« Coupe menstruelle ou tampon, aucune protection testée ne favorise la production de toxines »

Si le risque de choc toxique n’a pas disparu, les produits disponibles sont de bonne qualité, estime le professeur Gérard Lina, auteur d’une récente étude sur le sujet.

Des tampons photographiés à Londres, au Royaume-Uni, 18 mars 2016.

Les femmes utilisent en moyenne 11 000 tampons au cours de leur vie, mais le produit commence à soulever des craintes chez ses utilisateurs. Le documentaire Tampon, notre ennemi intime, diffusé sur France 5 le 25 avril, soulignait la présence de produits toxiques dans leur composition. En 2012, l’amputation du mannequin Lauren Wasser, victime du syndrome du choc toxique causé par son tampon, a permis la médiatisation de cette maladie infectieuse, qui touche une vingtaine de femmes par an en France.

Lire aussi :
 

Les médecins inquiets d’un retour du choc toxique lié aux règles

Cette année, un nouveau type de protection hygiénique a fait…

Lire la suite

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils