will Smith montre que seul Robin Williams est le vrai génie d'Aladdin.

Note de l'éditeur
1.2
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Font Resize
Contrast