L'intimidation sexuelle à long terme peut être répandue dans les sociétés de primates – ScienceDaily

Après avoir observé les habitudes d'accouplement des babouins chacma vivant dans la nature sur une période de quatre ans, les chercheurs ont constaté que les mâles de l'espèce utilisent souvent longtemps – une intimidation sexuelle pour contrôler leurs camarades. Les résultats rapportés dans Current Biology le 6 juillet suggèrent que cette stratégie d'accouplement a une longue histoire dans les primates, y compris les humains, et peut être répandue dans tous les mammifères sociaux – surtout lorsque les mâles d'une espèce sont généralement plus gros que les femelles .

"Cette étude ajoute à la preuve croissante que les hommes utilisent des tactiques coercitives pour contraindre les décisions d'accouplement féminines dans les primates promiscues, mettant en doute l'étendue de la liberté sexuelle laissée aux femmes dans de telles sociétés et suggérant que l'intimidation sexuelle a une longue histoire évolutive chez les primates – – un groupe taxonomique qui, bien sûr, comprend les humains », explique Alice Baniel à l'Institute for Advanced Study de Toulouse (France).

Baniel dit qu'elle et ses superviseurs de doctorat, Guy Cowlishaw de la Zoological Society de Londres, au Royaume-Uni, et Elise Huchard au CNRS à Montpellier, en France, étaient curieuses de la violence masculine et de l'intimidation sexuelle dans les babouins vivant en Namibie en partie parce que non On avait déjà vu un babouin masculin forcer une femme à s'accoupler avec lui. Ils se demandent si les hommes pourraient forcer les femmes de façon moins évidente.

"Quand j'étais sur le terrain et j'observais les babouins, j'ai souvent remarqué que les mâles dirigent des attaques ou des chasses non provoquées vers des femelles dans l'oestrus", dit Baniel. "Ils ont également maintenu la proximité et …

Lire la suite (en anglais)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils