L’Europe s’accorde sur une définition des perturbateurs endocriniens : avancée ou repli ?

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot  a salué comme « une avancée considérable » l’adoption, le 28 juin 2017, par les représentants des Etats membres de la définition réglementaire proposée par la Commission européenne pour les perturbateurs endocriniens (PE), ces substances chimiques présentes dans l’environnement et l’alimentation, qui interfèrent avec l’action des hormones. Peu après, la Fondation pour la nature et l’Homme, que Nicolas Hulot a justement créée (mais dont il vient de quitter la présidence pour prendre le ministère) tweetait pourtant que cette définition imparfaite laissait « un goût amer ».

Alors, que comprendre ? D’abord, cet accord intervient après des années de lobbying des industriels et après douze mois de blocage et de discussions politiques tendues. L’Europe sera la première entité politique au monde à réglementer les PE, même si sa définition ne satisfait totalement ni les…

Lire la suite

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils