Nouveau pestivirus qui attaque le système nerveux des porcs autrichiens – ScienceDaily


Les soi-disant «porcs secs» ont des symptômes qui ressemblent à ceux de la peste porcine classique, avec des dommages importants au cerveau et à la moelle épinière. L'origine virale de la maladie a été clarifiée récemment avec la découverte en Europe et aux États-Unis d'un pestivirus porcin atypique. Les chercheurs de la Vetmeduni Vienna ont maintenant découvert un nouveau virus nouveau dans des porcs ébranlés dans une ferme autrichienne. L'agent pathogène, nommé LINDA-Virus (agent de détresse latérale détendant le virus neurologique), est lié au virus australien de Bungowannah et plus éloigné du virus des porcs classiques. Sa découverte a récemment été annoncée dans la revue Emerging Infectious Diseases .

Certains cochons nouvellement nés tremblent même lorsqu'ils sont maintenus au chaud. Les «lignons tremblants» ont des symptômes qui ressemblent à ceux de la peste porcine classique, avec des dommages importants au cerveau et à la moelle épinière. L'origine virale de la maladie a été clarifiée récemment avec la découverte en Europe et aux États-Unis d'un pestivirus porcin atypique. Les chercheurs de la Vetmeduni Vienna ont maintenant découvert un nouveau virus nouveau dans des porcs ébranlés dans une ferme autrichienne. L'agent pathogène est lié au virus australien de Bungowannah et plus éloigné du virus des porcs classiques. En raison des symptômes qu'elle provoque, le nouveau virus est appelé virus LINDA (Agent de NeuroDénergie Inductrice Latérale). Sa découverte a récemment été annoncée dans la revue "Les maladies infectieuses émergentes".

En 2015, un éleveur de porcs autrichien a observé un certain nombre de nouveaux «porcs secs» dans sa ferme. De tels porcelets souffrent d'une maladie dans laquelle de lourds dommages au cerveau et à la moelle épinière provoquent un tremblement sévère. La condition est associée à d'énormes pertes financières pour la ferme. On pense qu'il est causé par un pestivirus porc atypique (APPV) découverte récemment en Europe et aux États-Unis. Les scientifiques de la Vetmeduni Vienna ont ensuite trouvé le virus en Autriche.

En raison des symptômes prononcés sur cette ferme particulière, les experts de la Clinique universitaire pour les porcs ont vérifié si les animaux ont été infectés par l'APPV récemment décrit. En dépit de tests complets et hautement spécifiques, aucun APPV ni aucun autre agent pathogène connu pour causer la maladie n'a pu être trouvé. Cependant, les symptômes et les résultats ont suggéré qu'un pestivirus était en quelque sorte impliqué, de sorte que les scientifiques ont conçu un nouveau type de test de diagnostic qui a finalement conduit à la découverte d'un nouveau pestivirus.

Pestivirus inconnu trouvé dans les «porcelets secouants» autrichiens

"Le nouveau test de PCR que notre équipe a développé a reconnu tous les pestivirus connus", explique Benjamin Lamp de l'Institut de Virologie, "et nous a permis de détecter un virus qui était auparavant inconnu". L'analyse complète de l'organisation du génome (la structure de l'ARN) et des protéines caractéristiques a clairement montré que le pathogène récemment découvert est un pestivirus de la famille des Flaviviridae. En raison des frissons latéraux et des lésions dans les tissus nerveux des porcelets affectés, le virus a été nommé LINDA (agent de détresse négative provoquant une déformation latérale).

"Les pestivirus sont connus pour infecter les fœtus de cochons, de moutons et de bovins, ciblant souvent le système nerveux central. Mais les infections pestivirales ne sont répandues que dans les animaux à coque et donc pas dangereuses pour les humains", explique la lampe. L'équipe a également utilisé des méthodes classiques de culture cellulaire pour cultiver le virus Linda à partir d'échantillons de tissus. "Ce sera important pour nous permettre de continuer à étudier le nouveau virus."

Le virus Linda a des relations dangereuses

On ignore dans quelle mesure le nouveau virus de Linda est dans la population porcine. "Nous développons actuellement un test sérologique pour en savoir plus sur la prévalence du virus Linda en Autriche, c'est-à-dire sur le nombre de porcelets qu'il infecte", dit-il. Lampe. "Le test sera important car l'analyse du virus a montré qu'il est éloigné du virus qui cause la peste porcine classique. Nous ne pouvons pas exclure la possibilité que cela interfère avec les tests officiels de peste porcine". En outre, il n'est pas clair combien de danger le virus nouvellement découvert pose pour l'élevage de porcs. Le mot espagnol "linda" est généralement traduit par "joli" ou "mignon", mais il n'y a rien de joli ou mignon sur le virus Linda nouvellement découvert. Jusqu'à Rümenapf, le chef de l'Institut, note que «Parce qu'il infecte également l'utérus des truies enceintes, le virus Linda pourrait perturber le développement du cortex cérébral des porcelets, comme une infection par le virus Zika. Cependant, il faut se rappeler que le Le parent génétique le plus proche de notre nouveau virus est un Australien. "

Rümenapf souligne l'analyse phylogénétique, qui montre que Linda est liée au virus Bungowannah, décrit en Australie en 2006. Cet agent pathogène n'a été trouvé que dans deux fermes voisines en Australie, où il a entraîné la mort de plus de 50 000 animaux. Bien que des mesures approfondies aient réussi à prévenir la propagation du virus, les deux fermes ne se sont pas retirées de l'épidémie. Une fois que les porcs sont infectés, le virus reste dans leur corps, de sorte que les porcs infectés peuvent continuer à libérer le virus pendant une longue période et sont extrêmement contagieux pour les autres cochons. L'infection de l'utérus par le virus de Bungowannah conduit à un avortement et à une mortalité élevée chez les porcelets, généralement causée par une infection virale du muscle cardiaque. Cependant, aucun dommage neurologique ou "hérisson de porcelets" n'a été observé.

Source de l'histoire:

Matériel fourni par Veterinärmedizinische Universität Wien . Remarque: Le contenu peut être édité pour le style et la longueur.

Lire la suite (en anglais)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils