La fin de la Persona 3 m'a fait apprécier toutes les petites finitions de la vie

          

Agrandir / Il est difficile de le dire à partir de cette image promotionnelle, mais ce jeu est une méditation poignant sur l'amitié et la mort.

Il était plus facile pour moi de m'éloigner de Persona 3 que prévu. Le jeu sur neuf amis et un chien – qui célèbre son dixième anniversaire aux États-Unis cette année – suit un arc similaire à la plupart des jeux de rôle. Cela signifie que la bande de jeunes chanceux sauve le monde entier. Pourtant, ses personnages du 21ème siècle et son arrangement ont été réalisés Persona 3 beaucoup plus relatable et attachant pour moi que les héros de haut vol de Final Fantasy ou Chrono Trigger . Cela contribue également à ce que ce fut le premier jeu de la série à assister à un mélange de signature instantanée de simulation de datation et de base de donjon.

En jouant Persona 3 j'ai senti que j'avais le premier jeu conçu pour me laisser prendre mon temps. Qu'il s'agisse de rencontrer un ami pour la pratique du kendo ou de sortir avec un couple de vieux libérateurs utilisés, il y avait presque toujours quelque chose de plus digestible, reconnaissable et moins urgent pour le monde que de lutter contre les dieux et les monstres. C'est le genre de choses qui me permettent d'habiter un monde de jeux un peu plutôt que de simplement faire un tour à travers le monde . Déchirer des spectres et sauver la Terre des menaces surnaturelles est amusant, mais c'est un peu plus difficile de se rapprocher d'une manière qui ressemble à ma vie réelle.

À la fin du jeu, j'étais presque aussi attaché à la ville d'Iwatodai et à ses habitants que j'étais déjà dans un endroit réel. L'inconvénient est que cela l'a rendu tellement …

Lire la suite (en anglais)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils