Doctor Who: Empress of Mars review

          

Il s'agit d'une critique de publication post-britannique de Doctor Who : Empress of Mars . River Song a toujours averti le docteur contre les spoilers, alors assurez-vous de regarder l'épisode en premier. Doctor Who saison 10, diffuse le samedi à 19h15 heure du Royaume-Uni sur BBC One et 9pm EDT sur BBC America.

    

Le tourbillon de Nardole sur le TARDIS est une métaphore pour la saison 10 de Doctor Who ? Après un début fort, cette série commence vraiment à marquer maintenant. Même les performances des trois étoiles sont au mieux dans Empress of Mars – bien que le retour des Ice Warriors et des chaleurs agréables aux épisodes classiques soient les bienvenus.

Nous sommes de retour à un épisode fort (monstres) et tranquille (négociation) après la trilogie décevante des moines avec une histoire contenue – rédigée par Doctor Who superfan, Mark Gatiss, c'est un peu trop lourd – Remis avec la farine, nous donnant une tranche dense de construction de l'Empire britannique … sur Mars. Nous sommes sur un territoire invasif, agressif, tout à fait désagréable ici.

La plupart de cela est dépeint à travers les mots et les actions d'un seul homme: Catchlove (Ferdinand Kingsley). C'est un nom amusant, étant donné que tout ce qu'il semble capable de se procurer des Guerriers de glace reptiliens est un froid.

L'arrière-plan à peu près fonctionne: les soldats de l'armée de l'époque victorienne de l'armée britannique, posté en Afrique du Sud en 1881, traversent un navire interplanétaire et, une fois à bord, ils découvrent un guerrier de glace à demi mort qui a été endormi pour 5 000 ans. Sa cellule cryogénique est clignotante, de sorte que les soldats acceptent d'aider les martien, qu'ils …

Lire la suite (en anglais)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils