Attentats : les réseaux sociaux ajoutent-ils au traumatisme ?


Twitter, Facebook, Instagram… Lors d’actes de terrorisme, ils sont désormais incontournables, pour le meilleur et pour le pire. On s’en est encore rendu compte après la nouvelle tuerie, samedi dernier, qui a endeuillé Londres. Avant elle, encore à Londres (mars 2017), Berlin, Nice, Bruxelles, Manchester… Autant d’événements dramatiques qui ont fortement impliqué les réseaux sociaux. Prenons l’exemple de Manchester : moins de 24 heures après le drame, le hashtag #PrayForManchester avait déjà été utilisé plus de 60 000 fois sur Twitter. Mais, qu’en est-il de cette surconsommation de nouveaux médias ?

Dans les jours et les semaines qui suivirent les attentats du 11 septembre 2001, les télévisions du monde entier ont relayé les images des tours jumelles percutées par des avions de ligne, ainsi que celles des nombreuses victimes de ces attentats de masse. Ce flot d’images a alors posé de façon prégnante la question des psychotraumatismes qu’elles ont pu…

Lire la suite

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils