Le chef de l'OEA promet le martyre pour le Venezuela, avec une touche d'hypocrisie


Apparemment, les numéros de martyre parmi les responsabilités du chef de l'Organisation des États américains. Samedi, le secrétaire général de l'OEA, Luis Amalgro, critique de longue date du président vénézuélien Nicolas Maduro, a déclaré qu'il démissionnerait "en échange de la liberté au Venezuela".

«Je vais démissionner du Secrétariat général le jour où des élections libres, justes et transparentes se déroulent sans entrave», a déclaré l'ancien ministre uruguayen des Affaires étrangères. L'offre d'Amalgro est à la suite d'une tentative infructueuse d'adopter une résolution sur le Venezuela à l'Assemblée générale de l'OEA à Cancun, au Mexique, la semaine dernière. Le Venezuela a dépassé l'ordre du jour du sommet, en raison des profondes crises politiques, économiques et humanitaires qui affligent l'ancien membre producteur de pétrole. De toute évidence, Maduro a entravé les processus électoraux indépendants et un système judiciaire autonome. La crise politique est aggravée par le fait qu'une majorité étonnante de la population fait face à la famine et ne peut accéder aux services médicaux de base. Environ 75 pour cent de la population a connu perte de poids et les hôpitaux à l'insu et l'accès limité aux médicaments ont envoyé des taux de mortalité infantile et maternelle en flèche

.

Pour l'OEA, cependant, ces crises ont pris une urgence accrue lorsque le Venezuela a menacé de quitter l'organisation presque 70 ans des pays de l'hémisphère occidental au cours des deux prochaines années. Le départ serait un nouveau coup de liens diplomatiques déjà fragiles entre …

Lire la source en anglais

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils