Jeff Sessions ne se souvient de rien

Procureur général Jeff Sessions, l'un des premiers membres de l'establishment républicain à s'allier avec le candidat Donald Trump, est apparu mardi avant Le Comité du renseignement du Sénat. Dans son témoignage, Sessions a cherché à mettre en évidence le flux de plus en plus rapide d'informations embarrassantes de la Trump White House. Le procureur général est à proximité du centre de multiples controverses qui dérangent Trump. L'un est le tir du directeur du FBI, James Comey, que Sessions a recommandé dans un mémo pour des raisons qui ne sont toujours pas claires. Un autre est le contact entre les sessions et l'ambassadeur de Russie à Washington, Sergei Kislyak, que Sessions a déclaré qu'il ne s'est pas rencontré pendant la campagne, a rencontré seulement deux fois, et maintenant, peut-être, a rencontré trois fois. La troisième réunion présumée avec Kislyak, lors d'une campagne organisée à l'hôtel Mayflower à Washington, était l'une des nombreuses particularités importantes que Sessions a affirmées ne pouvoir se rappeler. Il a répondu à plus de 20 questions avec une version de "Je ne me souviens pas", "Je ne me souviens", ou "Je ne me souviens pas".

Combiné avec le témoignage de Comey de la semaine dernière, l'audition d'aujourd'hui a cristallisé le ténor de Washington sous l'administration Trump. Une grande partie du gouvernement semble bloqué en litige la controverse de la Russie et des événements étranges dans le bureau ovale, où la demi-vie des confidences présidentielles n'a jamais été plus courte. Aujourd'hui, le sénateur Richard Burr, R-N.C., A insisté pour que, en plus de sa Russie …

Lire la source en anglais

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils