The Predator, un désastre glauque et décevant


Après avoir été en sommeil pendant une bonne partie de la décennie, une des plus grandes franchises de science-fiction (enfin, un bon film avec des suites de qualité variable) est de retour avec . Le réalisateur était chargé de faire revivre les célèbres chasseurs avec The Predator. Alors, est-ce que c’est une réussite ? Eh bien, il serait juste de dire que Black a conçu un film divertissant qui est très en phase avec ce qu’il fait et qui convient à ses sensibilités en tant que cinéaste. Mais The Predator est aussi un désastre complet sur tous les niveaux.

Le film démarre avec un crash de Predator sur Terre. Un soldat malchanceux du nom de Quinn McKenna (Boyd Holbrook) va être le principal témoin. Il suppose que personne ne le croira et décide d’obtenir des preuves. Cela se révèle être une décision qui a des conséquences. Son jeune fils, qui souffre d’Asperger, met la main sur le matériel extraterrestre et mène le combat directement en banlieue. Pendant ce temps, un organisme gouvernemental mystérieux est très intéressé par ce que les prédateurs peuvent nous apprendre et ce qu’ils veulent de notre planète. Il s’avère que les prédateurs, déjà mortels, se sont améliorés génétiquement avec de l’ADN d’autres espèces. Maintenant, c’est à McKenna et à un groupe de soldats endurcis et excentriques de sauver la situation.

Une des raisons pour lesquelles le premier Predator avait si bien fonctionné était la simplicité de l’intrigue. Des mecs dans la jungle découvrent un extraterrestre mortel et cela se transforme en un jeu visuellement génial de chat et de souris. Les différentes suites de Predator ont été confrontées à la question de l’élargissement de la mythologie Predator, tout en gardant cet équilibre parfait du film de 1987 par le grand John McTiernan. Shane Black ne s’en préoccupe pas. A la place, il prend la route de Jurassic World et il crée un scénario bordélique, trop complexe, sans queue ni tête et le téléspectateur se demande si on ne le prend pas pour un con.

Shane Black est connu pour son humour et son action. Et on le voit dans The Predator. Mais c’est comme mettre de la purée de saumon sur une tarte au pomme. L’humour n’a pas sa place dans The Predator. La plupart des blagues sont à coté de la plaque. Mais le pire est The Predator ne se prend pas au sérieux et c’est une véritable insulte à ce que représente la franchise.

Le film est parfois ultra-violent et nous ne rencontrons pas beaucoup de temps d’arrêt. On peut accuser The Predator de tous les maux, mais l’ennui ne fait pas partie de la liste. Les problèmes proviennent d’un ton extrêmement incohérent, principalement. L’histoire est aussi un peu compliquée, plutôt absurde. Même selon les normes Predator. Il y a des moments et des points d’intrigue qui amèneront les téléspectateurs à se gratter la tête. C’est un gâchis qui évite d’être un désastre, en grande partie parce que les choses qui fonctionnent finissent par bien fonctionner. The Predator a fière allure sur le plan esthétique. Les créatures sont plutôt réussies. Le casting est extrêmement sympathique. , en particulier, parvient à voler la vedette, comme il le fait dans la plupart de ces interprétations.

Mais est-ce ce The Predator est le film que les fans d’Arnold Schwarzenegger attendaient ? Certainement pas. Et les suites à venir ne sont pas fameuses non plus. The Predator  avait une chance de racheter les nombreux couacs de la franchise ces dernières années. Force est de constater qu’il nous a offert un désastre bordélique, glauque avec des blagues pourries comme condiments. La déception est un euphémisme.

Source

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je suis d'abord un fan avant d'être un blogueur culturel. Mais par la suite, j'ai commencé à proposer mes articles sur les séries TV et les films ainsi que l'univers de la culture en général. J'ai été contributeur culturel de plusieurs plateformes, mais j'ai décidé d'apporter ma touche personnelle sur les films et les séries TV à travers ce blog.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils