Les démocrates ne peuvent pas défendre les États-Unis du Parti républicain «le plus vicieux» dans l'histoire

Le parti démocratique est à son plus bas reflet de la mémoire de tous ceux qui vivent maintenant. Il a perdu la Maison-Blanche et les deux chambres du Congrès. Au niveau de l'État, il est plus faible que n'importe quand depuis 1920 . Et jusqu'ici, en 2017, les démocrates sont partis pour 4 lors d'élections spéciales pour remplacer les membres républicains du Congrès qui ont rejoint l'administration Trump.

Comment est-ce arrivé à cela? Une personne que le Parti démocrate ne demandera pas, mais peut-être devrait-elle, est légitime défenseur des consommateurs et trois fois candidat à la présidence Ralph Nader.

Nader, qui a maintenant 83 ans et a été basé à Washington, DC pendant plus de cinquante ans, a eu un siège de première ligne pour l'effondrement lent des démocrates. Après son exposé à la bombe de l'industrie automobile des États-Unis, Nocif à toute vitesse lui et ses organisations ont collaboré avec les démocrates du Congrès pour passer une vague de lois marquantes protégeant l'environnement, les consommateurs et les dénonciateurs. Le journaliste William Greider l'a décrit comme l'un des trois meilleurs modèles d'Amérique pour un petit militantisme démocratique, avec Saul Alinsky et Martin Luther King, Jr. Pendant ce temps, le 1971 " Powell Memo "Qui a jeté les bases de la résurgence du droit d'entreprise, l'a appelé comme un ennemi clé du" système ", l'appelant« l'antagoniste le plus efficace des affaires américaines »

.

Mais, bien sûr, Nader a été persona non grata avec le Parti démocratique depuis sa candidature au président du parti 2000 pour président. George W. Bush a officiellement battu Al Gore …

Lire la source en anglais

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils