BPI Breaks Record après avoir envoyé 310 millions de Google Takedowns

Le BPI a atteint un autre point de repère après que les effondrements de «piratage» envoyés à Google ont brisé la barre des 300 millions. Le groupe de l'industrie de la musique affirme qu'il a déjà envoyé plus de 310 millions de demandes pour supprimer les URL enfreintes, mais informe TF qu'un régime de retrait et de stabilisation pourrait vraiment aider à maîtriser les volumes.

Un peu plus d'un an, en mars 2016, le groupe BPI de l'industrie de la musique a franchi une étape importante. Après des années d'envoi d'avis de retrait à Google, le groupe a éclaté la barrière de l'URL de 200 millions

.

Le fait qu'il ait fallu plusieurs années à BPI pour atteindre son jalon de 200 millions d'euros a rendu le dépassement d'un milliard de milliard quelques mois plus tard encore plus remarquable. En octobre 2016, le groupe a envoyé sa 250 millions de défaites à Google, chiffre qui a presque doublé lors de la comptabilisation des avis envoyés à Bing de Microsoft.

Mais malgré les volumes, la bataille n'avait pas été gagnée, et encore moins la guerre. La machine de prélèvement de BPI a continué à fonctionner à un rythme remarquable, générant des millions d'avis supplémentaires par semaine.

En conséquence, un autre nouveau jalon a été atteint ce mois-ci lorsque le BPI a brisé le barrage de 300 millions d'URL. Puis, quelques jours plus tard, 10 millions supplémentaires ont été ajoutés, les deux derniers millions ajoutés pendant le temps qu'il a fallu pour mettre cette pièce ensemble.

Avis de prélèvement BPI, tel que rapporté par Google

Tout en exigeant que Google met davantage l'accent sur son dé-classement des sites «pirate», le BPI a appelé encore et encore pour …

Lire la suite (en anglais)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils