Manger son placenta : les autorités américaines déconseillent cette pratique

Dans l’Oregon, un nourrisson a été victime d’une infection respiratoire causée par les gélules de placenta consommées par sa mère.

Pour lutter contre la dépression post-partum et augmenter la production de lait, une mode pour le moins surprenante prend de l’ampleur aux Etats-Unis depuis une dizaine d’années : la placentophagie, ou le fait de manger son placenta. L’engouement pour cette pratique pourrait pourtant être mis à mal par le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) : dans une récente publication relayée par Slate, l’agence gouvernementale américaine remet en cause ses bienfaits après qu’un nourrisson vivant dans l’Oregon ait été victime d’une infection respiratoire causée par ces fameuses gélules de placenta déshydraté.

Pas de normes officielles

Trois jours après son accouchement, la mère du nouveau-né a commencé à consommer deux capsules de placenta trois fois par jour, tout en allaitant son enfant. Problème : les…

Lire la suite

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils