La fin du dollar (Petro): ce que la Fed ne veut pas que vous sachiez

Auteur de Shaun Bradley via TheAntiMedia.org,

La capacité des États-Unis à maintenir son influence sur le reste du monde a diminué lentement . Comme le pétrodollar a été établi en 1971, la monnaie américaine a monopolisé le commerce international par des accords pétroliers avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ( OPEC ) et des interventions militaires continues . Il y a, cependant, une opposition croissante à la norme américaine et il a gagné plus de soutien récemment lorsque plusieurs États du Golfe soudainement ont bloqué Qatar, qu'ils ont accusé de financer le terrorisme .

Malgré le récit principal, il existe plusieurs autres raisons pour lesquelles le Qatar se trouve dans la voie de l'avant. Au cours des deux dernières années, il a mené au cours de 86 milliards de dollars de transactions en yuan chinois et a signé d'autres accords avec la Chine qui encouragent une nouvelle coopération économique. Le Qatar aussi partage le plus grand champ de gaz naturel au monde avec l'Iran, donnant aux deux pays une influence régionale importante pour développer leurs propres accords commerciaux.

Pendant ce temps, la dette incontrôlable et les divisions politiques aux États-Unis sont des signes clairs de vulnérabilité. Les chinois et russes ont mis en place de manière proactive des systèmes financiers alternatifs pour les pays qui cherchent à s'éloigner de la Réserve fédérale. Après que le FMI a accepté le yuan dans son panier de monnaies de réserve en octobre de l'année dernière, les investisseurs et les économistes ont finalement commencé à faire attention. Le pouvoir économique détenu par la Réserve fédérale a été essentiel au financement de …

Lire la source en anglais

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils